Vichy, en perpétuel mouvement

Courses / 13.07.2019

Vichy, en perpétuel mouvement

Vichy, en perpétuel mouvement

Le festival du Galop de Vichy débute ce lundi, avec un premier temps fort, le Prix Madame Jean Couturié (L). Philippe Bouchara, président de la Société des courses de Vichy, détaille l’édition 2019 de ce rendez-vous à part du calendrier.

Depuis 2017, le festival a été condensé sur cinq jours. Un format qui tient compte des contraintes des professionnels, et qui les satisfait. Philippe Bouchara explique : « On se rend compte, sur tous les meetings, que les professionnels restent moins longtemps qu’auparavant. Il est compliqué pour eux d’envoyer leur personnel une semaine entière loin de leurs bases. Nous nous sommes adaptés en condensant ce festival sur cinq jours. » De manière générale, Vichy met les petits plats dans les grands pour recevoir au mieux les professionnels. C’est le seul meeting où les entraîneurs sont invités dans les hôtels partenaires, selon leur nombre de partants. « Il faut récompenser ceux qui jouent le jeu, et amènent le plus de chevaux. À partir de cinq partants, ils sont logés gratuitement au Vichy Spa Célestins hôtel, à partir de trois partants ce sont d’autres hôtels partenaires. » Des soirées conviviales rythment le meeting. « Les professionnels aiment s’y retrouver, échanger dans une ambiance décontractée, décompresser un peu… »

Un fort réseau de partenaires. Pour assurer ce genre d’investissements, Vichy peut compter sur un solide réseau de partenaires, qu’ils soient locaux ou nationaux. « Nous avons signé un partenariat avec XL Airways, grâce à qui le public pourra gagner au tirage au sort un séjour à New York, mais aussi avec La Compagnie, les vans Théault, Decathlon, Vulcania, Élixir, à qui j’ai confié la direction artistique de nos spectacles vivants, Volkswagen, et bien sûr la communauté d’agglomération. Les subventions que nous octroient la communauté d’agglomération, le conseil général et le conseil régional nous permettent d’offrir le meilleur accueil possible aux professionnels et au public, mais pour continuer à bénéficier de ce soutien, il faut chaque année apporter la preuve de l’impact des festivals sur les villes avoisinantes. Cet argent ne tombe pas du ciel ! Heureusement, avec Frédéric Aguilera, le maire de Vichy, nous entretenons les meilleures relations sans oublier les maires de Bellerive et Cusset. » Grâce à ses efforts, Vichy continue d’attirer des professionnels venus de toute la France, mais aussi des pays limitrophes. Et Philippe Bouchara est conscient qu’il peut faire mieux encore : « Il est capital d’aller chercher les partants, de faire un vrai travail de prospection, surtout pour les Listeds et les Groupes. Nous le faisons et nous allons continuer de le faire, au trot comme au galop. C’est un travail de commercial, que chaque société de course ayant un programme international se doit de réaliser. Et chacun doit y mettre du sien. Sociétés de course, entraîneurs, propriétaires, jockeys : c’est en travaillant ensemble que nous réussirons ! »

Une garden-party aux couleurs du Maroc. Après le Japon l’an dernier, c’est le Maroc qui sera à l’honneur cette année lors de la garden-party du Grand Prix. Le meeting proposera un Prix de Casablanca le mardi, et un Prix de la SOREC le mercredi. « Nous recevrons pour la nocturne du Grand Prix tous les représentants de la SOREC, dont son directeur, Omar Skalli. Ils veulent profiter de ce rendez-vous pour promouvoir leur meeting international, et de notre côté, ce partenariat nous permettra de promouvoir Vichy au Maroc. » Les hippodromes de Vichy et de Casablanca-Anfa sont désormais jumelés.

Une réflexion sur les pistes d’entraînement. Ce festival du galop sera le premier pour Olivier Louit, directeur de la Société des courses depuis quelques mois, chargé de sa réorganisation et de sa modernisation. Cela passe par l’amélioration de l’accueil des chevaux, mais aussi la rénovation les pistes d’entraînement dans un futur proche. Il existe en effet une forte demande des entraîneurs pour laisser des chevaux sur place pendant le mois et demi où des courses de galop sont organisées.

Contenter le public aussi. Vichy cherche toujours à innover pour attirer le public. Le credo de Philippe Bouchara, c’est de proposer des animations en dehors des courses, de manière à ce que les spectateurs vivent une vraie expérience de spectacle, sans temps mort. Feu d’artifice lors de la nocturne du Grand Prix, spectacles vivants, jeux de lumières… Il faut que ce soit la fête ! L’offre de restauration a aussi été repensée. Le restaurant panoramique s’adresse à une clientèle traditionnelle qui aime regarder les courses devant un bon déjeuner/dîner. La brasserie satisfait ceux qui sont les plus pressés. Et pour les familles qui cherchent une offre bon marché, des snacks proposent hot dogs, sandwichs, crêpes, gaufres, glaces… Le tout à des prix plus abordables que par le passé. « Cette année, pour le festival du trot, nous avons enregistré une petite hausse de 1 % de notre fréquentation. Nous avons eu un pic de 2.000 personnes pour le Grand Prix, mais nous avons été pénalisés par des journées de canicule ou de pluie… Côté enjeux nationaux, on affiche un très bon +12,5 % pour le festival du trot. J’espère qu’on fera aussi bien au galop ! »

Enfin, Vichy est très présent sur les réseaux sociaux, Facebook et YouTube notamment, pour attirer du monde et les aider dans leurs paris.

LES GRANDES DATES

Lundi 15 juillet Prix Madame Jean Couturié (L)

Mardi 16 juillet Prix Hubert Baguenault de Puchesse - 7e étape du Défi du Galop (L)

Mercredi 17 juillet Grand Prix de Vichy (Gr3)

Jeudi 18 juillet Prix des Rêves d’Or - Jacques Bouchara (L)

Vendredi 19 juillet Prix Frédéric de Lagrange (L)