Cravache

Le Mot de la Fin / 18.07.2019

Cravache

La cravache fait débat en Angleterre, suite notamment à des chevaux ayant gagné à Royal Ascot avec une bonne aide de cet ustensile. Vainqueur de plus de 4.194 courses dans ce pays, un record, l’entraîneur Mark Johnston a donné son sentiment, avisé, d’homme de cheval, sur la question : « Il y a des gens qui nous reprochent d’utiliser la cravache. Mais si l’on arrête la cravache, la prochaine chose sera les courses d’obstacle puis les courses dans leur ensemble, donc le plat également. Je pense que ce reproche est mauvais car il faut une cravache pour monter à cheval, les gens qui ont déjà monté le savent. Lorsque l’on parle de suppression de cravache, on oublie que l’on parle d’un animal qui vole presque et il faut induire cette accélération qui lui permet de voler. Le cheval de course a été élevé pour ça pendant trois cents ans. Dans un pré, un cheval va galoper, mais il ne galopera pas vite. Je pense que nous avons besoin de la cravache pour des raisons chimiques et physiologiques. Je l’ai testé avec des oiseaux. Si vous applaudissez derrière eux, ils volent plus vite. Ils ont alors une injection d’endorphine et d’adrénaline, comme le cheval dans la nature lorsqu’il doit se protéger, quelque chose de similaire à une arrivée dans les courses. Je pense que nos chevaux prennent plus de risques de blessures sans cravache. Ils ont besoin de la cravache pour leur suggérer d’accélérer, et dans le monde des courses, tout part de cette accélération… »