Le Défi du galop, une réussite depuis sa création

Courses / 18.07.2019

Le Défi du galop, une réussite depuis sa création

Par Charlotte Rimaud

Le Défi du galop est devenu un challenge incontournable du calendrier hippique et rencontre un succès grandissant chaque année. François Forcioli-Conti, son président, revient sur la réussite du projet entrepris en 2006 et ses évolutions.

Le Défi du galop remplit ses objectifs. Cagnes-sur-Mer accueille la première étape du Défi du galop en début d’année. Le président de la Société des courses, François Forcioli-Conti, également président du Défi du galop, nous explique la réussite de ce challenge : « Le Défi du galop est une véritable réussite. Il existe depuis maintenant 13 ans. Il a d’abord été conçu pour sauver les Grands Prix de province, qui risquaient pour bon nombre d’entre eux de perdre leur qualification au niveau Listed. C’était d’ailleurs le cas de Cagnes. Aujourd’hui, plusieurs ont un niveau proche d’un Gr3, voire au-delà en termes de rating. »

Des chevaux de qualité. Le nombre de participants aux différentes étapes du Défi du galop augmente tous les ans. François Forcioli-Conti a ajouté : « De plus en plus de chevaux de qualité s’intéressent au Défi du galop et le rating de l'ensemble des participants aux étapes est de qualité. L'an dernier, nous avons accueilli une nouvelle étape à Casablanca et cela a été une très grande réussite. »

Nouvel entrant en 2018 : le Maroc. Une étape organisée à Casablanca lors du meeting international, au mois de novembre, a fait son apparition dans le calendrier du Défi du galop l’an passé. Cette étape va à nouveau avoir lieu en 2019. François Forcioli-Conti a précisé : « Nous allons maintenir cette étape du Défi du galop au Maroc. Il y a eu un bon nombre de participants et une implication remarquable de la part de la Sorec l’an dernier, tant au niveau de l'accueil que de l'organisation. Ils sont très compétents et dévoués. Ils savent vraiment mettre à profit les avantages qu’ils peuvent avoir. C’était une belle étape et une vraie réussite. »

Un retour en Italie ? En plus du Maroc, l’Italie pourrait peut-être accueillir à nouveau une étape du Défi, comme nous l’a expliqué François Forcioli-Conti : « Dans le passé, nous avions une épreuve qui avait lieu à Pise. Mais la Société des courses n’a plus souhaité l’organiser. Nous aimerions cependant recréer une étape à Milan. C’est un très bel hippodrome, avec une très belle architecture, de bonnes pistes. La zone est aussi très bien desservie. Je suis donc en contact avec le directeur de Milan. » Affaire à suivre…

Un nouveau rond de retour à Cagnes

À Cagnes-sur-Mer, les chevaux qui rentrent aux balances marchent sur la piste en sable fibrée, devant le public, avant de retourner à leurs boxes. Mais cela va changer, comme nous l’a dit François Forcioli-Conti, président de la Société des courses de la Côte d’Azur : « Nous sommes en train de terminer la rénovation du parking et nous avons reconstitué un rond de retour devant les balances. Ce rond avait été supprimé il y a une trentaine d’année et depuis, les chevaux revenaient sur la piste après la course. Ce qui n’est pas idéal avec le public. Nous avons donc recréé ce rond à l’endroit d’autrefois, car c’était le seul endroit praticable. Mais pour éviter le même reproche, à savoir que les chevaux passent au milieu du public, la sortie de la piste sera canalisée jusqu’au retour au rond. Ce sera davantage sécurisé. » Cagnes va également continuer à rénover ses guichets d’entrée, travaux qui avaient été engagés avant la période hivernale. Cette zone sera arborée entre le parking et les guichets.

Un projet inédit. La Société des courses de la Côte d’Azur est la première à signer un partenariat avec l’Éducation nationale. En effet, François Forcioli-Conti, nous a expliqué : « C’est un projet qui a vu le jour juste après notre meeting d’hiver. Nous avons signé une convention de partenariat avec l'Éducation nationale. Ceci permet d’inscrire l'hippodrome dans le programme pédagogique des écoles primaires. C'est un concept tout à fait inédit qui a été conçu pour sensibiliser les plus jeunes au cheval et aux courses. Les élèves visitent alors l’hippodrome et ses coulisses pendant une matinée avec leur enseignant. »