Tenue

Le Mot de la Fin / 01.06.2019

Tenue

En cette fin de semaine se couraient en Angleterre deux épreuves classiques sur 2.400m, le Derby (Gr1) et les Oaks (Gr1), pour les femelles. Les versions françaises de ces deux courses – le Prix du Jockey Club et le Prix de Diane – se courent sur 2.100m. Si la distance du Diane n’a jamais vraiment fait l’objet de débats, celle du Jockey Club a toujours été au centre de nombreuses discussions, lesquelles se sont intensifiées depuis son passage sur 2.100m. En arrière-plan, il y a la question d’un supposé manque de tenue dans l’élevage français. Cette lacune est censée être à l’origine des 73 % de victoires de chevaux nés à l’étranger dans le Prix de l’Arc de Triomphe depuis 2001. Pour aller plus loin, on peut donc se demander quelle est la proportion de courses faisant appel à la tenue au sein du programme français. En Europe, il est clairement l’un de ceux qui offrent le plus de Groupes sur 2.000m et plus : cela concernait 56 épreuves (49 % du total) lors de la saison 2017. Il s’agit d’une proportion largement supérieure à celle de l’Angleterre (56 Groupes soit 37 %) ou de l’Irlande (24 Groupes soit 34 %). Seule l’Allemagne fait mieux en pourcentage (57 contre 49 %) mais pas en nombre de Groupes sur 2.000m et plus (26 contre 56). En France, les Groupes de 2.000 à 2.600m (41 %) sont nettement plus nombreux que ceux organisés entre 1.400 et 1.800m (36 %).