Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Pat Keogh : « Si vous pensez avoir un cheval de haut niveau, c’est lors du Longines Irish Champions week-end que vous aurez l’occasion de le prouver »

International / 14.08.2019

Pat Keogh : « Si vous pensez avoir un cheval de haut niveau, c’est lors du Longines Irish Champions week-end que vous aurez l’occasion de le prouver »

Directeur de l’hippodrome de Leopardstown depuis 2011, Pat Keogh a été nommé à la tête de celui du Curragh au mois de juillet. À quelques semaines du Longines Irish Champions week-end, il nous a confié son sentiment.

Par Adrien Cugnasse

Jour de Galop. – Quelques semaines après votre arrivée à la tête du Curragh, dans sa version rénovée, quel est votre état d’esprit ?

Pat Keogh. – Le Curragh est un champ de course exceptionnel, notamment sur le plan esthétique. On y court depuis 1727 et la piste en gazon est très largement considérée comme l’une des plus sélectives, et également comme l’une des plus justes, au monde. Mais avec le temps, la qualité des installations destinées à accueillir le public n’était plus à la hauteur du niveau des compétitions d’élite organisées au Curragh. Désormais, avec un hippodrome rénové, les courses irlandaises disposent d’une vitrine conforme à leur réputation d’excellence. Nous sommes très fiers des nouvelles installations, mais comme dans tous les nouveaux stades, il y a une phase d’adaptation au cours de laquelle un certain nombre de problèmes doivent être réglés. Cela est lié au fait qu’on ne peut jamais à 100 % anticiper la manière dont les gens vont s’approprier et utiliser un hippodrome. C’est donc à l’usage, avec les premières grandes réunions hippiques, que l’on parfait le fonctionnement d’un tel site.

Comme vous le soulignez, la piste du Curragh est reconnue pour sa qualité et pour la régularité de ses courses. Combien de personnes sont employées pour l’entretenir au quotidien ?

Nous avons 30 personnes qui travaillent à plein temps sur les pistes. Il faut bien avoir conscience que le personnel du Curragh s’occupe à la fois de l’hippodrome et de toutes les pistes d’entraînement qui l’entourent [112 km de gazon, 19 km en tourbe et huit pistes en synthétique, ndlr] et qui sont utilisées par de nombreux professionnels de renom [à l’image des entraîneurs classiques John Oxx, Kevin Prendergast, Dermot Weld, Ken Condon…].

Un peu partout à travers le monde, les grands festivals hippiques attirent de plus en plus de spectateurs. Mais les réunions du quotidien peinent à trouver leur public. Est-ce la même chose en Irlande ? Que faire pour remédier à cette situation ?

Le public a désormais beaucoup de choix en ce qui concerne les spectacles sportifs. Et dans de nombreux cas, le spectateur peut apprécier les compétitions depuis son canapé en suivant les retransmissions à la télévision. La progression de la qualité du spectacle que proposent les chaînes de télévision est problématique pour les organisateurs, car désormais, le spectateur a besoin d’une très bonne raison, d’un événement exceptionnel, pour se déplacer sur site. Aujourd’hui les fans attendent l’ambiance et l’excitation des grandes échéances et des compétitions de haut vol, comme le meeting de Royal Ascot, de Cheltenham ou de Leopardstown, le week-end du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe ou encore le Longines Irish Champions week-end.

Pour les réunions du quotidien, en dehors de ces grandes échéances, il reste deux leviers pour continuer à faire venir du monde. La première chose, c’est la qualité du plateau sportif. Le Curragh accueille par exemple des épreuves black types pour une proportion importante de ses réunions. La seconde marge de manœuvre, c’est la qualité de l’expérience vécue par chaque spectateur. Les gens, et les familles en particulier, doivent s’amuser et passer un bon moment.

Lors du Longines Irish Champions week-end – organisé les 14 et 15 septembre en 2019 –, le niveau de la compétition est toujours très relevé et pas uniquement grâce à la présence des pensionnaires d’Aidan O’Brien. Si vous deviez convaincre un concurrent français de faire le déplacement, que lui diriez-vous ?

La première chose, c’est qu’avec six Grs1, un large éventail de chevaux peut trouver un engagement idéal pour son âge et sa distance. Effectivement, la compétition est très relevée. Et tout le monde se souvient que les Qipco Irish Champion Stakes (Gr1) ont décroché le titre de meilleure course au monde l’année où le français Almanzor (Wootton Bassett) s’était imposé. Mais si vous pensez avoir un cheval de haut niveau, c’est lors de l’Irish Champion week-end, sur une piste qui livre des verdicts irréprochables, que vous aurez l’occasion de le prouver. Nous faisons tout notre possible pour attirer des concurrents internationaux. Les chevaux ont un très bon taux de réussite lors de ce meeting. Quatre des cinq derniers gagnants du Qipco Prix du Jockey Club (Gr1) ont d’ailleurs tenté leur chance en Irlande.

Dès qu'un cheval est engagé dans l'une des courses du week-end, nous entrons en contact avec les personnes de son entourage. Nous nous occupons de leur transport, de leur logement et de leur accueil tout le long du weekend.

Parmi les initiatives à destination du grand public, on peut citer le Curragh Thoroughbred Trail. En quoi consiste-t-il ?

Il faut tout d’abord savoir que le Longines Irish Champions week-end est l’œuvre de l’ensemble de la filière hippique irlandaise : des entraîneurs jusqu’aux éleveurs. À cette occasion, onze entraîneurs, cliniques vétérinaires et haras ouvrent leur porte. Nous espérons rassembler 300 personnes. Le tarif d’inscription va de 20 € pour un étudiant à 50 € pour une famille. Ce prix comprend l’entrée aux courses, une visite accompagnée chez des éleveurs, entraîneurs et vétérinaires le matin, ainsi que les rafraîchissements. Pour le grand public irlandais et les spectateurs venus de l’étranger, c’est une occasion unique de découvrir les coulisses de certains des plus grands professionnels installés autour du Curragh. Les courses ont la chance d’être l’un des seuls sports où il est possible de visiter l’envers du décor. Il faut tirer profit de cette particularité qui est une chance. Et l’Institution irlandaise souhaite vivement encourager cela.

Envisagez-vous de continuer à diriger à la fois le Curragh et Leopardstown ?

Non, je vais me concentrer sur le Curragh et une personne va me remplacer à la tête de Leopardstown avant la fin de l’année.

Comment expliquer le fait que l’Irlande est le seul pays d’Europe où le taux de pénétration des courses dans la population progresse, de même que la pratique des paris hippiques ?

N’oubliez pas que l’Irlande est un pays où la ruralité est encore très forte. Il y a des chevaux partout dans notre pays et beaucoup de gens – y compris parmi les citadins – ont des racines rurales à une ou deux générations. En outre, Horse Racing Ireland [l’équivalent irlandais de France Galop] a lancé d’ambitieux plans de promotion à destination de la jeunesse, avec des réunions de courses pour les étudiants. Mais aussi avec des dispositifs en ligne comme goracing.ie qui s’adressent à cette génération sur les réseaux sociaux, sur un site internet et à travers une newsletter annonçant les bons plans du week-end à venir. Toute la filière hippique irlandaise travaille de concert à la promotion du sport hippique.

LES COURSES DE GROUPE DU LONGINES IRISH CHAMPION WEEK-END

Leopardstown – Samedi 14 septembre

The Kilternan Stakes (Gr3, 3ans & plus, 2.400m

The Clipper Logistics Boomerang Stakes (Gr2, 3ans & plus, 1.600m)

The Kpmg Champions Juvenile Stakes (Gr2, 2ans, 1.600m)

The Coolmore Fastnet Rock Matron Stakes (Gr1, 3ans & plus, femelle, 1.600m)

The Qipco Irish Champion Stakes (Gr1, 3ans & plus, 2.000m)

 

Curragh – Dimanche 15 septembre

The Moyglare ‘Jewels’ Blandford Stakes (Gr2, 3ans & Plus, femelles, 2.000m)

The Moyglare Stud Stakes (Gr1, 3ans, pouliches, 1.400m)

The Derrinstown Stud Flying Five Stakes (Gr1, 3ans & Plus, 1.000m)

The Goffs Vincent O’brien National Stakes (Gr1, 2ans, 1.400m)

The Comer Group International Irish St Leger (Gr1, 3ans & plus, 2.800m)