Le Japon au centre du monde

International / 01.08.2019

Le Japon au centre du monde

Le Japon au centre du monde

La victoire de Deirdre (Harbinger) dans les Qatar Nassau Stakes (Gr1), ce jeudi à Goodwood, est une surprise du côté du betting… Mais elle est logique, même si Hermosa (Galileo) a très certainement rencontré un souci de santé. Deirdre avait le droit de gagner, elle qui avait le deuxième meilleur rating de la course, elle qui est gagnante de Gr1 face aux seules femelles, elle qui a été compétitive face aux mâles au plus haut niveau. Deirdre n’est pas une crack, même dans son pays. C’est une très bonne pouliche, qui a su relever un défi important : gagner en Angleterre, sur un profil d’hippodrome totalement inconnu au Japon, après avoir subi de longs voyages, face aux pouliches classiques et en plein cœur de la saison, quand tous les meilleurs chevaux européens sont au top de leur forme. C’est un fait à souligner.

Ils peuvent aussi bien faire en Europe. On a l’habitude de voir les japonais gagner à Hongkong au mois de décembre ou au mois de mars à Dubaï, voire parfois en Australie où les concurrents japonais ont remporté des Grs1. On peut objecter, à ce moment de l’année, que les européens faisant le déplacement se remettent en route, qu’ils ont une longue saison qui les attend, que les japonais sont peut-être plus avancés. Parfois, avant ou après le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, des observateurs peu visionnaires soulignent que les chevaux japonais ne doivent pas être aussi bons que cela, eux qui sont toujours battus dans l’Arc.

Deirdre, une très bonne pouliche made in Japan, montre ce jeudi qu’un très bon cheval japonais a le niveau des très bons chevaux européens. Aucun cheval japonais n’avait gagné de Gr1 en Europe depuis A Shin Hikari (Deep Impact) qui avait explosé ses adversaires dans le Prix d’Ispahan en 2016 avant d’échouer à Royal Ascot. Mais très peu ont aussi couru en Europe : il y a Deirdre, qui remporte donc son Gr1. Cheval Grand (Heart’s Cry) s’est embourbé récemment dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1). Et il y a eu les concurrents au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe : Clincher (Deep Sky) était un cheval de Gr2 et a couru à son niveau, Géniale (Deep Impact) a échoué au niveau Gr1, alors qu’il avait remporté le Prix Messidor (Gr3), lui qui était un cheval de course à conditions au Japon, Makahiki (Deep Impact) a échoué dans l’Arc tout comme Satono Diamond (Deep Impact), qui s’y était embourbé.

Gagnant ou perdant, l’attitude des Japonais qui viennent relever le défi partout dans le monde est extrêmement positive pour les courses en général, ils se nourrissent de défi et de compétition pour progresser toujours plus. Faisons confiance à un observateur avisé pour le mot de la fin, John Gosden, pourtant battu par Deirdre : « Je crois que c’est une victoire fantastique pour les courses que les Japonais aient amené une pouliche de cette classe et qu’elle ait gagné une grande course dans un grand Festival. C’est très sain pour notre sport, à l’échelle mondiale, et c’est important pour les courses. »