Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ride Like a Girl, ou l’histoire de Michelle Payne au service des courses australiennes

Autres informations / 06.06.2019

Ride Like a Girl, ou l’histoire de Michelle Payne au service des courses australiennes

Le 26 septembre prochain, le film Ride Like a Girl va sortir dans les cinémas australiens. Premier film réalisé par l’actrice Rachel Griffiths, c’est ce que l’on appelle – par un horrible barbarisme, un biopic. Un genre de films très en vogue chez nos amis anglo-saxons et particulièrement aux États-Unis, où biopic rime avec "machine à Oscars".

Ce biopic s’intéresse à la vie de Michelle Payne, qui fut la première femme à remporter la mythique Melbourne Cup. La vie de Michelle Payne et celle de sa famille n’ont pas été un long fleuve tranquille, et leur histoire a en effet tout pour faire un film avec happy end et bons sentiments sur la base du "croire en ses rêves". En France, on dirait "inspiré de faits réels". Chez nos amis anglo-saxons, on parle plus souvent de "inspirational/inspiring true story". On retrouve d’ailleurs cette phrase dans la bande-annonce de ce Ride Like a Girl, qui est bien faite et promet un film certes australien mais très hollywoodien dans sa forme. On aime ou on n’aime pas.

Les courses australiennes ont participé au financement. Lorsque Ride Like a Girl a eu besoin de financement, les courses australiennes n’ont pas laissé passer cette occasion d’investir sur le film et indirectement sur l’avenir des courses. Racing Victoria, Tabcorp (le PMU australien) et l’État de Victoria ont été présents pour soutenir financièrement le film. Parce que ce sera une publicité pour les courses – et les lobbies anticourses sont extrêmement puissants en Australie – et pour un État qui vit au rythme des courses hippiques. Ride Like a Girl est un pari sur l’avenir. Parce que l’histoire est belle et parce que, si elle est bien mise en valeur, elle peut trouver un écho chez les personnes ne connaissant pas les courses. Nous n’avons pas vu le film, mais la bande-annonce est assez claire : c’est l’histoire d’une femme, jockey, qui véhicule les valeurs partagées du dépassement de soi, du dépassement des préjugés, de la volonté comme force capable de changer son histoire et, quelque part, l’Histoire. Le sujet est bon. Bien meilleur que le postulat de départ du grandguignolesque Turf, soutenu à l’époque par le PMU et censé renvoyer une image sympathique des turfistes. Reste qu’entre la sympathie et la moquerie, il y a une ligne facile à franchir…

Une histoire récente. L’histoire de Michelle Payne est récente puisqu’elle a remporté la Melbourne Cup en 2015, avec Prince of Penzance. La culture anglo-saxonne – principalement aux États-Unis – s’empare avec facilité des événements récents, heureux ou traumatisants, pour les transformer en films. C’est quelque chose de beaucoup moins évident en France, où l’on prend le temps de laisser filer le temps, justement, et où il est culturellement plus difficile de faire des films sur des personnes toujours en vie ou sur des événements récents.

Il y a eu plein de films sur les courses hippiques : États-Unis comme Australie ont su s’emparer de leurs héros équins pour les mettre à l’honneur. On pense à Seabiscuit (Pur-Sang, la légende de Seabiscuit), Secretariat (Secretariat), Phar Lap (Phar Lap), Mine that Bird (50/1). Des biopics sur les jockeys ou les entraîneurs, c’est bien plus rare. Il y a eu Champion, en 1983, par exemple. Leurs histoires sont racontées en périphérie de celle du cheval. En ce sens, Ride Like a Girl a quelque chose de nouveau, avec une héroïne féminine brisant le fameux plafond de verre. Cela est forcément inspirant, et les courses australiennes l’ont bien compris…

Pour voir la bande-annonce de Ride Like a Girl, cliquez ici https://youtu.be/LZfd-lTmYJU

Et vous, quel est votre film préféré sur les courses ?

Il y a une multitude de films sur les courses hippiques. Quel est votre préféré ? Vous pouvez voter ici

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScSjG7aGr64Wp_5E1vhj3hje5K7NVEJhsJTWzindooW1V_Ijw/viewform