Earthlight, à la vitesse de la lumière et la classe en plus

Courses / 19.08.2019

Earthlight, à la vitesse de la lumière et la classe en plus

Par Franco Raimondi

Nos amis anglais peuvent se rassurer : les entraîneurs français et l’élevage ne se sont pas encore convertis à la religion précocité – vitesse, celle qui donne les 2ans que l’on voit à l’œuvre à Royal Ascot. Ce dimanche, dans le Darley Prix Morny (Gr1), Earthlight (Shamardal) a battu trois des quatre gagnants de Groupe du meeting de Sa Majesté et le lauréat des Richmond Stakes (Gr2). Et en plus, il l’a fait à l’ancienne, en tout bon poulain, précoce bien évidemment – car on n’empêche pas un 2ans de galoper s’il en a envie –, mais surtout sur sa classe.

En vingt-cinq éditions, de 1994 à 2018, la France n’avait gagné qu’à quatre reprises. En revanche, sur les vingt-cinq années précédentes, les étrangers, eux, n’avaient enregistré qu’un seul succès, celui de My Swallow (Le Levanstell) en 1970. Cela remonte, mais il faut savoir qu’à l’époque, les entraîneurs britanniques n’aimaient pas trop faire voyager leurs juniors et surtout, l’élevage n’avait pas encore sélectionné cette branche assez particulière et si estimée désormais par le marché. Nos plus jeunes lecteurs ne se souviendront pas de Jack Berry, l’homme à la chemise rouge, qui, au début des années 90, gagnait cent courses par an avec ses juniors. Et c’est peut-être même à lui que l’on doit l’invention de ce métier. D’autres ont suivi après. Restaient ensuite aux éleveurs à créer ce produit.

Les dix jours de Zafonic. Le petit cours d’histoire s’arrête ici et revenons plutôt à Earthlight. Juste après son succès, c’est le nom de Zafonic (Gone West) qui revenait avec insistance, l’autre lauréat du Morny entraîné par André Fabre. Les deux sont bien différents, pas seulement par leur robe. L’élève du prince Abdullah était un bai brun avec très peu de blanc, celui du cheikh Mohammed est alezan d’un modèle plus réduit. Pour toucher le Graal, Earthlight a suivi une vraie formation sur trois courses, alors que Zafonic avait fait ses débuts dans le Prix de Tancarville dix jours avant le Gr1. Je me souviens encore du jour de ses débuts : Pat Eddery avait fait le déplacement un jeudi pour le monter et le poulain avait impressionné. Le jour précédant l’édition 1993 du Morny, Fabio Brogi, le père de Simone et entraîneur de la pouliche Secrage (Secreto), et son jockey, Bartolo Iovine, sont arrivés à Deauville très confiants. La petite italienne avait gagné le Prix de Cabourg (Gr3) sans laisser la moindre chance à un certain Kingmambo (Mr Prospector). En plus, la pluie tombée jouait en leur faveur. J’ai amené mes amis dans la petite salle du service vidéo de l’hippodrome pour leur faire visionner la cassette du Prix Tancarville. Après avoir regardé la course, un peu effondrés, ils m’ont dit : « On court pour la deuxième place… » Et c’est exactement ce qu'il s’est passé : Zafonic, malgré le terrain, a gagné facilement et Secrage a pris la deuxième place.

Un rating de 125 à la fin des 2ans. Si l’on connaît la suite de la carrière de Zafonic, il faut préciser qu’il a terminé sa saison de 2ans en remportant les Dewhurst Stakes (Gr1), avec à la clé un rating international de 125, le top en Europe. C’était bien une valeur de fin de saison, obtenue après deux autres succès, le Prix de la Salamandre (Gr1) et celui de Newmarket. Depuis Zafonic, trois autres lauréats du Prix Morny ont terminé leur campagne avec 125 ou plus. Il s’agit de Johannesburg (Hennessy), qui avait décroché un 126, essentiellement dû à son succès sur le dirt dans la Breeders’ Cup Juvenile, et de Dream Ahead (Diktat), à qui l’on a attribué ce même rating suite à sa promenade de santé dans les Middle Park Stakes (Gr1), alors qu’il quitta Deauville avec un 117. Fasliyev (Nureyev), quant à lui, avait décroché son 125 à l’occasion du Morny, sa dernière course à 2ans

Quel rating décrochera-t-il ? Les handicapeurs se penchent déjà sur le cas d’Earthlight et de ses rivaux. Avant la course, il était à 113, tout comme Golden Horde (Lethal Force), troisième, et A’Ali (Society Rock), cinquième. La pouliche Raffle Prize (Slade Power), deuxième, était à 112 et Arizona (No Nay Never) avait hérité d’un 108, plutôt mitigé, pour son succès dans les Coventry Stakes. D’après l’analyse du Racing Post, le pensionnaire d’André Fabre a affiché huit livres de progression sur sa valeur (légère) dans le Prix de Cabourg. Il est désormais à 118. De son côté, Raffle Prize est remontée d’une livre à 113, alors que Golden Horde et Arizona ont baissé respectivement d’une et de six livres, à 110 et 104. Il y a plusieurs façons d’interpréter la course : si l’on prend comme repère Raffle Prize, Eartlight atteindra un rating de 116 ou 117, si l’on juge que Golden Horde a fait sa valeur de 113, le lauréat peut atteindre les 121. Comme dit l’expression consacrée : à chacun son métier. Les handicapeurs connaissent très bien le leur !

Quand Fabre était le patron des Dewhurst. C’est avec Zafonic qu’André Fabre avait entamé sa série de trois succès en six ans dans les Dewhurst Stakes (Gr1). Et ce n’est pas un hasard si le maître cantilien a évoqué Newmarket pour Earthlight. Le respect de l’entraîneur pour l’hippodrome anglais est énorme et sa réussite encore plus. Après Zafonic, il a eu trois autres partants : il a gagné avec Pennekamp (Bering) et Xaar (Zafonic), alors qu’Indian Danehill (Danehill), qui avait fait le déplacement après une impressionnante victoire à Longchamp, avait payé le manque d’expérience et les ondulations de la piste. La statistique est saisissante, on est bel et bien sur du 75 % de gagnants !

Trois gagnants, trois parcours différents. Les autres lauréats des Dewhurst de la maison Fabre ont suivi des parcours différents. Pennekamp avait débuté victorieusement fin juin à Évry, avant d’être dirigé vers le Prix du Haras de la Huderie (L) à Deauville et le Prix de la Salamandre (Gr1). Xaar, lauréat du Prix de Cabourg (Gr3) après un succès à Maisons-Laffitte, a été battu par Chargé d’Affaires (Kendor) dans le Prix Morny et a décroché son ticket pour l’Angleterre en prenant sa revanche par trois longueurs dans le Prix de la Salamandre. Favori des Anglais, il s’est imposé par 7 longueurs. Xaar hérita d’un 127 de rating après ce succès, c’est-à-dire deux livres de plus que son père, Zafonic, et trois de plus que Pennekamp. Les trois sont partis favoris des 2.000 Guinées et d’entre eux, Zafonic et Pennekamp, ont passé le poteau en tête.

La disparition de la Salamandre… Comparer les époques est toujours compliqué. Mais le simple fait d’évoquer les Dewhurst et 2.000 Guinées est déjà très flatteur pour Earthlight. Le programme a changé depuis l’époque de Zafonic, le Prix de la Salamandre n’existe plus et les grandes courses sont devenues des parties d’échecs. On peut se demander si le cheikh Mohammed Al Maktoum fera s’affronter le lauréat du Prix Morny et son autre Shamardal, l’impressionnant Pinatubo, mais cela relève, pour l’instant, de la pure fiction. Les Dewhurst Stakes sont dans deux mois et d’autres tests importants sont attendus d’ici là. Les 2ans d’Aidan O’Brien ne sont pas encore au mieux et d’autres vont entrer en scène. Profitons de ce moment car c’est déjà une excellente chose d’avoir un 2ans entraîné en France capable de battre à l’ancienne, sur sa classe, les bombes de précocité et vitesse.  

LES RATINGS OBTENUS PAR LES VAINQUEURS DU MORNY
Année Pays Gagnant Rating Entraîneur
1994 FR Zafonic 125 André Fabre
1993 FR Cpup de Genie 117 François Boutin
1994 GB Hoh Magic 117 Michael Bell
1995 GB Tagula 117 Ian Balding
1996 GB Bahamian Bounty 119 David Loder
1997 FR Charge d'Affaires 116 Alain de Royer Dupré
1998 IRE Orpen 119 Aidan O'Brien
1999 IRE Fasliyev 125 Aidan O'Brien
2000 GB Bad As I Wanna Be 119 Brian Meehan
2001 IRE Johannesburg 126 Aidan O'Brien
2002 GB Elusive City 119 Gerald Butler
2003 FR Whipper 117 Robert Collet
2004 FR Divine Proportions 117 Pascal Bary
2005 GB Silca's Sister 115 Mike Channon
2006 GB Dutch Art 121 Peter Chapple-Hyam
2007 GB Myboycharlie 122 Tommy Stack
2008 GB Bushranger 121 David Wachman
2009 GB Arcano 118 Brian Meehan
2010 GB Dream Ahead 126 David Simcock
2011 FR Dabirsim 119 Christophe Ferland
2012 GB Reckless Abandon 117 Clive Cox
2013 USA No Nay Never 119 Wesley Ward
2014 GB The Wow Signal 116 John Quinn
2015 GB Shalaa 121 John Gosden
2016 USA Lady Aurelia 121 Wesley Ward
2017 GB Unfortunately 117 Karl Burke
2018 GB Pretty Pollyanna 117 Michael Bell
2019 FR Earthlight André Fabre