PALIO DI SIENA - Tale E Quale, un anglo pas comme les autres

International / 03.07.2019

PALIO DI SIENA - Tale E Quale, un anglo pas comme les autres

Tout le monde vous dira que mardi, à Sienne, le Palio della Madonna di Provenzano a été remporté par la Contrada de la Giraffe. D’autres vous expliqueront qu’il était associé au jockey Tittia – "quel froid" en argot sarde ! –, le nom de bataille de Giovanni Atzeni, lointain cousin d’Andrea. Et le cheval ? Même s’il est béni dans l’église du quartier, son nom n’est connu que par les vrais mordus de cette religion. C’est le Palio !

Par Franco Raimondi

Un anglo-arabe victorieux. Le cheval qui a remporté la Carriera est Tale E Quale (Tiglio de Ureco), un anglo-arabe à 32,7 % d’après le studbook italien. Il avait gagné une course dans un "hippodrome officiel" : c’était à Florence, le 9 avril 2016, quand il avait 4ans. Il n’était pas une flèche sur le gazon mais le but de beaucoup d’éleveurs d’anglo-arabes, après la chute des allocations en Italie, est de faire naître des sujets qui puissent courir le Palio. Celui de Sienne, mais aussi des dizaines d’autres, chacun ayant sa spécificité.

Le fils de deux champions. Tale E Quale possède un très bon pedigree. Son père, Tiglio de Ureco (Bagout), avait gagné 22 fois en 49 sorties, dont deux éditions du Gran Premio d’Italia dell’Anglo Arabo et il avait couru à Longchamp le Grand Prix des Anglo-Arabes, l’Arc de la race ! Les courses en Italie étaient à leur top quand Tiglio de Ureco était en piste : il avait décroché plus de 125.000 € de gains dans la seconde moitié des années 90 et avait officié pendant onze saisons avec 46 produits. Lors de sa dernière saison, en 2011, il a rencontré une certaine Varli (Darly). Enfin, ce n’était pas la première fois qu’il la rencontrait : la femelle avait battu son futur mari dans le Gran Premio d’Italia dell’Anglo-Arabo.

Varli, encore plus qu’Archidamia… Varli était une très bonne pouliche. Elle a gagné, à 3ans, le Derby Italiano dell’Anglo-Arabo et le Gran Premio Sardo avant de faire le déplacement à Tarbes pour le Grand Prix des Pouliches à 25 %. Elle est devenue poulinière, et lors du premier croisement avec Tiglio de Ureco, elle a donné la pouliche Ogiva. Cette dernière a gagné, à son tour, le Derby d’Italie des Anglos. Varli, gagnante de Derby, a donné une pouliche qui a remporté le Derby ! Chez les pur-sang, comme nous l’avons beaucoup écrit ces derniers jours, les pouliches gagnantes de Derby sont assez rares… Et sont encore plus rares celles qui ont produit à leur tour un gagnant de Derby ! Varli a donc fait plus fort que l’italienne Archidamia (Manna), mère du lauréat du Derby italien Arco (Singapore), et que Khawlah (Cape Cross) qui, après avoir remporté l’UAE Derby (Gr2), a donné le héros d’Epsom Masar (New Approach).

Quand les français arrivent en Sardaigne. Le pur-sang anglais est présent dans le pedigree de Tale E Quale via deux français. Son père, Tiglio de Ureco, est issu de Bagout (In Fijar), un produit de l’élevage de Brignac, qui avait couru une seule fois. Darly (Pharly), le père de Varli, fut bien meilleur en piste. Sous l’entraînement de David Smaga, il a gagné le Prix Exbury et le Prix d’Hédouville (Grs3) à 4ans, monté par Freddy Head. Et avant cette association, d’autres grandes cravaches sont passés sur sa selle : Lester Piggott, Yves Saint-Martin et Alain Lequeux. Il est arrivé très tard en Sardaigne, où il a officié deux saisons. Le Palio n’est pas qu'une simple course… et il faut un bon cheval pour le gagner !

 

 

 

In Fijar

 

 

Bagout

 

 

 

 

Balna

 

Tiglio de Ureco AA (38 %)

 

 

 

 

 

Matouka

 

 

Onda de Ureco AA (76 %)

 

 

 

 

Iris de la Crucca AA

TALE E QUALE AA (H7)

 

 

 

 

 

 

Pharly

 

 

Darly

 

 

 

 

Delphinia

 

Varli AA (26 %)

 

 

 

 

 

Braque

 

 

Valchiria de Palmas AA (52 %)

 

 

 

 

Cantelma AA