JUDDMONTE GRAND PRIX DE PARIS (GR1) - Le rêve d’Arc de Japan

Courses / 14.07.2019

JUDDMONTE GRAND PRIX DE PARIS (GR1) - Le rêve d’Arc de Japan

DIMANCHE, À PARISLONGCHAMP

Japan (Galileo) peut poursuivre son rêve de Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Le représentant de Coolmore a fait le job dans le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Il n’a pas été aussi impressionnant que lors de sa victoire à Royal Ascot dans les King Edward VII Stakes (Gr2), mais la mission est en tout cas réussie : il est gagnant de Gr1 et peut rêver du premier dimanche d’octobre à ParisLongchamp.

Job done. Japan n’a pas laissé la folle impression de Royal Ascot, mais la course a eu un déroulement différent. Dans les King Edward VII Stakes, il avait musardé à l’arrière-garde dans une course qui avait été menée à un train d’enfer. Ce dimanche, à ParisLongchamp, Western Autralia (Australia) a fait le job de leader, mais le rythme n’était pas aussi élevé que lors de sa victoire en Angleterre. Japan a, de plus, fait tout le parcours en deuxième épaisseur, nez au vent, même dans la montée où il était le seul dans cette position alors que le peloton avançait en file indienne. Japan s’est montré tenace jusqu’au bout pour résister au retour de Slalom (Intello), de nouveau mal parti. Jalmoud (New Approach), qui a mené la chasse derrière le leader et était muni d’un bonnet ce dimanche, est troisième, une encolure devant Roman Candle (Le Havre).

Une configuration différente de celle d’Ascot. Japan avait été tellement impressionnant lors de sa victoire dans les King Edward VII Stakes, où il s’était imposé de quatre longueurs et demie, que l’on espérait voir quelque chose de similaire ce dimanche. Mais la course a été bien différente par sa configuration et Aidan O’Brien nous a expliqué : « Nous sommes contents de lui. Par rapport à sa victoire à Ascot, il y a eu moins de rythme. Lorsqu’il travaille à la maison et qu’il se retrouve en tête, il ne fait pas grand-chose : il a tendance à attendre les autres. À Ascot, ils avaient été très vite et lorsqu’il est venu, le reste du peloton s’est effacé, alors qu’aujourd’hui cela a davantage fini sur un sprint. En prenant en compte son comportement à la maison, nous sommes donc très contents de sa performance aujourd’hui. »

Du repos. Japan avait conclu troisième du Derby d’Epsom. Dans une arrivée extrêmement serrée, il avait conclu bon troisième, en poulain bébé et alors que son jockey avait perdu sa cravache en toute fin de parcours. Ce qui n’avait pas empêché le cheval d’arracher la troisième place, à un nez de Madhmoon (Dawn Approach), deuxième. Japan avait ensuite franchi encore un échelon à Royal Ascot. Le poulain progresse et rattrape le temps perdu, comme nous l’a dit Aidan O’Brien : « Nous l’avions un peu précipité pour l’amener sur les Dante Stakes puis le Derby d’Epsom : il avait eu de la température en début d’année et nous avions dû le ralentir. Nous avions un peu rattrapé le temps perdu : nous n’étions pas certains qu’il puisse aller sur les Dante, la décision a été prise au dernier moment et il avait été très bébé. Nous pensons qu’il aurait peut-être besoin d’un peu de repos désormais. Je crois qu’il doit avoir encore un peu de marge de progression : il progresse à chacune de ses sorties. Nous n’allons pas le bousculer. »

Irish St Leger ou Qatar Prix Niel. Japan va avoir un programme orienté vers l’Arc. Aidan O’Brien avait remporté le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1) l’an passé avec Kew Gardens (Galileo) et avait, avec lui, suivi la voie du St Leger de Doncaster (Gr1) – réputé pour être un tombeau en vue de l’Arc – en passant par les Great Voltigeur Stakes (Gr2). Japan aura un parcours plus "classique" : « Il est bien sur 2.400m, ainsi que sur 2.000m, et les Irish St Leger ou le Qatar Prix Niel devraient être ses options en vue de l’Arc. »

Aidan O’Brien ne répondra pas à la question : "est-ce votre meilleur 3ans ?", ce que Derrick Smith avait laissé entendre après Royal Ascot. « Je ne sais pas, nous sommes à une période où les 3ans progressent », dira le maître de Ballydoyle … Japan est peut-être le meilleur 3ans européen sur 2.400m : Anthony van Dyck (Galileo), lauréat à Epsom d’une demi-longueur, a été battu de six longueurs dans le Derby d’Irlande par Sovereign (Galileo). Une course difficile à analyser et nous en saurons plus sur lui dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1) où il devra se frotter à Enable (Nathaniel) et Crystal Ocean (Sea the Stars), excusez du peu !

Slalom laisse des regrets. Slalom avait hypothéqué toutes ses chances au départ dans le Qipco Prix du Jockey Club (Gr1). Mal parti, il avait conclu douzième. Ce dimanche, il a de nouveau été coquin au départ : il est resté dans sa stalle avant de verser à droite en sortant, heurtant la lice, lui qui partait de la stalle 1. Le rythme lui a permis de recoller mais le représentant de l’écurie Wertheimer & Frère doit laisser des regrets à son entourage : il a bien fini, mais trop tard… Slalom devrait pouvoir trouver sa voie sur 2.400m dans le futur. Reste à partir !

Jalmoud répond encore présent. Jalmoud, troisième, répond encore présent. Le représentant de Godolphin courait rapproché puisqu’il avait pris la deuxième place du Prix Eugène Adam (Gr2), il y a quinze jours, et il avait couru à Royal Ascot la semaine précédant le Gr2 de Saint-Cloud. Après l’Eugène Adam, Charlie Appleby avait dit que Jalmoud était probablement un poulain de 2.400m – il avait d’ailleurs remporté le Prix de l’Avre (L) sur cette distance. L’engagement dans ce Juddmonte Grand Prix de Paris tombait donc au bon moment et le poulain se comporte bien. Charlie Appleby nous a dit : « Nous sommes absolument ravis de sa course. Il a encore grimpé d'un niveau aujourd'hui. Il nous montre que 2.400m est bien sa distance. Il pourrait être de retour pour le Grand Prix de Deauville, mais pour le moment nous sommes vraiment contents de sa performance, de la manière avec laquelle il a accéléré et résisté aussi. »

PEDIGREE WEATHERBYS

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Japan-.pdf

Shastye, quelle poulinière ! Élevé par Newsells Park Stud, Japan a été acheté 1.300.000 guinées, yearling, à Tattersalls, par M.V. Magnier (avec Mayfair et Peter et Ross Doyle). Un an plus tard, à cette même vente de Tattersalls, M.V. Magnier est allé jusqu’à 3.400.000 Gns pour acheter son petit frère, aussi par Galileo. Shastye (Danehill), la mère de Japan, est une drôle de poulinière : on lui doit Secret Gesture (Galileo), gagnante des Middleton Stakes (Gr2) et deuxième des Oaks d’Epsom (Gr1), Sir Isaac Newton (Galileo), acheté 3.600.000 Gns par Coolmore, lauréat des International Stakes (Gr3), quatrième des Juddmonte International Stakes ainsi que des King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Grs1), et Maurus (Medicean), multiple placé de Groupe en Australie. Il ne manquait au palmarès de poulinière de Shastye qu’une victoire de Gr1 : Japan la lui a offerte ce dimanche.

C’est une grande souche Lagardère, Shastye étant fille de la gagnante du Prix Royallieu (Gr2) et placée de Gr1 Saganeca (Sagace) qui a produit le gagnant de l'Arc de Triomphe Sagamix (Linamix) et le lauréat de Gr1 Sagacity (Highest Honor). Elle a aussi donné Sage et Jolie (Linamix), d’où Sageburg (Johannesburg), lauréat du Prix d’Ispahan (Gr1).

 

 

 

Northern Dancer

 

 

Sadler’s Wells

 

 

 

 

Fairy Bridge

 

Galileo

 

 

 

 

 

Miswaki

 

 

Urban Sea

 

 

 

 

Allegretta

JAPAN (M3)

 

 

 

 

 

 

Danzig

 

 

Danehill

 

 

 

 

Razyana

 

Shastye

 

 

 

 

 

Sagace

 

 

Saganeca

 

 

 

 

Haglette


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’27’’07

De 1.000m à 600m : 23’’54

De 600m à 400m : 12’’05

De 400m à 200m : 12’’16

De 200m à l’arrivée : 12’’25

Temps total : 2’27’’07