Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

DARLEY PRIX MORNY (Gr1) - Vraiment amazing !

Courses / 18.08.2019

DARLEY PRIX MORNY (Gr1) - Vraiment amazing !

DEAUVILLE, DIMANCHE

Amazing ! Darley n’aurait pas pu mieux choisir le slogan floqué sur la couverture du lauréat du Darley Prix Morny (Gr1). Earthlight (Shamardal) a été éblouissant, sur un terrain qui pourtant, ne servait pas ses aptitudes, et sous les yeux de son éleveur-propriétaire, le cheikh Mohammed Al Maktoum.

Après quelques mètres de course, Mickaël Barzalona a pu se placer dans le bon sillage, celui de Raffle Prize (Slade Power), avant de décaler l’alezan à 200m du poteau. La lutte s’est alors engagée entre le représentant Godolphin et la pouliche du cheikh Hamdan bin Mohammed Al Maktoum. Dans une superbe attitude, l’encolure tendue vers le but, et bien que cherchant l’appui sur sa gauche par manque d’expérience, Earthlight a offert à l’entraînement français un premier Morny depuis celui de Dabirsim ** (Hat Trick) en 2011.

Un deuxième Morny pour André Fabre, le premier pour Godolphin. André Fabre, lui, n’avait gagné le championnat européen des sprinters de 2ans qu’une fois, en 1992, avec Zafonic (Gone West). Zafonic avait couru le Morny directement après ses débuts victorieux – dix jours plus tôt – dans le Tancarville. Il avait ensuite gagné la Salamandre, un Gr1 disparu du programme français, et les Dewhurst Stakes (Gr1). À 3ans, bien que battu dans le Prix Djebel (Gr3), il avait remporté les 2.000 Guinées (Gr1). Earthlight a eu un début de carrière un peu différent, mais il pourrait suivre le même programme. Il se présentait au départ de ce Morny fort de trois succès en trois sorties, toutes en ligne droite. Sa performance la plus "discrète" fut sans doute celle de ses débuts, où le poulain n’a devancé que d'une encolure Dutch Chop (Amadeus Wolf), encore maiden à ce jour. Les deux poulains avaient cependant laissé le reste du peloton à distance, et Earthlight avait déjà fait preuve d’une attitude irréprochable, qui est l’une de ses grandes forces. « Ça, c’est Shamardal », a rappelé André Fabre à la presse britannique. Shamardal, l’étalon fétiche d’André Fabre, entraîné lors de sa campagne de 2ans par Mark Johnston… deuxième ce dimanche avec Raffle Prize. En attendant les ratings officiels, le Racing Post a donné 118 à Earthlight, c’est-à-dire trois livres de moins que Pinatubo, l’autre super-Shamardal de Godolphin.

Dewhurst, peut-être, Guinées, sûrement ! Après ses débuts mansonniens, Earthlight s’est comporté en élève modèle. Il a bien gagné sa Classe 2 à Deauville, puis a remporté le Darley Prix de Cabourg (Gr3) comme un galop du matin… Toujours auprès de la presse anglaise, André Fabre n’a pas mâché ses mots : « C’est pour moi l’un des meilleurs 2ans européens. Je suis ravi de sa performance, surtout sur un terrain comme celui d’aujourd’hui. Il ira sur plus long, c’est sûr. C’est un poulain de Guinées ! La question est de savoir s’il va recourir cette année. S’il récupère bien, les Dewhurst Stakes sont une possibilité. Et pour l’an prochain, j’ai une préférence pour les Guinées anglaises. C’est un poulain de grande classe… »

Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin, était très émue après cette victoire. Elle nous a dit : « Il y a tellement de personnes impliquées dans ce succès, des personnes qui font un travail magnifique, aussi bien à l’élevage qu’à l’entraînement. Offrir une telle victoire à Son Altesse le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, c’est beaucoup d’émotion. Nous avions un doute sur l’état du terrain, et André Fabre a même hésité à courir, mais la classe du poulain a fait la différence. C’est vraiment un cheval exceptionnel. » L’émotion était d’autant plus grande que Godolphin n’avait jamais gagné le Darley Prix Morny, et que le cheikh Mohammed Al Maktoum n’était plus venu sur l’hippodrome de Deauville depuis 14 ans et la victoire de Dubawi dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1)…

Au micro du cheval émetteur, Mickaël Barzalona a commenté : « Il a de la vitesse et un super mental ! J’allais très facilement dans le sillage de Raffle Prize, avec beaucoup de ressources. Sur cette piste collante, il n’a pas pu accélérer aussi fort qu’il peut le faire. Il est plus percutant en bon terrain… »

Le jumelé pour l’élevage Godolphin. Raffle Prize n’a pas à rougir de cette défaite. La pouliche a supporté le poids de la course et n’a rien lâché quand Earthlight l’a attaquée. Elle ne s’est inclinée que d’une encolure, un mois après son succès dans les Duchess of Cambridge Stakes (Gr2), qui faisait suite à sa victoire dans les Queen Mary Stakes (Gr2). Une 2ans "Johnston" typique, dure, et qui met aussi à l’honneur l’élevage Godolphin. C’est la première fois qu’elle affrontait les mâles et Mark Johnston a commenté : « Nous sommes ravis de sa performance mais également un peu déçus d'être battus de si peu à la fin. Cette année, je collectionne les accessits dans les Grs1 ! Elle a vraiment mis son cœur sur la piste. Je pense que venir ici était le bon choix. L'autre option était un Gr2 à York. Ce dimanche, elle confirme qu'elle est au sommet de la hiérarchie des pouliches en Europe. Après deux victoires de Gr2 et une deuxième dans un Gr1 face aux mâles, on peut dire qu'elle a accompli sa mission. La suite sera donc les Cheveley Park Studs. »

Golden Horde aussi gêné par le terrain. Les deux premiers ont fait le trou avec le reste du peloton. Golden Horde (Lethal Force), magnifique poulain alezan, se classe troisième à deux longueurs et demie. Le poulain entraîné par Clive Cox a rapidement été vu à la pointe du combat, mais il n’a pu soutenir la comparaison quand Earthlight et Raffle Prize se sont retrouvés à la lutte. Son entraîneur nous a dit : « Nous sommes très contents et très fiers de cette performance, car le gagnant a l'air d'être très bon. Golden Horde s'est sorti du terrain, mais pas aussi bien que le cheval d'André Fabre. Une piste plus sèche aurait été mieux pour mon poulain. L'assouplissement du terrain était un point d'interrogation, mais nous nous attendions à ce qu'il coure aussi bien. Il est désormais placé de Gr1 et continue de progresser. C'est un cheval très sympa à entraîner ; il a de la personnalité et un très bon tempérament. Il a un gros modèle et devrait faire un très bon 3ans. Les 1.200m sont sa distance, mais il ira peut-être sur un peu plus long l'année prochaine. Nous allons probablement courir les Middle Park Stakes (Gr1) à Newmarket, si tout va bien. »

Pedigree Weatherbys : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/EARTHLIGHTmorny.pdf

Un poulain signé Maktoum Al Maktoum. Le pedigree d'Earthlight est très signé par le regretté cheikh Maktoum Al Maktoum, qui est décédé en janvier 2006 quand Shamardal (Giant’s Causeway) était prêt pour sa première saison au haras. Il avait acheté le poulain à un autre propriétaire de Dubaï à la veille des Dewhurst Stakes (Gr1), qu’il avait remportés sous l’entraînement de Mark Johnston, avant de passer sous la bannière Godolphin. Le lauréat est issu de sa onzième saison, et la première comme étalon privé pour la famille Maktoum et ses amis. Earthlight est le 23e lauréat de Gr1 issu de l’étalon qui avait réussi en 30 jours à remporter la Poule d’Essai des Poulains, le Prix du Jockey Club et les St James’s Palace Stakes, tous Grs1. Cette année, il peut compter sur les deux meilleurs juniors : l’anglais Pinatubo et Earthlight. Pas mal avec une génération de 82 poulains et pouliches… L’année dernière, il avait eu 14 yearlings vendus pour un prix moyen 143.749 €.

Earthlight est le premier gagnant de Groupe issu du croisement Shamardal & New Approach (Galileo), ce qui est spécial car les deux sont des étalons Darley. Et de plus, son père et son grand-père maternel ont remporté les Dewhurst, ce qui est de bon augure pour le déplacement à Newmarket.

Quand il avait déniché la troisième mère… Le cheikh Maktoum Al Maktoum est rentré dans cette souche en 1988, quand il avait acheté pour 420.000 Gns la troisième mère, Zawaahy (El Gran Senor), une demi-sœur de Golden Fleece (Nijinsky), retiré après son succès dans le Derby et mort après deux petites saisons au haras. La pouliche était élevée par Barronstown Stud, Robert Sangster et J.P. McManus. Un trio qui fut à la base de la naissance de l’empire Coolmore. Zawaahy a gagné sa course mais n’était pas très bonne. Une demi-sœur d’un Derby winner méritait bien sa chance… Zawaahy a donné sept gagnants mais une seule vraiment bonne : Summertime Legacy (Darshaan). Elle a été vendue 60.000 $ (38.000 € à l’époque), à 18ans, à un éleveur canadien.

La rencontre avec André Fabre. André Fabre est rentré dans l’histoire de cette souche quand il a reçu Summertime Legacy. L’entraîneur a gagné avec elle le Prix des Réservoirs (Gr3), en fin de saison de ses 2ans, et la pouliche s’est classée troisième dans le Prix Saint-Alary et a disputé ensuite le Prix de Diane (Grs1). Elle a toujours visité des étalons Darley et n’a pas raté une seule année, avec onze produits sur onze saillies. En plus de la quantité (huit gagnants) elle a donné la qualité car Mandaean (Manduro) a remporté le Critérium de Saint-Cloud (Gr1) sous la férule d’André Fabre, tout comme Wavering (Refuse to Bend), lauréate du Prix Saint-Alary (Gr1).

Une propre sœur est arrivée. La mère d'Earthlight, Winters Moon (New Approach), a fait carrière avec Saeed bin Suroor. Elle a gagné lors de ses débuts à 2ans et à la fin de sa première saison, elle s’est classée troisième du Fillies’ Mile (Gr1). Elle avait décroché un rating de 109, mais à 3ans, elle n’a pas répété. Elle est donc partie au haras et Earthlight est son premier produit. Elle a donné ensuite une yearling par Dubawi (Dubai Millennium) et une foal par Shamardal, propre sœur du lauréat du Darley Prix Morny.

 

 

 

Storm Cat

 

 

Giant’s Causeway

 

 

 

 

Mariah’s Storm

 

Shamardal

 

 

 

 

 

Machiavellian

 

 

Helsinki

 

 

 

 

Helen Street

EARTH LIGHT (M2)

 

 

 

 

 

 

Galileo

 

 

New Approach

 

 

 

 

Park Express

 

Winters Moon

 

 

 

 

 

Darshaan

 

 

Summertime Legacy

 

 

 

 

Zawaahy

 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 13’’24

De 1.000m à 600m : 23’’30

De 600m à 400m : 11’’51

De 400m à 200m : 11’’56

De 200m à l’arrivée : 12’’42

Temps total : 1’12’’03