EN RÉGION - La 166e édition des courses de Beaupréau aura lieu ce week-end

Courses / 21.08.2019

EN RÉGION - La 166e édition des courses de Beaupréau aura lieu ce week-end

Le week-end courses de Beaupréau est sans conteste l’un des rendez-vous hippiques de l’été en province. Et si le public s’y déplace massivement et que les enjeux ne cessent de progresser, c’est que Beaupréau est autre chose qu’un simple hippodrome, c’est une véritable institution.

Par Guillaume Boutillon

La plupart des sociétés de courses rencontrent des difficultés. Lorsque l’on demande à Phelippe Belliard d’expliquer un tel succès populaire, le président de Beaupréau répond : « Les courses à Beaupréau, c’est avant tout une tradition bien ancrée. La Fédération nationale a reconnu l’hippodrome en 1857 et cela compte je pense. Nous sommes 17 bénévoles et mettons tout en œuvre pour que ce rendez-vous continue d’exister. Chaque année, les gens se déplacent avec toujours autant de plaisir, les familles se réunissent et le spectacle en piste est au rendez-vous. Ce sera encore le cas en principe cette année, les samedi 24 et dimanche 25 août. »

Tout est prêt. La qualité de la piste avait été saluée, l’an dernier, par les professionnels. Cette année encore, malgré l’épisode caniculaire, tout a été fait pour leur donner à nouveau satisfaction : « Cela fait six mois que nous travaillons à l’entretien de la piste. Vu que nous proposons des courses de galop, d’obstacle et de trot, l’attente est d’autant plus grande. » Le rond de présentation avait été refait l’an dernier, permettant au public de se rapprocher davantage des chevaux.

Les conseils du maître de Beaupréau. S’il y a bien un professionnel qui a contribué à sortir Beaupréau de l’anonymat, c’est Henri-Alex Pantall. Son établissement du Bois-du-Coin qui s’étend sur 80 ha, est situé juste en face de l’hippodrome. Philipe Belliard nous explique : « Il a passé sa jeunesse ici et il est très attaché à Beaupréau bien évidemment. On lui demande constamment son avis lorsque l’on entreprend quelque chose. Pour nous qui ne voyons pas ce qui est fait ailleurs, c’est important de pouvoir compter sur quelqu’un comme lui. Chaque année, lors de notre grand rendez-vous, il vient. »

Une fréquentation remarquable. L’an passé, l’hippodrome avait comptabilisé plus de 6.000 entrées payantes sur deux jours, ce qui fait dire au président de la Société de courses : « Nous n’organisons que deux réunions par an. Et si nous ramenons cette performance aux entrées par jour, nous sommes premiers au niveau national hors hippodromes franciliens ! » L’an passé, le député Jean Arthuis s’était déplacé pour comprendre les raisons d’un tel succès. Philippe Belliard poursuit : « Il n’en revenait de voir un public si jeune. C’est sans doute notre force. C’est un public très familial qui se renouvelle sans cesseNous proposons beaucoup d’animations pour les plus jeunes et plus largement, il y a une grande fête foraine qui est installée. Ce qui est sûr, c’est que tout cela contribue certainement à notre succès. Comme chaque année, nous faisons gagner 100 déplacements à Auteuil et Vincennes lors d’un tirage au sort. »

La présence du PMU. En 2018, les enjeux sur le weekend ont atteint 138.000 € (+ 12 % s’ajoutant aux + 8 % de l’an dernier). « Là encore, cette somme ramenée sur deux jours nous élève au deuxième rang au classement des enjeux P.M.H. » Cette année, ce ne sont pas loin de 27 guichets fixes et quatre volants qui seront mis en place. Patrick Gratz, chargé de mission hippodromes au PMU, sera présent lors des deux journées. « Les gens qui viennent chez nous ne jouent pas des sommes folles, ce sont plutôt des petits parieurs. Mais c’est très important que le PMU soit représenté pour faire un peu de pédagogie auprès des néophytes. Nous tenions vraiment à ce que le PMU soit présent sur les deux jours et que les gens soient initiés aux paris. »

Les nouveautés cette année. « Aussi bizarre que cela puisse paraître, nous avions une offre en matière de restauration, mais pas de restaurant à proprement parler. C’est désormais le cas. Nous avons créé un restaurant panoramique come cela se fait sur les hippodromes d’un autre standing. Nous sommes capables de servir 250 couverts. » Au rayon des nouveautés, la Société de courses organisera deux soirées, l’une le samedi (tapas) et l’autre le dimanche (moules et huître). « La municipalité offre un feu d’artifice à 23 h dimanche. Le public pourra donc rester sur l’hippodrome en attendant. »

Aux deux jours de courses succède une foire agricole. Au petit matin, ce ne sont pas loin de 450 exposants qui s’installeront au centre de la piste. Philippe Belliard commente : « C’est nous qui organisons cette manifestation. Cela fait partie d’un tout et permet aussi d’avoir de nombreux partenaires. Nous avons d’autres projets pour l’année prochaine, notamment d’améliorer les stalles et les boxes. »