Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Une belle édition de l’AQPS Sprinter Sacré Show - Par Christopher Galmiche

Autres informations / 15.06.2019

Une belle édition de l’AQPS Sprinter Sacré Show - Par Christopher Galmiche

Une belle édition de l’AQPS Sprinter Sacré Show

Par Christopher Galmiche

La deuxième édition de l’AQPS Sprinter Sacré Show n’a pas été épargnée par la pluie. Cependant, le concours a pu avoir lieu dans de bonnes conditions et à un rythme soutenu. Il y a eu du commerce, mais pas seulement étranger, puisque des entraîneurs français se sont portés acquéreurs de chevaux. Une bonne nouvelle ! Les noms à retenir de cette édition 2019 de la manifestation nivernaise : Cokoriko, Coastal Path, Thierry Cyprès, Jean-Christian Raymond ou encore Gérard Delorme.

LES 2ANS

Thierry Cyprès, leader chez les 2ans. La matinée du deuxième AQPS Sprinter Sacré Show a débuté avec les 2ans et dans cette catégorie, c’est l’élève de Thierry Cyprès Ha la Land (Poliglote), portant le numéro 13, qui s’est distinguée. Après avoir remporté sa section, le Prix du Syndicat d’Élevage des AQPS de la Nièvre, elle a été élue meilleure pouliche AQPS, gagnant le Prix du Conseil Départemental de la Nièvre, puis championne suprême à l’issue du Prix Osarus. Le jury a dit d’Ha la Land : « C’est une grande pouliche, très belle et athlétique. » Il est vrai que cette nièce de Terre Neuve (Alberto Giacometti), gagnante du Prix Christian de Tredern (Gr3), appartenant à la famille de Vicente (Dom Alco), double lauréat du Grand National écossais (Gr3), se détachait nettement avec un vrai physique pour l’obstacle. Dans sa section, elle a devancé le lot 19, Histoire d’Eau (Gris de Gris), présentée par Jacques Cyprès et Laurent Couétil et Haute Mer (Masterstroke), élevée par Thierry Cyprès.

Helen d’Alène échoue de peu pour le titre de meilleure 2ans. Gagnante du Prix Elgin Equestrian, Helen d’Alène (Coastal Path) a échoué d’un rien face à Ha la Land pour le titre de meilleure pouliche. Elle aussi est taillée pour l’obstacle, avec de l’épaisseur et de la taille. Le jury a eu ces mots pour l’élève de la famille Couteaudier : « C’est une très belle pouliche qui marche bien, avec de bonnes lignes et beaucoup d’os. » Helen d’Alène est par l’inévitable Coastal Path, déjà en vue au Chaser Day. C’est la sœur de Divine d’Alène (Voix du Nord), gagnante du Prix des Guilledines (Gr3 AQPS) et la nièce de Triolo d’Alène (Epalo), vainqueur de la Hennessy Gold Cup (Gr3) et du Topham Chase (Gr3). Dans sa section, Helen d’Alène, qui porte le prénom de la fille de Louis et Florence Couteaudier, a précédé le numéro 25 Hispaniola (Ballingarry) élevé par Thierry Cyprès et Edward Walsh, et le lot 26 Hosana Conti (Masterstroke), une belle pouliche, élevée par Patrick Joubert.

Jean-Christian Raymond, en prélude à une grande après-midi. Jean-Christian Raymond a vécu une grande matinée avec une victoire chez les 2ans et surtout le succès suprême chez les foals. L’éleveur a gagné le Prix François Fiol Automobile grâce au lot 5 Quilaura (Lauro), qui était très clairement au-dessus du lot. Épaisse, avec une très belle arrière-main, cette sœur de Qualando (Lando), vainqueur du Fred Winter Juvenile Handicap Hurdle (Gr3), a fait l’unanimité. Membre du jury, Hector de Lageneste a expliqué : « C’est celle qui nous a le plus tapé dans l’œil. Elle a beaucoup de présence. C’est une belle pouliche massive» Dans sa section, Quilaura a devancé Hourra de Sivola (Noroit), le numéro 3 et le numéro 1 Haute Voix (Fuissé), élevée par Jacques Cyprès.

Nicolas de Lageneste remporte un nouveau Prix Jour de Galop. Habitué des succès dans les Prix Jour de Galop, Nicolas de Lageneste (haras de Saint-Voir) s’est imposé dans celui organisé ce samedi grâce au lot 37 Histoire De (Montmartre). Le jury a déclaré au sujet de ce poulain épais, avec du cadre : « Il marche très bien, c’est un très beau cheval et il faut juger aujourd’hui. Donc ce samedi, il est au-dessus des autres, bien développé. » C’est un fils de Sans Histoire (Blushing Flame), gagnante du Prix Rohan (L) et le frère d’En Mémoire (Poliglote), lauréate du Prix d’Estruval (Gr3 AQPS). C’est la souche du champion Sir des Champs (Robin des Champs), vainqueur de la Punchestown Gold Cup (Gr1). Histoire De a battu les lots 41 Haut Rebel (Cockney Rebel), élevé par Hervé d’Armaillé et 36 Halasko (Saddler Maker).

LES FOALS PUR-SANG

Jean-Christian Raymond brille avec la nièce de Juntico. Jean-Christian Raymond a été le grand héros des éleveurs chez les foals pur-sang. Son élève Journée d’État (Vision d’État), portant le numéro 49, a remporté le Prix Maison de la Presse Rabineau devant une fille d’Elliptique, le numéro 45, élevée par Jacques Cyprès, et le numéro 43, Jasmine de Magny (Cokoriko), élevée par Didier Petit. Journée d’État a décroché la victoire dans le championnat suprême des foals pur-sang, le Prix de la Fédération des Éleveurs du Galop-Trophée Arqana. Elle a fait dire au jury : « Elle est très bien faite, très sympathique et a fait l’unanimité. » En plus d’avoir un beau modèle et de belles allures, Journée d’État est bien née. C’est la nièce de Juntico (Robin des Champs), vainqueur du Prix Juigné (Gr3), d’Azulejo (Pistolet Bleu), gagnant des Prix Richard et Robert Hennessy (L) et Robert Lejeune (L) ou encore de Loucessita (Pistolet Bleu), mère de Lou Buck’s (Buck’s Boum) et de Yota (Galetto), génitrice de Yanworth (Norse Dancer), vainqueur du Liverpool Hurdle et du Christmas Hurdle (Grs1).

Estejo sur la plus haute marche du podium. L’étalon Estejo n’a pas eu beaucoup de représentants lors des concours, mais ce samedi, il a fait mouche grâce au numéro 58 qui a remporté le Prix MMA Assurances-François Magnien. Cette élève de Ghislain et Chrystelle Coutré a fait la différence grâce à sa façon de marcher. Sous sa deuxième mère, nous retrouvons le nom d’Icarro (Mansonnien), troisième du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2). Dans sa section, elle a devancé le numéro 51 Jolie Baie (Gris de Gris), élevée par Florent Lanier et le lot 50, une fille de Free Port Lux présentée par Nathalie Zwaenepoel.

Cokoriko, sur la piste comme aux concours. La réussite de Cokoriko ne se dément pas aussi bien sur la piste qu’au concours. Son fils, le numéro 66, a remporté le Prix Assiette Arthur & Manon pour les foals mâles pur-sang. Et il a fait dire au jury : « Il est très harmonieux avec de la taille ce qui a fait la différence. » Fils de Cokoriko, il est le petit-fils de Royalcy de Vindecy (Saint Cyrien), deuxième du Prix Finot (L). L’élève de Jacques Cyprès a devancé le numéro 65, un élève de Philippe Thiriet, fils de Joshua Tree.

LES FOALS AQPS

Cokoriko, héros des foals AQPS. Les foals de Cokoriko auront marqué de leur empreinte l’AQPS Sprinter Sacré Show 2019 notamment grâce à Joyeux Mans, vainqueur du Prix Haras de Cercy, puis du Prix Dynavena couronnant le meilleur foal mâle AQPS et enfin le Prix de l’Association des Éleveurs et Propriétaires de Chevaux AQPS-Trophée Arqana qui a fait de lui le champion suprême des foals AQPS. Membre du jury qui a désigné l’élève de Gérard Delorme vainqueur, Grégory Vayre a expliqué : « Nous l’avons choisi car il marchait très bien, il était plus souple et sortait du lot. » Sous la deuxième mère de Joyeux Mans, on retrouve le nom d’un certain Coquin Mans (Fragrant Mix), cheval de Groupe en Irlande. Joyeux Mans, qui portait le numéro 102, a devancé dans sa section le numéro 98, un fils de Karaktar et Quizas Jolie (Video Rock), présenté par Jacques Cyprès et Laurent Couétil, et le lot 94, un fils de Voiladenuo élevé par l’élevage du Champ de la Croix.

Jeu St Éloi se distingue. Dans le Prix MTM, le numéro 112, un fils de Jeu St Éloi, présenté par l’éleveur de Bon Augure (My Risk), Joël Denis, a décroché la victoire. Il a fait dire à Antonin Pelsy, membre du jury : « Il a de la taille, de bons pieds, une bonne orientation. C’est un bon poulain. » Appartenant à la famille de Tory du Moulin Mas (Martaline), vainqueur du Grand Steeple-Chase de Lyon (L), ce fils de Jeu St Éloi a devancé le numéro 113, un fils de Cokoriko, présenté par Alban Beauzon et Christian Ravier, et le lot 114, également issu de Cokoriko, appartenant à la souche de Rubi Light (Network), lauréat du John Durkan Memorial Chase (Gr1) et élevé par Patrice Vagne.

Thierry Cyprès tire son épingle du jeu chez les foals également. Après s’être distingué avec les 2ans, Thierry Cyprès a remporté le Prix LMS Bourbonnaise pour les foals AQPS grâce au numéro 121, un fils de Karaktar de la famille de Caïman Land (Passing Sale), lauréat du Prix François de Poncins (L). Hugo Mérienne, juré dans sa section, a déclaré : « C’est un beau poulain avec du chic et une belle orientation. » La deuxième place est revenue au lot 123 un fils de Nidor à Michel Bourgneuf qui a précédé le numéro 120, un fils de Jeu St Éloi élevé par l’élevage du Champ de la Croix.

Une fille de Joshua Tree championne des foals AQPS femelles. Présenté par Esmeralda de Tracy, le numéro 78 a remporté le Prix Gras Savoye, pour la première section des foals femelles AQPS puis le Prix France Sire couronnant la meilleure femelle AQPS. Il s’agit d’une fille de Joshua Tree et de Noisillette (Dadarissime), deuxième du Prix Chloris (Gr2 AQPS). Membre du jury, Gabriel Leenders nous a dit : « Les trois femelles n’avaient pas de défauts, mais la lauréate dégage quelque chose en plus et a de la personnalité. » Dans sa section, la fille de Joshua Tree a devancé le numéro 74 Java de Thaix (Vision d’État), une élève de Michel Bourgneuf et le numéro 77, une fille de No Risk at All et de la bonne Colombia d’Alène (Network), deuxième du Prix Radio Paris.

Cokoriko surfe sur la vague du succès. Cokoriko a brillé chez les foals pur-sang, mais aussi AQPS grâce au lot 87 présenté par l’E.A.R.L. des écuries de Chevannes (Sylvie Bouchanville). Cette pouliche de Cokoriko, de la famille de Rameur (Shaanmer), vainqueur de la Grande Course de Haies de Printemps (Gr3), est très harmonieuse et s’est détachée. Elle a remporté le Prix TRM-Calphormin devant le numéro 84, une fille de Karaktar, élevée par André Quesny et le lot 86, une fille de Kapgarde présentée par Michèle Juhen-Cyprès.