LARC PRIX MAURICE DE GHEEST (GR1) - Advertise, c’est du costaud !

Courses / 04.08.2019

LARC PRIX MAURICE DE GHEEST (GR1) - Advertise, c’est du costaud !

DEAUVILLE, DIMANCHE

Advertise (Showcasing) est un sacré poulain. Déjà, physiquement, il en impose. Le représentant de Phoenix Thoroughbred n’a pas déçu dans le Larc Prix Maurice de Gheest (Gr1), même s’il lui a fallu se battre jusqu’au bout face à un Brando (Pivotal) des grands jours.

Un peu perdu seul en tête. Dans une course rythmée, il a évolué dans le sillage de Pretty Pollyanna (Oasis Dream), petite bombe de vitesse qui trouvera le temps un peu long pour finir. Advertise s’est porté sur la ligne de tête à 300m du poteau et Frankie Dettori n’a pas pu se relâcher, le poulain penchant un coup à droite, un coup à gauche… Mais il n’a rien lâché – jusqu’au bout – et a résisté à la fin de course d’un grand Brando, toujours redoutable lorsqu’il est au mieux. Une encolure les sépare. Space Blues (Dubawi), vu plutôt le long du rail extérieur dans le sillage de King Malpic (King’s Best), a bien fini en se décalant en pleine piste pour prendre la troisième place à trois quarts de longueur, devant Spinning Memories (Arcano), bonne quatrième à une tête, et One Master (Fastnet Rock), à une demi-longueur. Pretty Pollyanna, sixième, a craqué pour finir, tandis que Polydream ** (Oasis Dream), vue derrière Space Blues, a conclu correctement… Mais la portion extérieure de la piste n’était probablement pas la meilleure.

Contrat rempli. Advertise est taillé en sprinter, tout en muscles. En neuf sorties, il n’est sorti qu’une seule fois des deux premiers : c’était dans les 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1), où il a conclu quinzième. Mais les pensionnaires de Martyn Meade n’étaient pas au mieux… L’entraîneur est un personnage à part : ce businessman, président de Hadleigh Partners, n’a pas créé sa fortune en entraînant. Au contact des chevaux depuis toujours – il a aussi fait du polo –, il s’est lancé comme entraîneur davantage comme un hobby… En écoutant Martyn Meade sur la suite de la carrière d’Advertise, on sent ressortir l’homme d’affaires : « Frankie a toujours envie de plus [pour la suite du programme, ndlr] ! De mon point de vue, il n’a pas forcément besoin d’en faire plus mais, évidemment, il est dans la forme de sa vie et il pourrait encore courir deux ou trois fois cette saison. Toutes les options sont ouvertes et je ne vais pas m’engager sur une prochaine sortie. Il a fait tout ce qu’il avait à faire et il lui faut désormais terminer en étant en haut de l’affiche. Nous voulons en faire un bon étalon, lui qui partira au haras à la fin de l’année. » Martyn Meade a indiqué la Sprint Cup d’Haydock (Gr1), le Qatar Prix de la Forêt (Gr1) et le British Champion Sprint (Gr1) pour la suite de son programme. Ce sera probablement deux de ces trois options pour Advertise. Reste à savoir si l’entraîneur écoutera son jockey, Flying Frankie, qui a une préférence pour les deux Grs1 britanniques.

Confiant. Après les Guinées, Advertise avait montré qu’il ne fallait pas le rayer en survolant la Commonwealth Cup (Gr1), à Royal Ascot. Le poulain restait sur une deuxième place dans la Darley July Cup (Gr1), où Ten Sovereigns (No Nay Never) avait fait un numéro, alors qu’Advertise était parti mollement. Ce dimanche, il s’est bien élancé et n’a été inquiétant que dans la phase finale, où il a pas mal louvoyé. Mais Martyn Meade ne s’est pas franchement inquiété : « Je savais qu’il allait le faire. Le rythme était essentiel. Lorsque Frankie a pris la tête, je me suis demandé s’il ne prenait pas la tête un peu tôt mais il savait exactement ce qu’il faisait et je n’avais pas de doute sur le fait qu’il puisse résister. Mais ce n’est jamais fini tant que le poteau n’est pas passé ! Il a gagné trois Grs1, c’est fantastique. Je crois qu’à Newmarket il n’est pas bien sorti de sa stalle et, sur la July Course, il était compliqué d’aller chercher Ten Sovereigns, qui avait pris le large. Il faut jouer avec ses forces et, aujourd’hui, le rythme important imprimé en début de course était un plus. »

Trois et douze pour Frankie. Plus rien n’arrête Frankie Dettori, l’homme qui fait transpirer d’angoisse les bookmakers… Au nombre de victoires de Gr1 cette année – et donc de sauts de l’ange, gare aux genoux Frankie ! –, le pilote italien en est à douze. Son record de seize Grs1 en une année (en 2001) est plus que jamais à portée de main. Frankie Dettori décroche par ailleurs son troisième Gr1 cette semaine, après Stradivarius (Sea the Stars) dans la Qatar Goodwood Cup et Too Darn Hot (Dubawi) dans les Qatar Sussex Stakes. Ne demandez pas au pilote s’il est content ! Non, Frankie s’en veut d’avoir été battu par Deirdre (Harbinger) dans les Qatar Nassau Stakes (Gr1) : « Je m’en veux encore parce que j’ai peut-être lancé Mehdaayih (Frankel) trop tôt et je devrais peut-être en être à quatre Grs1 ! Mais j’ai eu une semaine extraordinaire. (…) J’ai aussi beaucoup de chance d’être associé à Advertise. »

Concernant la course, Frankie Dettori a expliqué : « C’est un très bon poulain. Au canter, il était vraiment bien. J’ai réussi à me placer derrière Pretty Pollyanna et j’ai dû le reprendre à 400m car je sais qu’il s’arrête une fois devant. Lorsque j’ai vu que les autres étaient lancés à 300m, j’ai appuyé sur le bouton et il a bien répondu. Il a ensuite penché mais il est reparti lorsqu’il a senti que Brando venait. Je me suis retrouvé un peu seul assez longtemps et le danger était là, car je devenais la cible des autres. Mais il était au sommet de sa forme et il est dur. Il ne sait pas mal courir. Nous savons que c’est un sprinter et la pluie ne le dérange pas, donc l’idéal serait d’aller vers la Haydock Sprint Cup puis le Champions Day à Ascot, où il se trouverait face à des chevaux qu’il connaît déjà. »

Un premier Gr1 français pour Phoenix Thoroughbred. C’est en 2017 qu’Amer Abdulaziz Salman a fondé Phoenix Thoroughbred. L’entité a rapidement connu un succès fulgurant, remportant son premier Gr1 en décembre de la même année avec Dream Tree (Uncle Mo) dans les Starlet Stakes (Gr1) à Los Alamitos. Advertise est le seul gagnant de Gr1 européen de Phoenix et il leur a offert des victoires au plus haut niveau en Angleterre, en Irlande (Keeneland Phoenix Stakes) et donc en France.

Dermot Farrington, courtier travaillant pour Phoenix Thoroughbred, nous a dit : « C’est magnifique pour Phoenix Thoroughbred, une jeune entité, d’avoir un cheval comme lui. Advertise a été acheté par Phoenix après ses débuts victorieux et il avait ensuite couru à Royal Ascot, dans les Coventry Stakes (Gr2), où il était battu de peu par Calyx (Kingman). Avoir des 2ans et des chevaux à Royal Ascot, c’est ce dont rêve Phoenix. Et Advertise a remporté son Gr1 à Royal Ascot cette année. C’est magnifique de le voir gagner un Gr1 ici, en France. Il a aussi gagné son Gr1 à 2ans en Irlande… Je pense qu’il va être l’un des futurs étalons parmi les plus enthousiasmants. Pour l’instant, nous n’avons pas encore décidé où il fera la monte même si beaucoup de haras sont intéressés par son profil. »

Dermot Farrington connaît bien Advertise puisqu’il l’avait acheté yearling, en août 2017, à Doncaster moyennant 60.000 £. Advertise avait couru sa première course sous les couleurs de Manton Estate Racing, soit sous celles de son entraîneur, Martyn Meade. Le courtier nous a dit : « C’était un poulain absolument magnifique et il l’est encore, comme tout le monde a pu le voir aujourd’hui. Il est très correct, très puissant. Physiquement, il sort du lot. Quand il a gagné son maiden à 2ans, Phoenix était désireux de trouver des chevaux dans lesquels investir et Advertise a ainsi changé de couleurs. Cette entité a des chevaux dans le monde entier et avoir autant de gagnants alors que l’écurie est si jeune, c’est assez impressionnant : Amer Abdulaziz Salman, président de Phoenix, réalise bien à quel point il est difficile de gagner des courses. Gagnant ou perdant, c’est un propriétaire fantastique. »

Les 3ans dominent le sprint. La génération classique 2019 traverse une passe difficile. Les premiers Grs1 intergénérationnels ont été disputés et, pour le moment, ce sont les chevaux d’âge qui dominent nettement… Sauf sur le créneau du sprint, comme le montre la victoire d’Advertise dans ce Larc Prix Maurice de Gheest ou celle de Ten Sovereigns dans la Darley July Cup. Pour les autres, c’est bien plus compliqué, même si Too Darn Hot (Dubawi) a sauvé l’honneur des mâles de 3ans sur le mile en remportant les Qatar Sussex Stakes (Gr1) pour les milers de 3ans. Nous en saurons plus après le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard – Jacques Le Marois (Gr1) en ce qui les concerne. Les femelles de 3ans sur le mile ont été battues par Veracious (Frankel) dans les Tattersalls Falmouth Stakes et par Laurens (Siyouni) dans le Prix Rothschild (Gr1). Chez les femelles sur 2.000m, c’est la 5ans japonaise Deirdre qui a été la plus forte, dans les Qatar Nassau Stakes. Quant à l’immense Enable (Nathaniel), elle a mis les 3ans à l’amende dans les Eclipse Stakes (Gr1) ainsi que dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1).

Le vrai Brando. Brando est un cauchemar pour les parieurs car la régularité n’est franchement pas son point fort. Mais, lorsqu’il est bien, ce lauréat du Maurice de Gheest 2017 est un excellent cheval, capable de fins de course tranchantes. Ce fut le cas ce dimanche, où Brando échoue d’un rien face à Advertise. Son entraîneur, Kevin Ryan, nous a dit : « Il a fait une bonne course dans une édition relevée en fournissant une valeur digne de sa meilleure forme. Mon pensionnaire montre qu’il est toujours aussi bon à l’âge de 7ans. Il a gagné à Hamilton devant Sands of Mali (Panis), qui est gagnant de Gr1. La presse a été cruelle en le déclarant fini et il prouve aujourd’hui qu’il est loin d’être fini. Il a des jours avec et des jours sans. Étrangement, c’est un cheval qui est meilleur lorsqu’il voyage. Il va aller à Haydock puis à Ascot. Et pourquoi pas revenir pour le Prix Maurice de Gheest 2020 ! »

Space Blues donne du relief à Too Darn Hot. Certains disaient, après la victoire de Too Darn Hot dans le Qatar Prix Jean Prat (Gr1), que le pensionnaire de John Gosden ne battait rien et qu’il fallait attendre confirmation. La confirmation a bien eu lieu, dans les Sussex, et Space Blues vient encore donner du relief en se classant bon troisième de ce Maurice de Gheest. Le représentant de Godolphin entraîné par Charlie Appleby monte à chaque fois un échelon et répond toujours présent. Après le Jean Prat, Charlie Appleby avait envisagé un peu de repos pour son pensionnaire et il a finalement bien fait de jouer les prolongations à Deauville. Space Blues, en progrès, s’annonce comme un poulain intéressant à suivre à l’automne, d’autant plus qu’il a déjà bien fait en terrain souple.

Charlie Appleby nous a dit : « C’était une course de très bon niveau et le cheval nous fait vraiment plaisir une nouvelle fois. Il aurait encore mieux voyagé s’il avait eu un numéro davantage à l’intérieur : il n’a pas eu le meilleur des parcours, car il s’est retrouvé à l’extérieur dans le sillage d’un cheval battu [King Malpic, ndlr]. Cependant, c’est encore une très belle performance au plus haut niveau. J’espère qu’il gagnera son Gr1 avant la fin de la saison. C’est un cheval qui s’adapte à tous les terrains. Nous allons peut-être le raccourcir sur 1.200m, mais nous gardons tout de même un œil sur le Qatar Prix de la Forêt (Gr1). »

L’inéluctable ascension de Showcasing. Cette année, après neuf saisons de monte, le tarif de Showcasing (Oasis Dream) est passé à 55.000 £. Il a donc été multiplié par onze depuis ses débuts au haras. En 2011, il avait en effet effectué ses premiers pas pour 5.000 £ à Whitsbury Manor Stud. Ce lauréat des Gimcrack Stakes (Gr2) s’affirme donc comme le digne héritier d’Oasis Dream (Green Desert). À défaut d’avoir été le meilleur en piste, c’est en tout cas le plus titré parmi ses fils confirmés au haras. On lui doit en effet déjà plus de 70 black types, dont 19 gagnants de Groupes et deux lauréats de Gr1, Advertise (Commonwealth Cup et Keeneland Phoenix Stakes, Grs1) et Quiet Reflection (Sprint Cup Stakes, Commonwealth Cup et Larc Prix Maurice de Gheest, Gr1). À Deauville, avec Advertise et Tropbeau (Showcasing), lauréate du Prix Six Perfections (Gr3), il réalise un début de meeting exceptionnel. Il y a un produit de Showcasing (le lot 103 présenté par Fairway Consignement) dans le catalogue de la V2 Arqana.

Signé Cheveley. Advertise a été élevé par Cheveley Park Stud, où son père de mère, Pivotal (Polar Falcon), fait la monte. Ce dernier a donné les mères de 21 gagnants de Gr1. Dermot Farrington a déniché ce futur gagnant de Gr1 pour 60.000 £ en août 2017 à Doncaster. Sa mère, Furbelow (Pivotal), a gagné un maiden sur la P.S.F. et a donné Flavius Titus (Lethal Force), âgé de 4ans et faisant ses preuves dans les handicaps sur 1.200m. Elle a une yearling par Lethal Force (Dark Angel) et une foal par Ulysses (Galileo).

La deuxième mère, Red Tiara (Mr Prospector), a produit cinq gagnants et c’est une demi-sœur du japonais Meiner Love (Seeking the Gold), lauréat des Sprinters Stakes (Gr1). La troisième mère, Heart of Joy (Lypheor), s’est imposée quatre fois au niveau Gr3 et s’est classée deuxième dans les 1.000 Guinées de Salsabil (Sadler’s Wells) et les Irish 1.000 Guinées d’In the Groove (Night Shift).

PEDIGREE WEATHERBYS

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/ADVERTISEprixmauricedegheest.pdf 

 

 

 

Green Desert

 

 

Oasis Dream

 

 

 

 

Hope

 

Showcasing

 

 

 

 

 

Zafonic

 

 

Arabesque

 

 

 

 

Prophecy

ADVERTISE (M3)

 

 

 

 

 

 

Polar Falcon

 

 

Pivotal

 

 

 

 

Fearless Revival

 

Furbelow

 

 

 

 

 

Mr Prospector

 

 

Red Tiara

 

 

 

 

Heart of Joy

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 19”11

De 1.000m à 600m : 22”23

De 600m à 400m : 11”23

De 400m à 200m : 11”15

De 200m à l’arrivée : 11”68

Temps total : 1’15”35