EN RÉGION - Craon se prépare pour les Trois glorieuses, tout en pensant à l’avenir

Courses / 28.08.2019

EN RÉGION - Craon se prépare pour les Trois glorieuses, tout en pensant à l’avenir

Du 31 août au 2 septembre, Craon organise ses célèbres Trois glorieuses. Le président de la société des courses locales, Hugues Crosnier, nous a présenté l’événement et ses nouveautés.

Par Christopher Galmiche

À Craon, chaque année, la société des courses locale met les petits plats dans les grands pour perpétuer son succès populaire : « La fête foraine est de retour sur l’hippodrome. La présence d’une trentaine d’exposants dans le village du Trophée vert constitue une autre nouveauté. Une chanteuse montera sur scène de 20 h à 20 h 45. Nous aurons ensuite un chanteur-imitateur jusqu’à 22 h 30-23 h et puis un disc-jockey viendra mixer jusqu’à minuit. Des navettes payantes seront disponibles pour ceux qui veulent poursuivre la nuit ailleurs. Dès samedi, une bandas jouera dans le village du Trophée vert. Tous les produits du terroir seront réunis pour passer un moment agréable. Dimanche verra le retour des trois disciplines avec le plat, l’obstacle et le trot. Je tiens d’ailleurs à remercier le président du galop de la Fédération Anjou-Maine pour son écoute et son soutien. Il a compris tout l’intérêt de rajouter une course plate lors du grand dimanche des Trois glorieuses.

La grande famille des courses est réunie et nous accueillons tous les professionnels du grand Ouest. C’est la fête des courses, avec des connaisseurs, mais aussi des néophytes. Les promeneurs qui viennent occasionnellement aux courses le font souvent à Craon. Le dimanche, nous aurons un vernissage avec des peintres amateurs. Nous allons essayer de créer une dynamique autour de la peinture dans les années à venir. Dominique Guesdon a travaillé sur le thème des courses et du cheval et une trentaine de ses œuvres seront exposées et disponibles à la vente. »

Un Grand Cross de qualité mais victime d’un calendrier chargé. Au sujet de ce qui constitue l’un des plus belles épreuves du programme français, Hugues Crosnier précise : « Le Grand Cross aura lieu à 16 h 40v après la finale du Trophée vert. Cette année, le Grand Cross de Dieppe se court quatre jours avant celui de Craon. Car l’épreuve a malheureusement dû être neutralisée. Je suis navré pour Antoine Auchère, pour lequel j’ai une pensée, et pour les organisateurs aussi. Mais c’est dommage d’avoir deux cross si proche alors qu’il y avait une réunion le 10 août à Dieppe… Nous devons essayer de travailler sereinement et de préserver normalement les grands événements. D’autant qu’il nous faut maintenir le chiffre d’affaires du PMU. Nous aurons malgré tout un lot de qualité. Nicolas de Lageneste envoie le troisième de l’an dernier, A Dieu Vat, Emmanuel Clayeux a des engagés, Christophe Dubourg a le vainqueur du Prix Télopée, Bandito Conti, qu’il a gardé spécialement pour cette épreuve, mais il y a aussi Bucefal, Parc Monceau et Chez Pedro… »

Deux épreuves pour prolonger la fête le dimanche. La réunion du Grand Cross étant redevenue une réunion 2, les horaires ont été décalés et, de ce fait, les courses débuteront plus tôt. Mais les spectateurs pourront profiter du spectacle un peu plus longtemps : « À l’issue de la réunion, nous avons rajouté deux courses supplémentaires pour permettre de prolonger la réunion, étant donné l’horaire de début des courses. À ce jour, je ne sais pas si elles seront P.M.H. ou PMU, mais elles ne seront pas retransmises sur Equidia. »

Un dernier tournant repris. Craon est l’un des rares hippodromes de province à pouvoir se targuer d’accueillir une étape de chaque championnat provincial tel que le Trophée vert, la Crystal Cup et bien sûr le Défi du Galop, qui aura lieu lundi. La piste plate a fait l’objet d’une rénovation : « Nous avons repris le dernier tournant au printemps et il apporte satisfaction aux professionnels. Il est plus fluide et permet des courses plus régulières. »

Qu’est ce qui fait le succès des Trois glorieuses ? Cet événement conserve sa popularité, au sujet de laquelle Hugues Crosnier nous a dit : « C’est un rendez-vous intemporel au moment où le monde va très vite. Un événement qui  permet de revenir à de vraies valeurs de la vie : les Trois glorieuses permettent aux gens de se retrouver en famille, après l’été et avant la rentrée scolaire. Nous sommes aussi dans une région où la culture du cheval est très ancrée. Tous les habitants de la région craonnaise ont un ami qui a une part de cheval, une poulinière ou un proche dans le milieu. Les familles craonnaises traditionnelles mangent ensemble le dimanche midi et vont aux courses l’après-midi. Craon est un théâtre de verdure avec un spectacle qui dure six heures. »

Travailler pour l’avenir. En juin, Craon a mis en place une opération spéciale autour de la jeunesse : « J’ai été faire des exposés dans les écoles sur le thème du cheval. En juin, nous avions invité tous les enfants, environ 350, sur l’hippodrome. Nous avions donné des entrées gratuites pour qu’ils reviennent avec leurs parents en septembre. Du travail de fond est à effectuer pour que dans le futur, les Trois glorieuses restent ce qu’elles sont actuellement. Même si le milieu des courses est perturbé, même si l’orage gronde, nous restons optimistes car c’est un sport superbe et  fédérateur. Il rassemble toutes les générations. Il faut que tout le monde ait la possibilité de prendre du plaisir en venant aux courses. »