Le mot de la fin - Bahreïn

Le Mot de la Fin / 21.07.2019

Le mot de la fin - Bahreïn

Sur l’échiquier du galop mondial, le Bahreïn fait (encore) office de petit poucet. Mais à Royal Ascot, déjà, deux casaques bahreïnies, celles du cheikh Duaij Al Khalifa et du cheikh Nasser bin Hamad Al Khalifa, s’étaient distinguées dans deux belles courses pour les 2ans, les Norfolk Stakes (Gr2) et les Albany Stakes (Gr3). Ce dimanche, A’Ali (Society Rock), déjà lauréat à Ascot, a confirmé dans le Darley Prix Robert Papin (Gr2), et c’est un propriétaire radieux qui a ramené son cheval aux balances. Dorénavant, quelques fines cravaches vont monter à Bahrein l’hiver, comme Frankie Dettori ou Gérald Mossé. Il y a un mois, le racing club local a annoncé la création de la première course internationale, en novembre prochain, sur 2.000m. Mais c’est encore un signe de la montée en puissance de ce royaume.