Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

La journée Au-delà des pistes, un rendez-vous incontournable à Deauville

Autres informations / 24.08.2019

La journée Au-delà des pistes, un rendez-vous incontournable à Deauville

La journée Au-delà des pistes, un rendez-vous incontournable à Deauville

Samedi, l’hippodrome de Deauville accueillait sa journée dédiée à la reconversion, avec l’association Au-delà des pistes. C’était la quatrième édition de ce rendez-vous. Toute la journée, des démonstrations de dressage, polo ou CSO ont eu lieu sur l’hippodrome, ainsi que la traditionnelle parade des champions avec Signs of Blessing – le petit nouveau de la bande, fraîchement reconverti –, Kasbah Bliss, Cirrus des Aigles, Solow, Marchand d’Or, African Story et Prince Bishop.

Un public au rendez-vous. Le public était présent pour voir en action ou admirer les chevaux réformés. Des visites guidées avec l’équipe Au-delà des pistes avaient aussi lieu pour aller voir les chevaux – et notamment les champions – dans les écuries. Nous avons accompagné l’équipe lors de l’une des visites, où chaque cheval était présenté et où des explications sur la seconde vie des anciens chevaux de course étaient données. Un des visiteurs nous a dit : « Je ne viens pas beaucoup sur les hippodromes. Mais cela fait plaisir de voir que les chevaux sont si bien traités après leur carrière. J’avais tendance à penser qu’on pouvait les oublier un peu dans un coin une fois leur carrière finie. Je connaissais par exemple Solow et je suis content de le voir aujourd’hui : il est magnifique et a l’air vraiment heureux. » Une autre visiteuse a commenté : « Je viens parfois sur les hippodromes, même si je ne connais pas beaucoup les chevaux. C’est vraiment très agréable de voir tous ces anciens compétiteurs, même si on ne les connaît pas, car on comprend que l’on en prend soin. On a souvent tendance à penser que les chevaux finissent à l’abattoir une fois leur carrière de course terminée… C’est beau de les voir ainsi et c’est très instructif. »

Un rendez-vous bien identifié. Alix Choppin, membre de l’équipe d’Au-delà des pistes, nous a dit : « C’est notre quatrième journée à Deauville et elle est devenue l’un des temps forts du meeting de Deauville. Nous sommes ravis. C’est un rendez-vous qui est même attendu par la communauté : nous le voyons sur les réseaux sociaux, dès que nous postons les dates. Par exemple, nous avons une dame qui est venue du Kentucky aujourd’hui, juste pour voir Cirrus des Aigles, dont elle est fan ! Sur la journée en elle-même, c’est un succès. Il y a toujours de l’émotion à voir tous ces chevaux, à revoir les champions dans le rond. Il est touchant aussi de voir les anciens et nouveaux entourages se rencontrer, de voir Stéphane Pasquier et François Rohaut aller saluer Signs of Blessing, ou Maxime Guyon qui vient toujours voir Solow. Les démonstrations sont belles et montrent qu’il n’y a pas de corrélation entre le niveau en course d’un cheval et ce qu’il peut faire dans sa seconde vie : je pense à Ultramaille, qui attaque les 5 étoiles en concours complet avec Clara Loiseau et qui a fait une belle démonstration de dressage, alors qu’elle était une jument de course modeste. »

Au-delà des pistes et France Galop ont signé une convention le 30 avril 2019 pour soutenir la reconversion des chevaux de course. Alix Choppin poursuit : « Depuis que nous avons signé notre partenariat avec France Galop, le niveau de reconversion des chevaux a augmenté. En tout, 228 équidés ont déjà été reconvertis via les différentes structures. Au-delà des pistes a placé 45 chevaux : nous aidons financièrement, à hauteur de 300 , pour les chevaux qui ont besoin d’au moins deux mois de convalescence. Donc non, reconvertir un cheval ne coûte pas si cher ! La plupart des chevaux peuvent tout de suite être reconvertis. Avec nos structures, nous signons un contrat pour leur suivi : on doit nous donner tous les ans des nouvelles des chevaux reconvertis, nous assurer qu’ils sont placés chez des personnes ayant le niveau et les moyens pour s’en occuper… Le but est d’assurer leur reconversion sur le long terme. Nous ne voulons pas les retrouver dans dix ans sur un marché aux bestiaux. Et, si un cheval a été abandonné pour différentes raisons, nous avons à disposition un fonds d’urgence pour le récupérer et lui trouver une nouvelle maison. Nous pouvons aussi fournir une aide aux structures en cas de litige, en les orientant vers des professionnels s’ils ont besoin d’aide. »

Un travail entre hippique et équestre et à l’international. Au-delà des pistes, via des journées comme celles de ce samedi et via ses structures de reconversion, permet de créer des ponts entre l’équestre et l’hippique. En permettant au public des hippodromes de voir des réformés en action, en permettant d’avoir des contacts dans les centres équestres via les structures de reconversion. Et aussi via les concours pour chevaux réformés, organisés grâce aux installations de ces structures : cela leur permet aussi de mettre à l’honneur leur travail.

Au-delà des pistes est aussi membre de l’International Forum for the Aftercare of Racehorses créé par Godolphin, et la jeune structure française est désormais bien identifiée, comme nous l’a expliqué Alix Choppin : « La France est reconnue comme le pays qui a le plus vite progressé sur le sujet. Nous participons avec ce forum, qui est toujours un lieu de partage, où nous pouvons nous inspirer aussi de ce qu’il se passe à l’étranger. Ainsi, nous avons prochainement une réunion téléphonique avec une association du Japon, qui existe depuis plusieurs années mais souhaite se développer et créer un réseau, comme ce que nous avons fait. Au-delà des pistes est actif à l’international et il est sympa de voir que l’on s’intéresse au sujet partout dans le monde, souvent avec les mêmes difficultés à dépasser : le financement, et faire évoluer les mentalités. »

Vingt-deux structures accréditées

À la même période en 2018, Au-delà des pistes comptait quatorze structures accréditées. En ce 24 août 2019, vingt-deux l’ont été par l’association. En trois ans d’existence et de communication, Au-delà des pistes s’est fait connaître et les structures de reconversion lui font spontanément appel pour rejoindre le réseau. Alix Choppin nous a dit : « Nous avons beaucoup de demandes spontanées. Parfois, les cavaliers prennent un premier réformé et deviennent mordus. Je pense par exemple à une cavalière qui avait récupéré un cheval de l’Arqana Racing Club nommé Prince Bering. Il a eu une carrière modeste mais il est devenu un excellent cheval de dressage et elle a nommé son écurie de reconversion en son honneur : Écurie Bering Reconversion. »

Clara Loiseau, une ambassadrice au complet. Clara Loiseau est membre de l’équipe de France de concours complet et était présente ce samedi pour faire des démonstrations de dressage et de CSO avec sa jument Ultramaille. Elle nous a parlé de son travail avec les pur-sang : « Les pur-sang sont assez connus dans le concours complet. Au haut niveau, je suis la seule à en avoir dans l’équipe de France. Ils ont vraiment l’aptitude à cette discipline, même s’ils ne sont pas tous amenés à évoluer au plus haut niveau. Pour le cross, le pur-sang est le cheval parfait : on s’éclate tellement à monter un pur dans cette spécialité. Ils peuvent être un peu plus justes en dressage ou en CSO. Mais, en dressage par exemple, on demande un cheval avec de belles allures et donc de l’énergie, et ils en ont ! Au-delà des pistes m’a contactée pour devenir ambassadrice et j’ai évidemment accepté. J’aime les chevaux avant tout et les chevaux de course méritent une belle seconde vie. Ce sont des chevaux qui ont un passé : je ne veux pas dire qu’ils sont malheureux mais qu’ils ont appris à être des chevaux de course et qu’il faut leur apprendre un nouveau métier. Cela prend du temps, mais une fois qu’un pur-sang est devenu votre ami, il donnerait tout pour vous. Il faut savoir les écouter… Et ce sont des chevaux à l’écoute, matures. Je trouve un pur-sang de 4ans aussi mature qu’un selle français de 7ans ! »

Au-delà des pistes, bientôt d’utilité publique

Au-delà des pistes est en train de travailler pour obtenir le statut d’association reconnue d’utilité publique. Pour cela, il faut notamment trois ans d’existence et des lettres de recommandation. Au-delà des pistes espère obtenir ce statut qui permet notamment la défiscalisation des dons.