KING GEORGE VI AND QUEEN ELIZABETH STAKES (GR1) - Enable, avec le cœur et le plan C

International / 27.07.2019

KING GEORGE VI AND QUEEN ELIZABETH STAKES (GR1) - Enable, avec le cœur et le plan C

KING GEORGE VI AND QUEEN ELIZABETH STAKES (GR1)

Enable, avec le cœur et le plan C

Les cracks possèdent une qualité de plus que les simples champions. Ils savent gagner des courses que l’on pense perdues. Quelques exemples ? Zarkava (Zamindar), qui rate le départ dans le Prix Vermeille avant de revenir en boulet de canon, Frankel (Galileo), qui s’endort à la sortie des boîtes dans les Champion Stakes, mais parvient quand même à dominer Cirrus des Aigles (Even Top)...

On lui avait tendu un piège. Enable (Nathaniel) s’est retrouvée prise dans le piège tactique tendu par Aidan O’Brien. Et son jockey, Lanfranco Dettori, a dû suivre le plan C, en décalant la jument en septième position, loin de l’animateur Norway (Galileo), et surtout derrière Crystal Ocean (Sea the Stars) et Waldgeist (Galileo), dans le sillage du deuxième favori. C’était une véritable épine dans le pied d’une jument qui aime partir de loin, en forçant le train. Mais Enable a remporté quand même son deuxième succès dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1), en ajoutant un neuvième Gr1 à son palmarès. Elle demeure invaincue depuis 809 jours et devient la seule double gagnante des King George et du Prix de l’Arc de Triomphe.

Un seul coup de cravache. Enable et son pilote ont repris par les oreilles – et celles de la championne sont longues… – une course très compliquée. Crystal Ocean occupait une place que l’on avait imaginée être celle d’Enable. Et la favorite a dû improviser. Lanfranco Dettori a décidé d’attaquer à la fin du dernier tournant et est arrivé lancé en pleine vitesse sur Crystal Ocean qui allait facilement. Il ne lui a pas donné le temps de réagir à son attaque. Le public a eu droit à une magnifique bataille de champions et Enable s’est imposée d’une encolure, avec un seul coup de cravache de Dettori. Le pilote a utilisé son outil de travail sans vraiment taper. On avait déjà vu cela dans les 100 derniers mètres du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2018. Il a donc mis en pratique un vieux dicton anglais : « Ne tape pas un cheval généreux. »

La course la plus dure de Lanfranco. Le pilote italien a déclaré tout de suite après la course : « Émotionnellement, je suis épuisé. Je pense que c’est la course la plus dure et la plus âprement gagnée de ma carrière. Elle est très bonne mais aussi très courageuse. Je n’ai pas de mots. Crystal Ocean est un très grand cheval, mais Enable s’est mise en "mode bataille" à 300m du poteau. On a offert au public ce qu’il réclamait. Ils ont eu droit à une fantastique course de chevaux. » Lanfranco a signé son sixième succès dans les King George.

La confirmation des ratings. Les handicapeurs peuvent être fiers de leur travail. Crystal Ocean avait deux livres de plus que la jument, qui bénéficiait de la décharge. C’est en quelque sorte le triomphe de l’arithmétique appliquée aux courses… Le Racing Post, tout de suite après la course, a assigné à Enable un rating de 127, c’est-à-dire une livre de moins que lors de son succès à Ascot en 2017. Et deux de moins que son meilleur rating enregistré lors de l’Arc de Triomphe 2017. John Gosden a expliqué : « Sa place à la corde a joué contre elle. Frankie a été obligé de la positionner plus loin que prévu, mais elle est revenue dans la course. C’est une jument magnifique et courageuse. La lutte avec Crystal Ocean a été un vrai spectacle. Maintenant, il faut voir comme elle revient de la course. York est bien au programme, mais il reste à décider si nous la ferons courir les Juddmonte International ou dans les Yorkshire Oaks. Ensuite, on a six semaines avant l’Arc de Triomphe. »

Crystal Ocean, battu mais applaudi. Crystal Ocean a couru comme un gagnant de King George et il est sorti grandi de la course, avec un Racing Post rating (129) en hausse de deux livres par rapport à celui de l’année dernière. Il a fait de son mieux et il a été battu par une adversaire plus forte. Son entraîneur, Sir Michael Stoute, a déclaré : « Il a offert un beau spectacle au public. C’est un grand lutteur et il répond toujours présent. À 100m du poteau, j’ai pensé un instant qu’il allait gagner. » Son jockey, James Doyle, a ajouté : « Au retour aux balances, mon cheval a été accueilli comme un gagnant. Il a vraiment mis tout son cœur sur la piste. »

Le meilleur Waldgeist. Le français a réalisé la meilleure course de sa carrière. Sans être en mesure de répondre aux accélérations des deux premiers, Waldgeist (Galileo) a terminé à deux longueurs de la lauréate. On peut éventuellement penser que dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2018, il était à une longueur trois quarts, mais cette année Enable est bien meilleure. Le Racing Post a boosté son rating à 123, c’est-à-dire trois livres de plus par rapport à sa meilleure performance. Le premier dimanche d’octobre, Waldgeist aura l’avantage de jouer à domicile… Le succès d’Enable n’a pas beaucoup modifié l’ante-post betting de l’Arc de Triomphe. La jument est à 1,5/1, alors que Crystal Ocean a vu sa cote tomber à 8/1, sur la même ligne que Sottsass (Siyouni). Japan (Galileo), lui est à 10/1.

Anthony Van Dyck, une catastrophe. Le grand piège concocté par Aidan O’Brien a failli fonctionner… à un détail près. Le cheval qui devait en bénéficier, à savoir le lauréat du Derby, Anthony Van Dyck (Galileo), a confirmé que la génération 2016 sur 2.400m est assez moyenne. Les œillères australiennes n’ont pas trop aidé le poulain de Coolmore, déjà battu à 800m du poteau et malgré un parcours en or. Il n’a même pas battu son leader, Norway. Personne ne peut lui enlever son titre de Derby winner, mais il devra montrer un tout autre visage lors de sa prochaine sortie, s’il ne veut pas rester comme un gagnant d’un Derby médiocre…