TROPHÉES DU PERSONNEL DES COURSES ET DE L’ÉLEVAGE GODOLPHIN - Trois questions à Vincent Hector

Courses / 27.06.2019

TROPHÉES DU PERSONNEL DES COURSES ET DE L’ÉLEVAGE GODOLPHIN - Trois questions à Vincent Hector

Garçon de voyage depuis trois ans chez Xavier Thomas-Demeaulte, Vincent Hector, 20 ans, a remporté le trophée du meilleur jeune espoir en 2018. La tête sur les épaules, il a répondu à nos questions.

Jour de Galop. –Cette récompense, que représente-t-elle pour vous ?

Vincent Hector. – C’est formidable. Je suis vraiment ravi, même s’il s’agit pour moi d’une grosse surprise. Lorsque monsieur Thomas-Demeaulte, que je remercie au passage, m’a inscrit, tout cela était très flou pour moi. Je ne m’attendais pas du tout à obtenir ce prix. Mais ce trophée représente beaucoup à mes yeux, c’est une vraie reconnaissance. Je le dédie à mon entourage, à ma famille, à mes collègues et à toutes les personnes que j’ai croisées pendant toutes ces années et qui ont cru en moi. Au quotidien, cela n’a aucune incidence sur mon travail car j’ai pris du recul par rapport à tout ça. J’ai toujours été considéré par mon employeur et je suis resté exactement le même.

Que pensez-vous de cette initiative ?

C’est une très bonne chose. C’est un trophée qui est tout à fait sa place. Il contribue vraiment à mettre en avant tout le travail fait par ceux qui sont dans l’ombre. Cela fait du bien que l’on parle des autres personnes du milieu et pas seulement des jockeys, des entraîneurs et des propriétaires. C’est très gratifiant.

Que diriez-vous aux employeurs pour les inciter à inscrire leur personnel ?

J’ai remporté ce trophée, mais je pense que les deux autres jeunes qui étaient en lice avec moi le méritaient tout autant. Plus largement, je pense que bon nombre de salariés d’écuries devraient concourir. Il faut qu’un maximum d’entraîneurs inscrivent leurs salariés, car avoir un peu plus de reconnaissance qu’à l’accoutumée, cela fait vraiment avancer.