Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Adieu Sea of Class, petite championne au grand cœur

International / 22.07.2019

Adieu Sea of Class, petite championne au grand cœur

L’année dernière, nous étions sortis de ParisLongchamp avec la sensation d’avoir vécu un formidable Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Nous rêvions aussi d’assister à une revanche entre la grande Enable (Nathaniel) et la petite blonde Sea of Class (Sea the Stars), la gagnante morale selon beaucoup de turfistes. Le rêve s’est envolé ce lundi matin, quand l’entourage de Sea of Class a décidé d’endormir pour toujours la championne. Depuis presque trois semaines, elle faisait l’objet d’importants soins suite à des coliques. Mais la cause de son décès est bien pire encore. Son entraîneur, William Haggas, a expliqué : « À l'origine de son opération pour des coliques, elle avait une masse entre la rate et le foie qui comprimait les intestins, les vétérinaires l’ont enlevée et les analyses ont détecté une tumeur cancéreuse, un lymphome. Très agressif. L’état de la pouliche s’est ensuite amélioré. Mais lundi matin, il s’est à nouveau détérioré. Après un scanner, nous avons découvert une autre tumeur, grosse comme une orange. Nous n’avons pas eu le choix. »

C’est une lourde perte pour sa propriétaire, madame Tsui, et pour la famille Botti, qui a élevé Sea of Class. Elle a couru une dernière fois, et en demi-teinte, à Royal Ascot dans les Prince of Wales’s Stakes (Gr1). On avait alors estimé que la distance était trop courte pour une pouliche qui avait connu ses faits de gloire sur 2.400m dans les Irish Oaks et les Yorkshire Oaks (Grs1). Mais elle avait encore tout à donner. On gardera en mémoire la tendre caresse d’Alessandro Botti à son élève, lui qui avait entraîné sa mère, Holy Moon (Hernando), la célèbre mère de quatre gagnantes classiques. Le jeune entraîneur a dans sa cour Honor and Pleasure (Oasis Dream), le demi-frère de Sea of Class. Et un yearling par Golden Horn (Cape Cross) sera proposé à la vente d’octobre chez Tattersalls. Le foal est un mâle par Camelot (Montjeu). Ce retour à la réalité nous permet d’oublier quelques instants le rêve brisé d’une course à laquelle nous n’assisterons pas. Et celui de revoir une championne qui compensait sa taille par un cœur énorme.