Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

DARLEY JULY CUP (GR1) - Ten Sovereigns : le sprint c’est son dada

International / 13.07.2019

DARLEY JULY CUP (GR1) - Ten Sovereigns : le sprint c’est son dada

DARLEY JULY CUP (GR1)

Ten Sovereigns : le sprint c’est son dada

Ce samedi à 11 h du matin, il était déjà très clair qu’Aidan O’Brien allait nous présenter un Ten Sovereigns (No Nay Nay Never) bien différent de celui qui avait couru mollement dans la Commonwealth Cup (Gr1). Sa cote dans la Darley July Cup a fondu de 10 à 3,5/1 avant le début de la réunion puis est remontée légèrement à 4,5/1. Le poulain irlandais a pris sa revanche sur Advertise (Showcasing), lequel l’avait devancé de deux grandes longueurs à Royal Ascot. Ten Sovereigns n’a pas gagné : il a survolé le sprint le plus prestigieux d’Angleterre en 1’09’’31, le troisième chrono dans l’histoire de la course. Il devance Advertise de presque trois longueurs. Le Racing Post lui a tout de suite attribué un rating de 125, mais il faudra encore patienter pour le rating officiel. Et d’ici la fin de la saison, Blue Point (Shamardal) n’est même plus sûr de conserver son titre de meilleur sprinter de l’année. Advertise n’a pas à rougir de sa défaite. Il a été battu par un poulain plus rapide, plus explosif et qui, s’il est capable de répéter, n’aura sans doute qu’un candidat à craindre en Europe, le Too Darn Hot version sprinter que l’on verra peut-être un jour…

Le triomphe des 3ans. Les 3ans ont dominé la course. Ils étaient cinq au départ et occupent les cinq meilleures places. C’est à la sixième place que l’on retrouve un candidat qui n’appartient pas à cette tranche d’âge, le champion de Singapour Lim’s Cruiser (Casino Prince), qui termine à plus de cinq longueurs du lauréat. La pouliche Fairyland (Kodiac) a décroché une très bonne troisième place, alors que Pretty Pollyanna (Oasis Dream) s’est un peu endormie au départ et s’est classée quatrième. Elle devance l’autre pouliche So Perfect (Scat Daddy).

Un dernier galop exceptionnel. Mais que s’est-il passé pendant cet intervalle de vingt-deux jours entre la Commonwealth Cup et la July Cup ? Ryan Moore, encore en selle sur Ten Sovereigns, a déclaré : « Il a apprécié le terrain plus rapide et il était un peu rouillé à Ascot. Ici, il est bien sorti des boîtes, il a voyagé facile et quand j’ai lui ai demandé d’accélérer, il est parti. Le peloton qui était le long du rail des tribunes avait pris l’avantage, ce n’était pas facile pour un poulain encore un peu bébé, mais il est très bon ». Aidan O’Brien, lui, a expliqué : « On avait tenté de lui faire tenir le mile des Guinées et il n’avait pas couru si mal que ça à Newmarket. Mais retrouver la vitesse pure n’est pas aussi simple. Il a eu besoin de temps pour récupérer de son effort dans les Guinées et il n’était pas prêt, surtout dans sa tête, le jour de la Commonwealth Cup. Il lui fallait cette course-là. Son dernier travail a été exceptionnel, il a galopé sur 800m en faisant chaque 200m en 11’’. »

Nunthorpe ou Sprint Cup ? Toutes les portes sont ouvertes pour Ten Sovereigns. Il est gagnant de Gr1 à 2 et 3ans, a assuré un cinquième succès dans la July Cup à son entraîneur, et le meilleur est encore à venir. Les prochaines étapes pour les sprinters sont les Nunthorpe Stakes sur 1.000m et la Sprint Cup (Grs1) sur 1.200m. Son entourage n’a pas encore indiqué quel sera son objectif, mais il tiendra aussi compte de l’état du terrain puisque le poulain explosif qu’on a admiré à Newmarket n’aime pas trop le souple.

No Nay Never, pas que des 2ans. L’année dernière, No Nay Never (Scat Daddy) avait décroché la couronne de Champion First Crop Sire avec 22 gagnants en Angleterre et en Irlande et 29 au total en Europe. Ten Sovereigns était de loin le meilleur de ses 5 lauréats black types de la génération 2016. Son tarif est passé cette année de 25.000 à 100.000 €. Ses yearlings en 2018 ont affiché un prix de vente moyen de 135.178 €. Ten Sovereigns a répondu de la plus belle des manières aux doutes concernant l’habilité des produits de son père à confirmer à 3ans ce qu’ils ont réalisé à 2ans.

Une origine Darley. Ten Sovereigns a été acheté 200.000 Gns (233.000 €) dans le book 2 de Tattersalls en octobre. Il a été élevé par Camas Park Stud en association avec Lynch Bages et Summerhill. Sa mère, Seeking Solace (Exceed and Excel), placée du Prix de la Seine (L) sous la férule d’André Fabre et pour Godolphin, a été vendue 65.000 Gns chez Tattersalls en juillet 2011. Elle a donné un autre gagnant sur quatre produits. La deuxième mère, Flamelet (Theatrical), placée de Gr3, est une demi-sœur de Firemaid (Machiavellian), la mère de Shamal Wind (Dubawi), lauréate de Gr1 en Australie sur 1.100m, et de Dahama (Green Desert), qui a donné la gagnante de Gr2 à 2ans Al Thakhira (Dubawi).

Seeking Solace a une 2ans par No Nay Never, propre sœur de Ten Sovereigns, qui s’appelle Eden Quay. Elle a été achetée 650.000 Gns (760.000 €) par Coolmore dans le book 1 de Tattersalls en octobre. Inédite, elle est toutefois engagée dans les Phoenix Stakes (Gr1). Seeking Solace a une yearling, elle aussi par No Nay Never.