Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Trop chaud pour les sauteurs

Courses / 24.06.2019

Trop chaud pour les sauteurs

France Galop avait anticipé la période de canicule qui a débuté ce lundi sur la majorité du pays, en annonçant dès jeudi dernier un aménagement des horaires de la réunion d’Auteuil prévue ce mardi. Mais ce lundi matin, suite aux prévisions affinées et plus alarmistes, il a été décidé de reporter purement et simplement cette réunion. Les courses auront lieu le mardi 2 juillet, aux mêmes horaires matinaux (départ de la première course à 10 h 10). Seul le Prix d’Achères, un réclamer, est avancé au 1er juillet à Clairefontaine.

Docteur Paul-Marie Gadot, chef du département Livrets et contrôles

« Les mesures s’imposent d’elles-mêmes »

« On peut difficilement donner une limite à partir de laquelle il faut prendre des mesures. Tout dépend à quel moment la canicule arrive. Au printemps, lorsque nous sommes sur une période de froid et que, subitement, les températures montent de 15°C, nous sommes alors dans une zone de risques et on va prendre des mesures. Dans d’autres cas, la température monte mais les chevaux ont le temps de s’habituer.

Cette semaine, nous arrivons dans un cas extrême et les mesures à prendre s’imposent d’elles-mêmes, notamment pour les courses d’obstacle, comme ce mardi à Auteuil. Personne ne veut prendre de risques pour les chevaux et les jockeys lorsque les températures montent jusqu’à 35°C, voire 40°C, comme cela va arriver dans les prochains jours. C’est normal, ce sont nos chevaux et nous y tenons. Et il y aurait un véritable risque à courir.

Mais lorsqu’il faut courir et qu’une chaleur raisonnable est présente, nous activons tous les systèmes de refroidissements avec les points d’eau que nous avons à Auteuil aux écuries et pour la zone de récupération. En fonction des difficultés, nous mettons en place un protocole, même pour les courses de plat. Nous allons prendre des précautions supplémentaires et les vétérinaires feront encore plus attention aux signes d’inconfort des chevaux. »

Le communiqué de France Galop

« Au vu des prévisions météorologiques exceptionnelles (températures caniculaires supérieures à 35° en fin de matinée et taux d’humidité de l’air très élevé) et compte tenu des efforts spécifiques et très exigeants des courses d’obstacle ainsi que des risques pour la récupération des chevaux, il a été décidé en accord avec les représentants des Associations professionnelles de :

- déplacer la réunion prévue à Auteuil au mardi 2 juillet pour 7 courses avec une 1re course à 10 h 10.

- déplacer le Prix d’Achères (haies - 4 ans - à réclamer) au lundi 1er juillet à Clairefontaine.

Pour ces courses, les engagements sont rouverts :

 Réunion Auteuil :

 - engagements : mercredi 26 juin 10 h 30 à Boulogne

- forfaits : jeudi 27 juin 11 h 30 à Boulogne

- eng. supplémentaires et part. probables : vendredi 28 juin 11 h 30 à Boulogne

- annulation de partants et montes : samedi 29 juin 10 h 30 à Boulogne

Prix d’Achères disputé à Clairefontaine :

 - engagements : mardi 25 juin 10 h 30 à Boulogne

- forfaits : mercredi 26 juin 1 1h 30 à Boulogne

- eng. supplémentaires et part. probables : jeudi 27 juin 11 h 30 à Boulogne

- annulation de partants et montes : vendredi 28 juin 10 h 30 à Boulogne. »

Marcel Rolland, entraîneur

« Une bonne décision »

« Lorsque les conditions climatiques sont extrêmes comme cette semaine, nous douchons beaucoup nos chevaux, nous les sortons plus tôt également et nous ralentissons l’intensité du travail. Je n’avais pas de chevaux engagés pour la réunion du mardi 25 juin à Auteuil, mais je trouve que c’est une bonne décision d’avoir déplacé la réunion car il aurait fallu la finir à 14 h, en plein pendant le pic de chaleur. De mon côté, je dois courir à Dieppe ce mercredi et je ne suis pas très inquiet car c’est au bord de la mer et il y aura de l’air. De plus, depuis le début de l’année, nous avons toujours eu une bonne piste là-bas. »

Patricia Butel, entraîneur

« Rafraîchir au maximum les chevaux »

« En période de canicule, nous commençons à travailler beaucoup plus tôt puisque nous entamons la journée à l'écurie à 5 h au lieu de 6 h. Les chevaux ne travaillent pas dur du tout quand il fait aussi chaud : ils ne font que du galop de chasse et surtout pas de canters. Les chevaux d'obstacle ne sautent pas non plus, même s'ils doivent courir prochainement. En rentrant du lot, nous les douchons systématiquement afin de les rafraîchir au maximum. Nous avons des abreuvoirs automatiques, mais aussi des seaux d'eau au cas où. Nous devions avoir quatre partants demain à Auteuil : nous les avions laissés engagés car nous pensions que l'avancement des horaires serait suffisant, mais France Galop a pris la bonne décision d'annuler la réunion. Ce matin à 9 h, il faisait déjà 30°C ! »

Gabriel Leenders, entraîneur

« Il faut saluer la décision de France Galop »

« Quand j’ai vu les prévisions météorologiques, j’ai préféré retirer tout de suite les chevaux que j’avais engagés à Auteuil, d’autant que j’avais des courses pour eux à Clairefontaine. Mais il ne faut pas jeter la pierre à ceux qui avaient choisi de courir car il faut savoir que les entraîneurs sont à flux tendus financièrement. Dans ce cas, il n’y a pas le choix de courir car il n’y a pas de marge. Un quart des chevaux qui participeront à cette dernière réunion d’Auteuil du premier semestre iront peut-être à Clairefontaine, mais pour le reste, ce sera leur dernière sortie avant septembre. Il faut saluer la décision prise par France Galop de reporter la réunion, d’autant plus que l’air est irrespirable à Auteuil lorsqu’il fait aussi chaud. »

Édouard Boutolleau, directeur du centre d’entraînement et de l’hippodrome de Maisons-Laffitte

« On demande aux jockeys de faire une récupération active de leurs chevaux »

« La première chose, c'est que nous avons vu tous les jockeys avant le début de la réunion de ce lundi pour leur demander de faire une récupération active après le poteau d'arrivée, c'est-à-dire de faire trotter leurs chevaux afin de les faire mieux récupérer. Après, nous avons mis des tuyaux d'eau à l'entrée de la piste au cas où il y ait un problème avec un cheval. Nous en avons également mis dans les balances, ainsi que des seaux d'eau. Nous avons mis pas mal de tuyaux dans les écuries pour faciliter la douche des chevaux. Le matin, les tracteurs commencent à herser dès 5 h. Ici, contrairement à Chantilly, les entraîneurs peuvent commencer à sortir leurs lots quand ils veulent. Évidemment, nous arrosons beaucoup plus que d'habitude. Nous avons même effectué un double arrosage sur les pistes en sable pour les maintenir humides au maximum. »

Marin Le Cour Grandmaison, adjoint au directeur de l’hippodrome et du centre d’entraînement de Chantilly

« On ouvre plus tôt, et on renforce l’arrosage »

« À Chantilly, nous allons ouvrir les pistes à 5 h 30, au lieu de 6 h. Nous renforçons l’arrosage, celui des pistes en gazon car le ray-grass anglais, notamment, n’aime pas la chaleur, ainsi que les pistes en sable, même si elles sont plutôt situées à l’ombre. Nous adaptons aussi les horaires d’arrosage. Les tonnes à eau seront passées à partir de 15 h, pour limiter l’évaporation, et les gazons vers 20 h. Nous sommes évidemment à la disposition des entraîneurs s’ils rencontrent le moindre problème d’abreuvement des chevaux par exemple… Pour la réunion de samedi, les brumisateurs et ventilateurs que nous avons inaugurés le jour du Jockey Club seront en service. Ils sont situés au niveau de la sortie des chevaux pour les aider à récupérer. Nous aurons aussi des jets d’eau froide en sortie de piste, et dans le rond de présentation pour refroidir au mieux les chevaux. Notre chance est que cette réunion se déroulera en semi-nocturne. »

Les dangers pour la santé du cheval

Comme nous, le cheval est en mesure de réguler sa température pour assurer le bon fonctionnement de son organisme. Mais en cas de fortes chaleurs prolongées et d’effort violent, la thermorégulation, assurée par la transpiration et la dilatation des vaisseaux sanguins sous la peau, peut s’avérer insuffisante. Dans ce cas, il faut rafraîchir l’animal à l’aide de douches à l’eau froide. Il faut aussi veiller à sa bonne hydratation. Une forte sudation entraîne des pertes de sels minéraux : l’apport d’électrolytes peut s’avérer nécessaire. Courir sous des fortes chaleurs expose à un risque accru de tendinites, de fractures, de myosites, les tissus en général étant moins bien oxygénés. Dans ces cas extrêmes peuvent subvenir des coups de chaleur, où la température du cheval dépasse les 40 °C. C’est cependant assez rare chez le cheval de course, grâce à son entraînement général et sa condition d’athlète sans surpoids.

Des précédents récents

Le fait d’annuler et reporter une réunion d’obstacle à cette période de l’année n’est pas rare. Le 23 juin 2016 à Auteuil, il n’y a eu que trois courses, la dernière étant le Prix La Périchole (Gr3) enlevé par Saint Goustan Blue (Blue Brésil). En cause, une forte chaleur qui avait frappé la région parisienne d’un seul coup. Les épreuves restant à courir avaient été décalées quelques jours après. Un an plus tard, cette même réunion avait dû être reportée d’une journée à cause de température, là encore caniculaire [36°C, ndlr]. Toutes ces modifications de calendrier plaident pour que la saison printanière d’Auteuil se termine plus tôt, à la mi-juin, pour suivre l’évolution du climat.