Enable et son Lanfranco après la bataille

International / 28.07.2019

Enable et son Lanfranco après la bataille

Au lendemain de la bataille d’Ascot, Lanfranco Dettori s’est rendu chez Enable (Nathaniel) avec en cadeau des bonbons. C’est une tradition et la meilleure façon de dire merci à la jument qui, samedi, a remporté son neuvième Gr1 dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes à l’issue d’une lutte épique et épuisante, pour elle et son jockey. La championne s’est sortie du piège tendu par Aidan O’Brien, mais l’espace d’un instant, son pilote a douté : « Je savais qu’Hunting Horn (Camelot) était là pour m’empêcher de prendre une bonne position derrière le leader. Et il a fait son travail diabolique plus que correctement, car le plan B était de suivre Crystal Ocean (Sea the Stars). Il m’a forcé à aller en troisième épaisseur et quand j’ai repris Pierre-Charles Boudot avec Waldgeist (Galileo), il nous a pris la place. Heureusement, j’ai décidé de prendre le risque de la décaler. J’ai dû attendre car faire tout le parcours en troisième épaisseur, c’était trop, même pour Enable. Mais bon, je suis un vieux jockey assez culotté… J’ai pris un autre risque quand j’ai forcé dans le tournant, j’aurais pu me faire suspendre pour ça… Enable a enclenché, à sa façon, et Crystal Ocean est resté un peu surpris lorsqu’il l’a vue arriver à pleine vitesse. Le reste, c’est pour l’histoire ! »

Quand la cravache est dangereuse. Une bataille gagnée avec un seul coup de cravache. Cela restera aussi dans l’histoire. Lanfranco Dettori explique : « La jument était bien cadrée dans ses foulées, elle galopait avec la tête basse et je sais qu’elle donne tout ce qu’elle a. Une fois qu’elle a eu pris l’avantage, je sentais que c’était fait et je ne voulais pas la déséquilibrer avec la cravache. En plus je l’avais à gauche et nous étions les yeux dans les yeux avec Crystal Ocean. J’ai préféré la monter aux bras et la soutenir dans son effort sans la déranger. »

Les deux accélérations. Le jugement des handicapeurs a été très bon. Le Racing Post a donné 127 à Enable, 129 à Crystal Ocean et 126 à Waldgeist. La championne est assez proche de son top, le 129 obtenu dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2017. Dans les prochains jours, le rating officiel devrait tomber. En attendant, Lanfranco Dettori nous donne son avis : « Ce n’est pas la première fois qu’Enable a un parcours compliqué, ça lui était déjà lui arrivé dans le Breeders’ Cup Turf à Santa Anita. Elle prouve qu’elle retrouvé son point fort, c’est-à-dire ses deux changements de vitesse. Depuis la tribune ou la télévision, cela est peut-être passé inaperçu, mais elle a placé une première accélération pour revenir sur Crystal Ocean et une deuxième pour le battre. C’est vraiment quelque chose, car elle est arrivée sur un cheval qui allait encore facile et qui a répondu aux attaques. »

York, oui ou non ? Ce dimanche, dans une émission sur Racing TV, John Gosden a évoqué la possibilité qu’Enable ait couru sa dernière course en Angleterre : « La semaine prochaine, elle nous dira ça. Elle est engagée dans les Juddmonte International et dans les Darley Yorkshire Oaks. Mais la question est plutôt de savoir s’il faut si la courir à York ou directement sur l’Arc de Triomphe ». Lanfranco Dettori n’ira pas contre la décision de l’entraîneur : « John est un génie et c’est à lui de décider. Je peux dire que la jument a eu une vraie bataille, les King George sont une course très dure. Et l’Arc de Triomphe est son objectif. J’étais gamin à l’époque, mais en Angleterre on m’a appris c’était après leur célèbre bataille des King George que Grundy (Great Nephew) avait perdu l’envie et très mal couru à York. Alors que son rival Bustino (Busted) n’a plus été revu en piste… »