ARLINGTON MILLION (GR1) - Bricks and Mortar, une saison parfaite

International / 11.08.2019

ARLINGTON MILLION (GR1) - Bricks and Mortar, une saison parfaite

ARLINGTON MILLION (GR1)

Bricks and Mortar, une saison parfaite

Il faudrait un cataclysme pour empêcher Bricks and Mortar (Giant’s Causeway) de remporter le titre de meilleur mâle sur le gazon aux États-Unis. Le pensionnaire de Chad Brown a ajouté l’Arlington Million (Gr1) à sa collection de trophées remportés cette saison : cinq courses, cinq victoires dont quatre de Gr1, et 4,52 millions de dollars de gains (4,03 M€). Remarquable ! C’est sous le regard de Teruya Yoshida qui l’a acheté comme étalon que le cheval, que l’on pensait perdu pour les courses, a dominé son sujet, bien au-delà de l’écart (trois quarts de longueur) sur sa dauphine, Magic Wand (Galileo). Lors de leur première rencontre lors de la Pegasus World Cup Turf (Gr1) en janvier, Bricks and Mortar avait devancé de deux longueurs et demie l’élève de l’écurie des Monceaux et Skymarc Farm, qui avait bénéficié de sept livres de décharge, car elle avait couru sans Lasix. Il y aurait matière à s’attarder sur le sujet…

Magic Wand bonne deuxième. Mais revenons à la course et au succès de Bricks and Mortar, obtenu au terme d’une épreuve tactiquement compliquée, transformée en un long sprint avec un Bandua (The Factor) qui a passé les premiers 1.200m en 1’12’’94. Irad Ortiz s’est montré patient, il a attendu quand le favori était bloqué à la corde, et a enfin pu le lancer face à Magic Wand, qui s’est remarquablement défendue. Bricks and Mortar a parcouru les derniers 400m en 22’’, un très bon temps partiel. Bandua a conservé la troisième place devant le tenant du titre, Robert Bruce (Fast Company). Le français Intellogent ** (Intello) s’est classé sixième, à l’issue d’un parcours en épaisseur. Avec un meilleur numéro dans les boîtes il aurait terminé bien plus près.

Breeders’ Cup Turf, oui ou non ? La question est maintenant de savoir si ce succès dans l’Arlington Million — le quatrième (un record) pour Chad Brown — suffira pour décrocher l’autre titre, celui de Horse of the Year. Le copropriétaire, Seth Klarman, a déclaré à ce sujet : « Il possède une chance et vu la complexité des courses sur le gazon, cette chance est d’autant plus grande. » Klarman a ajouté que la Breeders’ Cup Turf est un possible objectif, mais la décision reviendra à Chad Brown. D’après des bruits qui ont circulé à Arlington, le Million risque d’être la dernière course de Bricks and Mortar. Le programme n’offre pas grande chose sur 2.000m d’ici la Breeders’ Cup et la tenue du cheval sur 2.400m est loin d’être une certitude. Son entourage va attendre désormais de voir si un autre cheval entre en scène pour l’obtention du titre de Horse of the Year d’ici la fin d’année avant de l’éloigner ou non des pistes.

Son avenir chez Shadai. Bricks and Mortar a sa place assurée chez Shadai Farm. Mais de là affirmer qu’il puisse remplacer Deep Impact (Sunday Silence) et King Kamehameha (Kingmambo), c’est aller un peu vite en besogne. Giant’s Causeway a réussi comme père d’étalons essentiellement grâce à Shamardal, et son fils Eskendereya officie au Japon. Le pedigree de Bricks and Mortar est assez facile à croiser avec les Deep Impact et les King Kamehameha, ce qui enrichira à coup sûr son carnet de bal.

Un fils de Beyond the Waves. Bricks and Mortar, acheté 200.000 $ à Keeneland en septembre, est un produit de l’élevage Strawbridge. Sa mère, Beyond the Waves (Ocean Crest), a gagné le Prix des Tourelles (L) et a pris plusieurs places dans les Groupes, dont un premier accessit dans le Prix de Royallieu (Gr2), sous la férule de Jonathan Pease. Elle a donné deux autres gagnants de Stakes et cinq sujets black types. La deuxième mère, Excedent (Exceller), a donné un autre sujet black type et sa fille, Miss Excitement (Rajab), a produit Bordonaro (Memo), un sprinter gagnant de Gr1.

Beyond the Waves a un foal par le lauréat de la Breeders’ Cup Sprint, Runhappy (Super Saver).