Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

La v.2 dans la bonne foulée

Institution / Ventes / 20.08.2019

La v.2 dans la bonne foulée

Ce mardi matin – à quelques heures du début de l’édition 2019 de la v.2 –, l’ambiance était au beau fixe dans les travées du site de l’agence Arqana. Les bons résultats des trois jours de la vente d’août ayant laissé s’installer une certaine confiance, il n’était pas exagéré d’aborder la v.2 avec optimisme. Et effectivement, la dernière partie de la vacation estivale se clôture positivement. Avec un total de 111 chevaux vendus, la v.2 a permis aux éleveurs français de trouver preneurs pour un nombre de yearling jamais atteint lors des éditions précédentes. Dans le même temps, le prix moyen progresse par rapport à l’année dernière pour atteindre les 36.901 €. Mathématiquement, le chiffre d’affaires est lui aussi en progression à 4.109.000 €. Selon ce critère, il s’agit (presque) d’une édition record, seule la mouture 2017 ayant fait mieux. À 79,86 %, le taux de vendus est quasiment identique à celui de l’année dernière. Du côté des étalons, le jeune No Nay Never (Scat Daddy) – vecteur de vitesse et de précocité – et le très jeune Shalaa (Invincible Spirit) – dont on espère qu’il suivra le même chemin – tirent leur épingle du jeu. C’est aussi le cas de Wootton Bassett (Iffraaj) et Kendargent (Kendor), eux aussi représentés au-delà de la barre des 100.000 €. Le haras de La Louvière termine en tête des vendeurs, à la fois par le chiffre d’affaires et le prix moyen. C’est d’ailleurs le haras de Lady O'Reilly qui a présenté le top price, à 135.000 €. Il s’agit d’une fille de Shalaa qui a attiré la convoitise des pinhookers et entraîneurs étrangers. Mais elle restera finalement en France car elle a été acquise par Alec Waugh et Isabelle Corbani, pour en faire une jument de course puis une poulinière. Ces derniers parient sur deux tableaux : le fait que Shalaa va confirmer avec ses premiers 2ans en 2019, mais aussi le fait que la souche va s’étoffer sous les mains expertes de Chryss O'Reilly et Marc Violette.

FAITS MARQUANTS

Une Wootton Bassett de la famille d’Almanzor pour le haras du Thenney et des amis

#403    F         Wootton Bassett & Darnella, par Manduro         110.000 €

            Acheteur : JMC Bloodstock/BLM Bloodstock

            Vendeur : Haras d’Étreham

            Éleveur : Haras d’Étreham

Sur le papier, cette pouliche par Wootton Bassett avait tout pour plaire : fille du top-étalon du haras d’Étreham, elle est par ailleurs issue d’une tante du champion Almanzor (Wootton Bassett). Darnella, la mère, n’a pas couru et son premier produit, Dardanos (Wootton Bassett), est à l’entraînement chez Frédéric Rossi et n’a pas encore débuté. La jument a un foal par Scissor Kick. La deuxième mère est donc Darkara (Halling), lauréate du Prix des Tourelles (L). Darkara est l’aïeule d’Almanzor, mais aussi de Guildsman (Wootton Bassett), un des bons 2ans anglais cette année qui s’est classé troisième des Coventry Stakes (Gr2). Il s’agit donc de la belle souche de Darjina.

Le bon a été signé à 110.000 € par Jean-Marie Callier, en compagnie de David Salabi notamment, pour cette pouliche avec une jolie page en vue d’une carrière de poulinière. Il a expliqué : « C’est une pouliche très athlétique et, selon moi, elle sortait du lot aujourd’hui. Elle aura certainement besoin de temps. Elle a été achetée pour un partenariat entre le haras du Thenney et des amis du haras du Thenney. L’idée est d’investir dans de bonnes pouliches en vue de l’élevage. Elle sera entraînée en France. »

Pascal Bary entraîne Kenlova… Et il entraînera aussi sa sœur !

#432    F         Kendargent & Ice Love, par Three Valleys          105.000 €

            Acheteur : Pascal Bary

            Vendeur : Haras de Colleville

            Éleveur : Guy Pariente Holdings

Pascal Bary a dans ses boxes la 2ans Kenlova (Kendargent), le premier produit de la rapide Ice Love (Three Valleys), qui remporta un Prix Ronde de Nuit (L). Et l’entraîneur vit de jolis moments avec Kenlova, qui porte la casaque de Gérard Laboureau (en association avec Guy Pariente). Kenlova a remporté, pour ses débuts, le convoité Prix de la Reine Blanche (Inédites) à Chantilly, avant de se classer bonne troisième du Connolly’s Redmills Prix du Bois (Gr3). Et elle reste sur une troisième place dans le Prix Six Perfections (Gr3), remporté par Tropbeau (Showcasing), la lauréate du Prix du Calvados (Gr2). Il s’agit d’une souche de vitesse dans laquelle on retrouve Ascot Glory, lauréate du Critérium de Maisons-Laffitte (Gr2) et troisième du Prix La Flèche (L).

Pascal Bary a commenté : « Je l’ai achetée pour Gérard Laboureau, aussi propriétaire de Kenlova. Cette pouliche lui ressemble beaucoup : elle a peut-être plus de force que Kenlova, mais elle est très jolie. Je pense que c’est un bon achat ! Kenlova, quant à elle, va aller sur le Prix d’Aumale (Gr3). »

Le frère d'Ella Diva par Intello pour Middleham Park Racing

#411    M        Intello & Ellary, par Equerry         67.000 €

            Acheteur : F. Barberini/Middleham Park Racing

            Vendeur : Haras de Grandcamp

            Éleveurs : Gaec Campos & Dr Lodge

Federico Barberini, en compagnie des hommes de Middleham Park Racing, a eu le dernier mot sur ce fils d’Intello avec deux grandes chaussettes et la même liste en tête que son père. C’est le quatrième produit de sa mère, Ellary (Equerry), laquelle a déjà donné la rapide Ella Diva (Heliostatic), lauréate du Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L). On retrouve encore de la vitesse avec la deuxième mère, Ella Nico (Archway), lauréate du Prix d’Arenberg (Gr3).

Mike Prince, l’un des responsables de l’écurie de groupe Middleham Park Racing, a expliqué : « Nous aimons beaucoup Intello et c’est un très beau poulain. Nous avons fait une liste assez restreinte sur les chevaux que nous souhaitons acquérir aujourd’hui et ce sont les premières enchères que nous plaçons. Il sera entraîné en Angleterre. »

Henri-François Devin craque sur un Wootton Bassett

#364    M        Wootton Bassett & Viva Espagna, par Elusive City        60.000 €

            Acheteur : Chauvigny Global Equine

            Vendeur : Haras d’Étreham

            Éleveur : Gestüt Zur Kuste Ag

Henri-François Devin a eu un coup de cœur sur ce lot 364, un puissant fils de Wootton Bassett et de Viva Espagna (Elusive City). C’est le deuxième produit de la jument, laquelle a été une jument de course utile. Elle n’a pas ouvert son palmarès en 21 sorties, mais a pris 16 places. Son premier produit n’a pas encore couru. Elle se nomme Viva Frankel, mais il y a un petit piège puisqu’elle est par le petit frère de Frankel, Morpheus. La deuxième mère est la championne Volvoreta (Suave Dancer), disparue en 2018, lauréate du Prix Vermeille et deuxième du Prix de Diane (Gr1). La troisième est donc l’espagnole Robertiya, championne dans son pays avant de devenir une très bonne reproductrice.

Henri-François Devin a commenté : « Il est par Wootton Bassett, un très bon étalon, il a grandi au haras d’Étreham… C’est un très beau poulain ! Je n’ai pas de propriétaire pour lui, mais il me plaisait beaucoup. »

Isabelle Corbani et Alec Waugh s’offrent une Shalaa

#393    F         Shalaa & Chabelle, par Shirocco   135.000 €

            Acheteur : Agence BHB

            Vendeur : Haras de la Louvière

            Éleveur : Écurie Skymarc Farm

Lors de la vente d’août, 14 des 17 yearlings issus de Shalaa (Invincible Spirit) ont trouvé preneurs, à une moyenne de 182.929 €. Ils ont été conçus lorsque l’étalon du haras du Bouquetot fonctionnait à 27.500 €. Lorsque cette élève du haras de la Louvière est entrée en scène, les Irlandais se sont pressés autour du ring. Et Alec Waugh a dû aller jusqu’à 135.000 € pour venir à bout de Willy Browne, Ken Condon et Ronaldo de Sousa. L’éleveur, qui a signé sous le nom de l’agence BHB (Hervé Bunel) nous a expliqué après avoir signé le bon : « Je l’ai achetée pour une association entre madame Corbani et Jedburgh Stud. Je ne sais pas chez quel entraîneur elle va aller. Nous avons déjà une pouliche par Shalaa chez nous et elle est très belle. Il s'agit d'un étalon auquel nous croyons beaucoup et ses produits seront certainement encore plus chers l’année prochaine ! Concernant ce lot 393, le croisement nous plaît également, notamment la rencontre de Zafonic et Mr. Prospector. Elle sera destinée à l'élevage après sa carrière sportive. C’est une vieille famille Lagardère. »

Un tandem qui fonctionne. L’association d’Alec Waugh et Isabelle Corbani connaît une belle réussite avec notamment City Light (Siyouni), lauréat du Prix de Saint-Georges (Gr3) et deuxième des Diamond Jubilee Stakes (Gr1), Post Var (American Post), troisième du Prix Sigy (Gr3), Opéra Vert (Green Tune), deuxième du Grand de Prix de Nantes et du Derby de l’Ouest (Ls) ou encore Louve Rouge (Gold Away), deuxième du Prix Robert Papin (Gr2). Chabelle (Shirocco), la mère de ce lot 393, a produit trois gagnants dont More than a Dream (Halling), deuxième du Prix Noailles (Gr3). Elle est aussi à l’origine d’In Front (Intello), lauréat de trois courses sur 2.500m et plus.

Sous la troisième et la quatrième mère, on retrouve Same World (Hawk Wing), deuxième d’un Hong Kong Derby (L à l’époque) ou encore Vahorimix (Linamix), lauréat de la Poule d'Essai des Poulains et du Prix Jacques Le Marois (Grs1).

Cette année, les filles de Shirocco (Monsun) sont à l’origine de plusieurs bons chevaux comme Telecaster (Dante Stakes, Gr2) ou encore Nova Sol (troisième du Prix des Réservoirs, Gr3).

Un élevage d’exception. Lady O'Reilly est l’un des meilleurs éleveurs européens et la réussite de sa production au meilleur niveau en atteste. Parmi les meilleurs chevaux qu’elle a élevés ou coélevés, on peut citer Bluemamba (Poule d’Essai des Pouliches, Gr1), Brilliance (Prix Saint-Alary, Gr1), Chinese White (Pretty Polly Stakes, Gr1), Chicquita (Irish Oaks, Gr1), Contributer (Ranvet Stakes & Liverpool City Council Chipping Norton Stakes, Grs1), Ectot (Critérium International & Joe Hirsch Turf Classic Stakes, Grs1), Equiano (King’s Stand Stakes, Gr1, deux fois), Joshua Tree (Canadian International, Gr1, deux fois), Helissio (Prix de l’Arc de Triomphe, Grand Prix de Saint-Cloud, deux fois, Prix Ganay & Prix Lupin, Grs1), Highest Honor (Prix d’Ispahan, Gr1), Lacovia (Prix de Diane & Prix Saint Alary, Grs1), Latice           (Prix de Diane, Gr1), Lawman (Prix du Jockey Club & Prix Jean Prat, Grs1), Le Glorieux (Grosser Preis Von Berlin & Washington DC International, Grs1), Le Triton (Prix Jean Prat, Gr1), Lightening Pearl (Cheveley Park Studs, Gr1), Lucratif (Premi Parioli), Mekhtaal (Prix d’Ispahan, Gr1) Mirio (Grand Prix de Saint-Cloud, Gr1) Most Improved (St James’s Palace Stakes, Gr1), Nahoodh (Falmouth Stakes), Priolo (Prix Jacques Le Marois, Prix du Moulin de Longchamp & Prix Jean Prat, Grs1), Shaka (Critérium de Saint-Cloud, Gr1), Silver Frost (Poule d’Essai des Poulains, Gr1)…

Les frères Wertheimer continuent à soutenir Anodin

#384    F         Anodin & Balle Blanche, par Rock of Gibraltar 80.000 €

            Acheteur : Wertheimer & Frère

            Vendeur : Haras de la Cour Blanche

            Éleveur : Écurie du Sud

Les frères Wertheimer soutiennent leurs étalons et c’est Pierre-Yves Bureau, qui a signé le bon à 80.000 € pour le lot 384, fils d’Anodin. Le racing manager de l’écurie Wertheimer & Frère nous a expliqué : « Nous aimons soutenir nos étalons et c’est une pouliche que nous aimons beaucoup. Je suis ravi de l’avoir achetée à son éleveur, qui utilise beaucoup de nos étalons. J’espère que ce sera une bonne pouliche. » Après Riverman (Never Bend), Lyphard (Northern Dancer), Green Tune (Green Dancer), Green Dancer (Nijinsky)… l’élevage Wertheimer est actuellement représenté par trois jeunes étalons dans l’Hexagone : Anodin, Intello et Attendu (Acclamation), tous stationnés au haras du Quesnay. Concernant le lot 384, il s’agit d’une fille de Balle Blanche (Rock of Gibraltar), une jument qui n'a pas couru. Au haras, elle a produit Blanche Dorée (Havana Gold), deuxième du Prix Finlande (L). Sa deuxième mère, Blanche (Loup Solitaire), a gagné le Prix Meautry (Gr3). Elle compte aussi plusieurs places au niveau Listed. Blanche a donné Indigo (Falco), gagnante du Prix La Sorellina (L). La troisième mère, Polomia (General Assembly), a gagné à 2ans sur les 1.400m de Marseille-Vivaux.

Le haras de la Cour Blanche accueille l’écurie du Sud, soit l’entité d’élevage de Jacques Rossi. Ce dernier est notamment l’éleveur de Savoken (Kentucky Dynamite), lauréat du Grand Prix de la Riviera Cote d'Azur - Jacques Bouchara (L), Ticafic (Solon), lauréat du Prix du Pont Neuf (L), Malhero (Hero’s Honor), troisième du Prix Right Royal (L), ou encore Duc de Calas (Dunkerque), lauréat du Prix Policeman (Classe 1).

Un Goken pour Jean-Claude Rouget

#386    M.       Goken & Belle de France, par Muhtathir 50.000 €

            Acheteur : Jean-Claude Rouget

            Vendeur : HSV Agency

            Éleveur : Écurie Haras de Saint-Vincent

Installés dans le Sud-Ouest au haras Saint-Vincent, Thierry Dalla Longa et Ludivine Charles ne se sont pas déplacés à Deauville pour rien en 2019. Lors de la vente d’août, cinq des six chevaux qu’ils présentaient ont été vendus, dont trois à 150.000 € ou plus. Et lors de la v.2, leurs trois yearlings ont trouvé preneurs. C’est notamment le cas de ce lot 386 qui a été acquis 50.000 € par Jean-Claude Rouget. Ce dernier connaît bien la famille car il entraînait sa mère, Belle de France (Muhtathir), une élève de François Bayrou, lauréat de deux courses sur le mile à 3ans. Il s’agit d’ailleurs de la bonne souche de l’élu palois. La deuxième mère, Life on the Road (Persian Heights), est à l’origine de 11 black types en première ou deuxième génération, avec notamment Fils de Viane (Kadounor), deuxième du Prix de Guiche (Gr3), Alix Road (Linamix), deuxième du Prix du Conseil de Paris (Gr2) et troisième du Prix Saint-Alary (Gr1), Sumbal (Danehill Dancer), gagnant du Prix Greffulhe (Gr2), Lily Passion (Sea the Stars), lauréate du Grand Prix du Nord (L), Lavender Lane (Shamardal), troisième des Prix de Malleret et de la Nonette (Grs2), Viane Rose (Sevres Rose), lauréate du Prix de la Nonette (Gr3)… Goken (Kendargent), le père de ce lot 386, est représenté par ses premiers yearlings cette année. Il est stationné au haras de Colleville.

Une fille de Scissor Kick pour Con Marnane

#368    F.        Scissor Kick & Winds Up, par Street Sense         50.000 €

            Acheteur : Con Marnane

            Vendeur : Hubert Honoré

            Éleveur : Debra Louise Hooper

En octobre 2018, Con Marnane avait acheté sur ce ring, pour seulement 16.000 €, celle qui allait devenir Wheels on Fire (Sidestep). Cette dernière s’est notamment classée deuxième du Prix du Haras de Bouquetot - Jacques Bouchara (L). Moins d’un an plus tard, le pinhooker a acheté sa sœur par Scissor Kick (Redoute’s Choice), étalon du haras d’Étreham, lequel est représenté par ses premiers yearlings. L’élève de Debra Louise Hooper, présentée par Hubert Honoré, a fait monter les enchères jusqu’à 50.000 €. La troisième mère, Dedicated Lady (Pennine Walk), troisième des Marble Hill Stakes (L), a donné Fairy Queen (Fairy King), lauréate du Prix de Royallieu (Gr2), Tashawak (Night Shift), lauréate des Falmouth Stakes (Gr2), et Acropolis (Sadler’s Wells), troisième du Critérium International (Gr1).

Middleham Park Racing et Nicolas de Watrigant, la belle histoire continue

#423    F         No Nay Never & Great Trip, par Lemon Drop Kid       120.000 €

            Acheteur : Mandore International Agency pour Middleham Park Racing

            Vendeur : Haras des Capucines

            Éleveur : Jean-Pierre Dubois

Entre la vente d’août et la v.2, Nicolas de Watrigant a acheté pas moins de huit yearlings… pour cinq clients différents ! Désormais installé à Deauville, le courtier nous a expliqué : « Je l'ai achetée pour Middleham Park Racing. C’est pour eux que j’ai acheté Boitron [Denford Stakes, L, ndlr] ou encore Tigre du Terre [troisième des British Stallion Studs EBF Stonehenge Stakes, L] lorsqu’ils étaient yearlings. C'est un excellent syndicat et je suis très heureux d'avoir acheté cette belle pouliche pour eux. » Élevé par Jean-Pierre Dubois – qui l’a défendu en compagnie de Didier Guillemin –, cette pouliche présentée par le haras des Capucines est une fille du très recherché No Nay Never (Scat Daddy). Le jeune sire de Coolmore est actuellement deuxième au palmarès des étalons européens de deuxième génération. Mais il est aussi, face aux sires confirmés, deuxième des pères de 2ans en Europe, juste derrière Shamardal (Giant’s Causeway) qu’il égale au nombre de lauréats black types (trois en 2019) grâce à Mystery Power (Superlative Stakes, Gr2), Arizona (Coventry Stakes, Gr2) et Shadn (Irish Thoroughbred Marketing Rose Bowl Stakes, L).

Concernant le lot 423, il s’agit du premier produit de Great Trip (Lemon Drop Kid), lauréate d’un handicap sur 1.600m à l’âge de 3ans et prise en valeur 38,5. La deuxième mère, Sweet Travel (Danzig), s’est classée deuxième des Prix d'Arenberg et Eclipse (Grs3). Cette souche Wertheimer a donné Iron Mask (Danzig), gagnant du Prix d'Arenberg (Gr3), Sofast (Rock of Gibraltar), lauréat du Prix La Rochette (Gr3) et deuxième du Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) ou encore Ameenah (American Post), lauréate du Prix Miesque (Gr3).

Laurent Benoît achète un No Nay Never en vue des breeze up

#433    M        No Nay Never & Ida the Fox, par Cosa Vera      120.000 €

            Acheteur : Broadhurst Agency

            Vendeur : haras du Logis Saint-Germain

            Éleveur : haras du Logis Saint-Germain

Précoces et vites, les produits de No Nay Never (Scat Daddy) sont très recherchés sur le marché des breeze up. Lors de l’édition 2019 de celle de l’agence Arqana, huit produits de cet étalon de Coolmore ont été vendus à un prix moyen de 205.375 €, dont deux au-delà de 500.000 €. Et c’est d’ailleurs dans cet objectif que Laurent Benoît a signé le bon à 120.000 € pour le lot 433. L’homme de Broadhurst Agency a expliqué : « C’est un poulain par un étalon très populaire, et il devrait revenir ici à l’avenir. » Il s’agit du premier produit d’Ida the Fox (Cosa Vera), une jument qui n’a pas gagné. Sous la deuxième mère, on retrouve l’étalon du haras de Bouquetot Zelzal (Sea the Stars), lauréat du Prix Jean Prat (Gr1), en battant le record des 1.600m de Chantilly, mais également Ibiza (Redoute’s Choixe), lauréate du Prix Chloé (Gr3).

Le haras du Logis Saint-Germain réalise une belle année sportive en 2019, avec Royal Lytham (Gleneagles), gagnant des July Stakes (Gr2) et troisième des Phoenix Stakes (Gr1), Dream and Do (Siyouni), deuxième des Marettes récemment mais aussi et surtout French King (French Fifteen), lequel est désormais en bonne place dans l’ante-post betting du prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Il a commencé sa saison en remportant le H.H. The Amir's Trophy (Gr1 local, 2.400m) à Doha. De retour en Europe, il s’est imposé dans le Carl Jaspers-Preis - Gerling-Preis (Gr2, 1.400m), puis dans le Pferdewetten.de Grosser Hansa Preis (Gr2, 2.400m) et enfin dans le 129th Longines Grosser Preis von Berlin (Gr1, 2.400m).

Sylvain Vidal présent jusqu’au bout pour son Wootton Bassett

#483    M        Wootton Bassett & Résistance, par King’s Best   75.000 €

            Acheteur : Sylvain Vidal

            Vendeur : Haras de la Louvière

            Éleveur : Écurie Skymarc Farm

Sylvain Vidal est resté jusque tard dans la soirée pour avoir ce lot 483, un beau fils de Wootton Bassett présenté par le haras de la Louvière. Le poulain est le deuxième produit de sa mère, Résistance (King’s Best), qui a remporté le Prix Pimpin à Lyon-Parilly. Et son premier produit, Troilus (Siyouni), a eu la bonne idée d’ouvrir son palmarès au début du mois d’août à Deauville, dans le Prix d’Étreham (Maiden). On retrouve de la vitesse et de la précocité sous la deuxième mère, Rocky Mistress (Rock of Gibraltar), laquelle a donné Rajastani (Zamindar), deuxième du Prix d’Aumale (Gr2) et troisième du Prix des Réservoirs (Gr3).

Mais c’est surtout le physique et l’attitude du poulain qui ont séduit Sylvain Vidal : « Il est toujours encourageant de voir le premier produit ouvrir son palmarès. Bien évidemment, c’est un élève du haras de la Louvière. J’aime beaucoup ce poulain : il fait très précoce, c’est un excellent marcheur. Je l’ai longtemps observé et il est très professionnel, très attentif, toujours de l’avant. Je trouve qu’il est vraiment dans le moule des Wootton Bassett : il est plus petit que son père mais a la même attitude. »

Jean-Claude Rouget poursuit son shopping

#441    F         Olympic Glory & Lamorlaye, par Danehill Dancer        75.000 €

            Acheteur : Jean-Claude Rouget

            Vendeur : Haras de Castillon

            Éleveurs : HN. Al-Habadi & ZM. Al-Khayarin

#462    M        The Wow Signal & Monatora, par Hector Protector

            Acheteur : Jean-Claude Rouget

            Vendeur : Haras de la Haie Neuve

            Éleveurs : Haras de la Haie Neuve & S.A.S. Régnier

Jean-Claude Rouget a acheté dix lots lors de la vente de yearlings d’août Arqana, dont sept lors de la partie 2. L’entraîneur était encore présent pour cette vente v.2. Ce lot 441 était son quatrième achat de la journée, sachant qu’il avait été auparavant battu sur quelques lots en vue. Jean-Claude Rouget a eu le dernier mot à 75.000 € pour ce lot 441, une fille d’Olympic Glory et de Lamorlaye (Danehill Dancer) : elle présente un inbreeding en 3x2 sur Danehill Dancer (et donc en 4x3 sur Danehill).

Lamorlaye, la mère, a gagné une course. Elle a deux produits en âge de courir. Le premier, Talbah (Style Vendôme), a pris la troisième place du Prix Imprudence (Gr3). Le deuxième, également une femelle, s’appelle Wasmya (Toronado). C’est une pouliche prometteuse entraînée par Francis-Henri Graffard, qui reste sur un succès dans le Prix Flambeau (Classe 2, 3ans) pour sa troisième sortie. La pouliche a pour troisième mère Lagrion (Diesis), mère du champion Danehill Dancer (Danehill) et de la classique Homecoming Queen (Holy Roman Emperor). Mais tout cela n’est que littérature : nous savons bien que Jean-Claude Rouget n’achète pas des pages de pedigrees !

Un puissant frère d'Hurricane pour 60.000 €. Jean-Claude Rouget, au côté duquel se tenait notamment Alain Jathière, a eu le dernier mot sur le lot 462, un puissant fils du regretté The Wow Signal. L’étalon a eu peu de produits – quinze produits (2ans et yearlings) enregistrés sur France Galop – et ses premiers rares 2ans sont en piste en 2019. The Wow Signal a déjà été à l’honneur avec Space Ace, lauréat en Angleterre pour l’entraînement d’Archie Watson, et Glory Maker, lequel a gagné un réclamer dans un bon style à Compiègne pour l’entraînement de Karl Burke. Et il avait déchaîné les convoitises car, mis à réclamer à 34.000 €, il a changé d’entourage moyennant 45.001 €, rejoignant les boxes de Pia Brandt.

La mère, Monatora (Hector Protector), avait gagné une course à réclamer à Deauville au mois d’août de ses 2ans. Elle a bien produit au haras et Jean-Claude Rouget connaît la famille car il a entraîné le beau Hurricane (Hurricane Cat), lauréat du Prix de la Californie (L) et deuxième du Prix Montenica (L). Monatora a produit de bons sujets de 2ans : on lui doit aussi Francesco Béré (Peer Gynt), entraîné par Didier Guillemin. Lui aussi fut un bon 2ans, remportant le Critérium du Fonds Européen de l’Élevage (L) puis, au début de son année de 3ans, le Prix Omnium II (L). Il avait été jugé digne de disputer la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), où il n’a pas pu briller, et il s’est un peu perdu ensuite. Il évolue désormais sur les obstacles.

Tangui Saliou nous avait dit sur ce lot 462, nommé Imperial Béré : « Imperial Béré sort aussi de l’ordinaire. C’est le frère d’Hurricane (Hurricane Cat), lauréat du Prix de la Californie (L), et de Francesco Béré (Peer Gynt), gagnant du Critérium du Fonds Européen de l’Élevage et de l’Omnium (Ls). Ce poulain, c’est une force de la nature, tout en ayant beaucoup d’équilibre. »

Henri-François Devin actif du début à la fin

#474    M        Pedro the Great & Peinture Céleste, par Peintre Célèbre          60.000 €

            Acheteur : Mandore International Agency

            Vendeur : Haras de la Haie Neuve

            Éleveur : Écurie Maulepaire

Acheteur du lot 364, Henri-François Devin était présent quelques 110 lots – et longues heures – plus tard pour poser l’enchère gagnante sur le lot 474, à 60.000 €. Ce fils du regretté Pedro the Great, présenté par le haras de la Haie Neuve, est le sixième produit de sa mère, Peinture Céleste (Peintre Célèbre), une jument restée maiden en six sorties, mais ayant pris quatre places en compétition. Au haras, elle aura donné un gagnant sur quatre produits ayant couru, mais un drôle de cheval dans sa catégorie : à 9ans, Peintre Français (Della Francesca) continue de courir, lui qui a disputé 144 courses pour 14 victoires et 48 places. La deuxième mère, Grenouillère (Alysheba), est l’aïeule du rapide Cox Bazar (Nombre Premier), qui avait laissé une belle impression à 3ans, en battant ses aînés dans le Prix du Cercle (L). Il s’agit d’une souche vivante où, sous la troisième mère, on retrouve des chevaux comme Candide ou Phelp’s Win. Henri-François Devin a commenté : « Je ne sais pas qui sera le propriétaire, mais je sais qui sera l’entraîneur ! C’est tout simplement un beau poulain, bien élevé, issu d’un bon étalon. »

Un Sir Prancealot pour Amanda Skiffington

#481    M.       Sir Prancealot & Rainbow Vale, par Moss Vale  90.000 €

            Acheteur : Amanda Skiffington

            Vendeur : Haras de la Louvière

            Éleveur : Écurie Skymarc Farm

Alors qu’Arthur Hoyeau enchérissait tout en haut des tribunes, c’est Fabrice Chappet qui a eu le dernier mot à 90.000 € pour le lot 481. C’est plus de dix fois le prix de saillie de Sir Prancealot (Tamayuz) qui officiait à 8.000 € en 2017. Sa production s’est notamment distinguée aux États-Unis grâce à Beau Recall (Royal Heroine Stakes, Churchill Distaff Turf Mile Stakes & Yellow Ribbon Handicap, Grs2) et Madam Dancealot (San Clemente Handicap et Santa Ana Stakes, Grs2). L’entraîneur cantilien nous a expliqué qu’il avait acquis ce très beau poulain pour Amanda Skiffington dont le nom apparaît d’ailleurs sur le bon. Il ne nous a pas confirmé s’il allait entraîner cet élève de Chris O’Reilly, comme un certain nombre d’achats d’Amanda Skiffington pour Fiona Carmichael. Ce lot 481 est le premier produit de Rainbow Vale (Moss Vale), une jument qui n’a pas gagné. La deuxième mère, Rainbows for All (Rainbows of Life), est lauréate des Robert H. Griffin Debutante Stakes (Gr3). Au haras, elle a donné Rainbow Crossing (Cape Cross), gagnante du Prix Petite Étoile (L). Rainbows for All est par ailleurs la deuxième mère de deux bonnes pouliches, Al Jazi (Canford Cliffs), double lauréate des Oak Tree Stakes (Gr3), et Rime à Rien (Amadeus Wolf), deuxième du Prix de la Vallée d'Auge (L).

Le frère de Sexy Metro pour Paul Basquin

#460    M.       Diamond Green & Mindset, par Vettori   80.000 €

            Acheteur : Mandore International Agency pour Middleham Park Racing

            Vendeur : Haras des Granges

            Éleveur : Mathieu Daguzan-Garros

Entre le haras des Granges et le haras du Saubouas, il y a près de 80 km par la route. Mais vu de Deauville, on peut dire que Mathieu Daguzan-Garros et Paul Basquin sont presque voisins. Aussi, avant les ventes du mois d’août, ce dernier a pu rendre visite à l’éleveur gersois chez qui il a repéré ce lot 460. Après avoir signé le bon à 80.000 € – soit le yearling le plus cher de la production de Diamond Green (Green Desert) sur le ring de Deauville – Paul Basquin a déclaré : « C’est un très beau poulain que j’avais déjà vu à l’élevage. C’est le propre frère d’un très bon 2ans. Il bouge très bien, il est sain et assez mature physiquement. Il va aller à l’entraînement chez Didier Guillemin, comme son frère avant lui. » Mindset (Vettori), placée à plusieurs reprises à 2ans et gagnante à Pau en plat, a donc produit Sexy Metro (Diamond Green). Sous l’entraînement de Didier Guillemin, ce dernier a remporté le Prix La Flèche (L) et il s’était classé deuxième du Prix Robert Papin (Gr2), à une tête de Signora Cabello (Camacho), future deuxième du Darley Prix Morny (Gr1). Mindset a aussi donné Birdparker (Never on Sunday), deuxième du Prix Alain et Gilles de Goulaine (L) sur les obstacles d’Auteuil. La deuxième mère, Eden (Polish Precedent), est gagnante à 2ans. Elle a notamment donné Thattinger (Salse), vainqueur du Prix Matchem (L) et troisième du Prix de Guiche (Gr3), Chink of Light (Dr Fong), troisième du Chester Vase (Gr3), et Kindling (Dr Fong), gagnante des Willies Park Stakes et troisième du Prix Vulcain (Ls). Cette dernière a produit à son tour Nebo (Kodiac), gagnant des Horris Hill Stakes (Gr3) et deuxième des Superlative Stakes, des Richmond Stakes, du Critérium de Maisons-Laffitte et troisième des Mill Reef Stakes (Grs2), et Bayan (Danehill Dancer), vainqueur du Ladbroke Hurdle (Gr3).