La France sur le grand marché de Baden-Baden

International / 29.08.2019

La France sur le grand marché de Baden-Baden

La présence française sera très forte ce vendredi à Baden-Baden, lors de la BBAG Jährling-Auktion, la grande vente allemande de yearlings. Le catalogue de cette année propose 226 sujets, c’est-à-dire 53 de moins qu’en 2018, quand 158 produits avaient trouvé preneurs pour un chiffre d’affaires de 6,05 millions d’euros. Vingt-six lots passeront avec une signature française, tout comme l’année dernière, soit 11,5 % du catalogue. L’élevage tricolore est aussi présent avec les produits d’étalons stationnés sur notre sol, qui sont au nombre de 50 (22,1 % du total), alors que 35 yearlings sont qualifiés pour la prime aux FR. Le haras d’Ombreville proposera sept sujets, le haras de l’Hôtellerie, six, le haras d’Annebault et le Petit Tellier sont à quatre alors que le haras de Taillis et le haras du Château de Rabondages en ont deux et le haras du Mondant un seul. Un point très important pour les propriétaires allemands, qui sont confrontés à des allocations très faibles, c’est l’opportunité de courir en France et on sait que, surtout pour un cheval qui n’atteint pas le niveau black type, la prime fait la différence entre la perte et la possibilité de s’en sortir sans trop de dégâts.

Deux Scalo sur la vague de Laccario. Le cheval qui a fait la Une en Allemagne cette année est le lauréat du Derby (Gr1) Laccario, qui sera au départ dimanche du Grosser Preis von Baden (Gr1). Il est par Scalo (Lando) qui a une petite production de 11 yearlings pur-sang conçus en 2017, quand il stationnait au haras du Logis Saint-Germain. Deux d’entre eux passeront sous les feux des enchères. Il s’agit de deux pouliches : l’une, présentée par le haras du Taillis, est une demi-sœur de Proud Mary (Gold Away) qui a décroché plus de 244.000 € primes comprises ; l’autre est née en Irlande. Il y a un peu d’histoire derrière cette dernière car elle est issue de Shahad (Galileo) qui a produit deux gagnants en France pour Son Altesse le cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani, dont le 2ans Charm King (Charm Spirit). La poulinière a été achetée 65.000 € chez Arqana quand elle était pleine de Scalo et elle est partie pour l’Irlande où elle a produit un foal par Lope de Vega (Shamardal).

Des français pour tous les goûts. Le lot du haras d’Ombreville propose trois sujets qui cochent les deux cases les plus importantes (étalon français et droit à la prime), deux Dabirsim (Hat Trick) et une Exosphere (Lonhro). Les quatre issus d’étalons qui stationnent dans d’autres pays sont des poulains par les allemands Adlerflug (In the Wings) et Lord of England (Dashing Blade), un Territories (Invincible Spirit) et un Power (Oasis Dream). Le haras de l’Hôtellerie offre deux Wootton Bassett (Iffraaj), une Intello (Galileo), un Myboycharlie (Danetime), un Evasive (Elusive Quality) et une Soldier Hollow (In the Wings), la seule qui n’a pas droit à la prime.

Trois des quatre lots du haras d’Annebault sont qualifiés et il faut noter une pouliche de la première génération de Vadamos (Monsun) issue d’Aquarelle Bleue (Sadler’s Wells), une fille de la classique Aquarelliste (Danehill). Le quatuor Petit Tellier coche les deux cases et comprend l’un des premiers yearlings de Bow Creek (Shamardal). Le haras de Château de Rabondages mise sur la vitesse avec une Dabirsim et une Scissor Kick (Redoute’s Choice), alors que le haras du Mondant propose l’un des huit produits de Maxios (Monsun), qui a eu sa première lauréate de Gr1 en début du mois quand Diamanta a remporté le Preis der Diana.

Le demi-frère de Diamanta. La présence française ne doit pas nous faire oublier que Baden-Baden reste la boutique de l’élevage allemand. Neuf des dix haras qui figurent en tête du classement des éleveurs sont représentés. Un demi-frère de Diamanta par Golden Horn (Cape Cross), présenté par le Gestüt Brummerhof, fait partie de ceux qui sautent aux yeux, mais le catalogue est bien fort, avec plein de frères et sœurs de gagnants classiques comme la demi-sœur par Sea the Stars (Cape Cross) de la lauréate du Preis der Diana Serienholde (Soldier Hollow). Kingman (Invincible Spirit) est là avec un poulain du Gestüt Rottgen de la belle souche de Wild Coco (Shirocco).  

Sea the Moon, douze mois après. Les étalons qui officient à l’étranger sont présents en majorité avec 122 produits, avec un fort apport de Sea the Moon (Sea the Stars), le lauréat du Derby allemand 2014 qui est chez Lanwades. L’année dernière, quand ses premiers 2ans découvraient les hippodromes, ses yearlings ont affiché un prix moyen de 44.153 €. Cette année, on le retrouve avec quatre gagnants de Groupe et treize sujets black types. Il a seize yearlings dans le catalogue, dont neuf présentés par son éleveur, le Gestüt Görlsdorf.

Soldier Hollow, plein de choix. Chaque vente a son étalon fétiche et chez BBAG, c’est Soldier Hollow (In the Wings) qui est l’étalon le plus cher du marché allemand. Ses 21 yearlings conçus à un tarif de 25.000 € sont très attendus. Il y a du choix car tous les grands haras lui ont envoyé une ou plusieurs poulinières.

Les premiers produits de Protectionist. Parmi les étalons de première production, six stationnent en Allemagne et en Suisse, comme c’est le cas de Vanishing Cupid (Galileo), le demi-frère de Vespone (Llandaff). Le héros de la Melbourne Cup Protectionist (Monsun) a 9 yearlings inscrits alors que le lauréat du Derby allemand Isfahan (Lord of England) et le gagnant de Gr1 Guiliani (Tertullian) sont à six. Ce dernier peut compter sur un demi-frère d’Ancient Spirit (Invincible Spirit).