QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE - Enable imbattable… Vraiment ?

Courses / 27.08.2019

QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE - Enable imbattable… Vraiment ?

À 39 jours de l’échéance, Enable apparaît plus que jamais comme étant le premier cheval de l’Histoire à être en mesure remporter trois Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Et ce n’est pas le dimanche des Arc Trials ou les Irish Champion Stakes qui devraient changer la donne. Mais est-elle vraiment imbattable dans l’Arc ? Non !

Par Anne-Louise Échevin

ENABLE A TOUTES LES CARTES EN MAIN

Elle est la grandissime favorite des bookmakers à 4/5. Sa préparation se déroule comme prévu. Et Enable (Nathaniel) a battu presque tous les chevaux en vue dans l’Arc 2019.

Elle était certainement au sommet de son art à 3ans, lorsqu’elle a réussi à gagner les Oaks d’Epsom, les King George VI and Queen Elizabeth Stakes, les Yorkshire Oaks puis l’Arc. En 2018, elle a réussi à s’imposer malgré une préparation très contrariée par les soucis de santé. Cette année, John Gosden suit à la lettre le plan qu’il a prévu. Enable a battu la plupart de ses principaux rivaux chez les chevaux d’âge : Crystal Ocean (Sea the Stars), Magical (Galileo), Waldgeist (Galileo), et elle n’a même pas regardé Anthony van Dick (Galileo) dans les King George. La championne du prince Abdullah est pour le moment au-dessus du lot.

Mais elle n’a pas affronté les meilleurs 3ans. Anthony van Dick a déçu après Epsom. Le meilleur 3ans issu du Derby n’est finalement pas le gagnant, mais Japan (Galileo), troisième à Epsom et lauréat du Juddmonte Grand Prix de Paris et des Juddmonte International Stakes (Grs1). Avec un rating de 122, il est le meilleur 3ans en Europe de 2.000m à 2.400m. Sottsass (Siyouni) suit avec son 120. Les deux ont un point commun : avoir probablement de la marge… Mais il en faudra beaucoup pour voir autre chose que la croupe d’Enable dans l’Arc.

Celle qui se moque des statistiques.

Un vieux grigou de la presse hippique a dit avant la troisième tentative de Trêve dans l’Arc : « Quand quelque chose n’a pas été fait, c’est peut-être qu’il y a une raison… » Aucun cheval n’a jamais remporté trois fois l’Arc mais Enable se joue des statistiques.

Aucune 3ans n’avait remporté les Oaks et l’Arc. Elle l’a fait.

Aucun gagnant d’Arc n’avait remporté le Breeders’ Cup Turf. Elle l’a fait.

Alors pourquoi pas un troisième Arc ?

LES CHEVAUX D’ÂGE, BATTUS MAIS PAS ABATTUS

Si Enable a déjà battu ses principaux rivaux du côté des chevaux d’âge, on ne peut pas pour autant totalement les rayer.

Magical n’a pas dit son dernier mot. Dans les Yorkshire Oaks, Enable a laissé Magical à deux longueurs trois quarts, l’écart le plus important entre les deux juments si on oublie le cas particulier de l’Arc 2018. Condamner Magical sur ce fait est une erreur : elle faisait une petite rentrée, Enable a fait ce qu’elle a voulu en menant la course à sa guise sans être mise sous pression, et Ryan Moore n’a pas insisté en fin de parcours. Magical pourrait courir les Irish Champion Stakes (Gr1) avant l’Arc, monter en puissance et refaire parler d’elle. De tous les chevaux d’âge au départ, on peut considérer qu’elle est la plus à même d’inquiéter Enable.… À condition qu’Aidan O’Brien l’aligne au départ.

Leur antepost

Les cotes de Ladbrokes pour les chevaux cités dans cette partie en vue de l’Arc.

Crystal Ocean          8/1

Magical                    16/1

Waldgeist                 16/1

Crystal Ocean, un point d’interrogation. C’est un très bon cheval et il a un cœur énorme. Mais Enable l’a battu dans les King George alors que la course avait joué contre elle et, depuis, il a été battu à la régulière par Japan. Difficile de lui voir un profil de lauréat en puissance mais il a son mot à dire pour les places, voire plus si le parcours fait la différence. Tout ceci étant dit, la principale interrogation reste : Sir Michael Stoute compte-t-il vraiment l’aligner dans l’Arc ? L’entraîneur ne l’a jamais précisé…

Imaginons que oui. La question le concernant est de savoir si, après un premier semestre au sommet, il se trouve sur la pente descendante : sa victoire dans les Prince of Wales’s Stakes à Royal Ascot lui a valu un 127 de rating. Il a fait le même rating lors de son match au sommet, face à Enable, dans les King George VI and Queen Elizabeth Stakes, où il a peut-être laissé des plumes – comme ce fut le cas en 2018 lors de sa deuxième place dans les King George à la lutte avec Poet’s World. Le handicapeur de la BHA l’a situé à 121 lors de sa deuxième place, derrière Japan, dans les International Stakes à York. Pas suffisant.

Waldgeist au sommet, mais... il n’a remporté aucun de ses matchs face à Enable. Le pensionnaire d’André Fabre n’a pas été revu depuis sa troisième place dans les King George, à deux longueurs de la championne. Waldgeist réalisait un rating de 124 à Ascot, le meilleur de sa carrière. Le maître cantilien n’a pas son pareil pour amener les chevaux au top le Jour J. Rendez-vous dans le Qatar Prix Foy, mais il s’annonce barré par Enable dans le Gr1.

L’anecdote

À Jour de Galop, nous avons toujours appris à ne pas être trop absolus dans ce que nous écrivons. Et notamment à ne jamais dire d’un cheval qu’il est imbattable. De mémoire, nous avons dérogé une seule fois à cette règle : en 2015, Trêve a survolé le Vermeille avant de tenter de décrocher son troisième Arc. Dans votre boîte mail, vous aviez reçu votre JDG intitulé : Trêve est imbattable dans l’Arc. Nous apprenons de nos erreurs… Donc ne comptez pas sur nous pour dire qu’Enable est imbattable !

LES MÂLES DE 3ANS EN EMBUSCADE

John Gosden voit les courses et, pour lui, le principal danger pour Enable, ce sont les mâles de 3ans Japan et Sottsass. Forcément, nous écoutons ce que l’entraîneur dit – les bookmakers aussi visiblement – et nous nous penchons sur leurs cas.

C’est une question de marge. Au niveau des ratings, les meilleurs 3ans sont encore loin de pouvoir prétendre battre Enable. Enable pointe à 128, Japan à 122, Sottsass à 120. Mais les 3ans ont le droit d’avoir encore de la marge au second semestre, ce qui est plus improbable pour un cheval d’âge. Et les 3ans ont un avantage au poids qui n’est pas négligeable.

Enable a-t-elle de la marge ? Si l’on en croit son rating de 128, non. Elle serait actuellement à son meilleur niveau : celui de la fin de son année de 3ans et de sa première victoire dans l’Arc. La possibilité pour que la jument, à 5ans, progresse encore de plusieurs livres est mince.

Leur antepost

Les cotes de Ladbrokes pour les chevaux cités dans cette partie en vue de l’Arc.

Japan                        5/1

Sottsass                    7/1

Japan, le meilleur Ballydoyle. Aidan O’Brien a réalisé un exploit en plaçant quatre de ses pensionnaires dans les cinq premiers du Derby d’Epsom. Mais quand les cinq premiers se tiennent en trois quarts de longueur sur une piste aussi particulière qu’Epsom, il y a forcément du mouron à se faire. Il y avait a priori deux possibilités : cinq cracks ou un mauvais Derby.

Les événements récents nous invitent à nuancer cela. Anthony van Dick n’est pas un grand gagnant de Derby mais il y avait quelques bons éléments derrière : Circus Maximus (Galileo), sixième, était hors distance, et Japan, troisième, avait de la marge. Comme l’a expliqué Aidan O’Brien, le poulain avait pris du retard en début d’année et a été précipité. Il l’a montré en laissant la plus belle des impressions de Royal Ascot dans les King Edward II Stakes (Gr2). En début d’année 2018, Japan était pris en 111 de rating. Il a progressé pour monter à 122 au mois d’août. Il a encore six livres à refaire sur Enable, avec l’avantage au poids des 3ans. Difficile, pas impossible.

Sottsass, encore l’inconnu. Le gagnant du Qipco Prix du Jockey Club obtient très rarement un rating supérieur à celui du Derby d’Epsom. En balayant Persian King ** (Kingman) et en signant le record de l’épreuve, Sottsass y est parvenu. John Gosden se méfie beaucoup de lui et il a raison : le poulain a de la classe et a le droit de progresser encore. Et il le faudra, ne serait-ce que mentalement : on a vu Sottsass perdre tous ses moyens – et donc la course – dans le rond de présentation du Prix La Force (Gr3). Il s’est bien comporté lors du Jockey Club. Mais l’Arc n’est pas le Jockey Club. Et il n’a pas encore fait ses preuves sur 2.400m. Rendez-vous dans le Niel pour en savoir un peu plus.

LE VIDE DU CÔTÉ DES POULICHES DE 3ANS

Reprenons les paroles de John Gosden après les Yorkshire Oaks : « Enable aura donc de l’opposition du côté des mâles de 3ans », ce dont nous avons parlé juste au-dessus. Il a ajouté « et il y aura une pouliche de 3ans qui se révélera, j’en suis certain. » C’est là que le bât blesse : les meilleures pouliches de 3ans européennes sont concentrées dans les boxes d’un seul et même entraîneur... Et il s’avère qu’il a une certaine Enable sous sa responsabilité.

Pas une 3ans à plus de 120. Le verdict des ratings des pouliches de 3ans est clair : pas une ne passe, au début du mois d’août, la barre des 120 de ratings. En soi-même, ce n’est pas une catastrophe. Pour qu’une 3ans atteigne cette barre, il lui faut avoir fait ses preuves face aux mâles ou fait très forte impression face à ses aînées chez les femelles.

Les pouliches de 3ans 120 ou plus au début du mois d’août

Année Pouliche Meilleure janvier à août Meilleure perf. de l’année
2018 Alpha Centauri 1re Falmouth Stakes 1re Jacques Le Marois
2017 Enable 1re King George VI and Queen Elizabeth Stakes 1re Arc
Lady Aurelia 1re King’s Stand Stakes 1re King Stand Stakes
2016 Minding Nassau Stakes 1re Queen Elizabeth II Stakes
Jet Setting 1re 1.000 Guinées d’Irlande 1.000 Guinées d’Irlande
2015 Aucune
2014 Taghrooda 1re King George VI and Queen Elizabeth Stakes King George VI and Queen Elizabeth Stakes
2013 Aucune

Le cas Trêve. Le cas de 2013 est à part… Zéro pouliche avec un rating supérieur ou égal à 120. Et pourtant, le Prix de l’Arc de Triomphe 2013 a été remporté par une 3ans, Trêve (Motivator) : elle avait hérité d’un 119 pour sa victoire dans le Diane, ce qui est déjà énorme pour une gagnante du Gr1 cantilien. Mais si les gagnantes d’Oaks ont tendance à recourir durant l’été, le programme anglo-britannique étant construit d’une manière différente, les gagnantes de Diane ont plutôt tendance à refaire surface à l’automne, pour le Prix Vermeille (Gr1), ou éventuellement à Deauville à la mi-août : difficile donc d’avoir un top-rating dans ces conditions au début du mois d’août.

Leur antepost

Les cotes de Ladbrokes pour les chevaux cités dans cette partie en vue de l’Arc.

Anapurna                 25/1

Channel                    33/1

Mehdaayih               33/1

Commes                   33/1

Pink Dogwood         40/1

Hermosa                   40/1

A priori, sans les 3ans françaises. De ce que nous avons vu des pouliches de 3ans françaises, il semble difficile d’imaginer trouver une gagnante de l’Arc en puissance dans l’Hexagone, une potentielle nouvelle Trêve. Aucune française n’a montré un tel niveau. Channel (Nathaniel), gagnante du Diane, reste sur un net échec dans les Falmouth et elle n’est pas engagée dans l’Arc. Channel est prise en rating 112, à l'instar de Commes ** (Le Havre), qui a zéro référence sur 2.400m…. Et n’est pas engagée dans l’Arc.

Les demoiselles de Gosden. Le constat est simple : les meilleures pouliches de 3ans en Europe sont entraînées par John Gosden. Nous vous ferions bien un point sur les différents ratings des pouliches de 3ans en Europe pour appuyer cette affirmation avec des chiffres. Mais même en 2019, cela semble a priori fort compliqué d’obtenir ces données – utiles – via les différents sites des institutions hippiques européennes. Toujours est-il que le palmarès des courses de femelles pour et avec des pouliches 3ans parle en faveur de John Gosden.

Anapurna (Frankel) a remporté les Oaks d’Epsom, décrochant un rating de 113. Elle n’a pas été revue depuis… Et n’est pas engagée dans l’Arc !

Star Catcher (Sea the Stars), aussi entraînée par John Gosden, n’a pas été revue depuis sa victoire dans les Irish Oaks (Gr1)… Et n’est pas engagée dans l’Arc !

Le cas Mehdaayih. Reste donc Mehdaayih (Frankel), assez impressionnante dans le Prix de Malleret (Gr2) et battue par la japonaise Deirdre (Harbinger) dans les Falmouth Stakes. Elle est engagée dans l’Arc mais il est difficile de croire à sa présence au départ. Parce qu’elle n’a pas couru depuis les Falmouth, parce qu’elle n’a aucun engagement pour une rentrée en vue de l’Arc. Et parce qu’elle dispose de multiples autres options : Opéra, Champion Stakes, Champion Fillies & Mares Stakes…

Difficile d’y croire du côté de Coolmore. Les pouliches de 3ans d’Aidan O’Brien sont en-dessous des pouliches de 3ans de John Gosden. Le maître de Ballydoyle a deux pouliches de 3ans engagées dans l’Arc : Pink Dogwood (Camelot), laquelle n’a pas démérité dans les Oaks d’Epsom mais a déçu à deux reprises depuis, et Hermosa (Galileo), laquelle reste sur une performance inquiétante dans les Falmouth Stakes. Dans les deux cas, difficile d’y croire.

LE JAPON EN FORCE… MAIS PROBABLEMENT PAS ASSEZ FORT

La coalition japonaise sera présente en force pour ce Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, avec trois ou quatre chevaux "et demi". Kiseki (Rulership), Fièrement (Deep Impact), Blast Onepiece (Harbinger) sont confirmés. Broome (Galileo) va porter une casaque japonaise mais reste entraînée par Aidan O’Brien. Quant à Deirdre (Harbinger), elle n’est pas engagée.

Kiseki via le Foy. Au betting des bookmakers, Kiseki n’est pas le concurrent japonais préféré. Mais lorsqu’il est dans un grand jour, il est capable de drôles de performances. Il suffit de regarder la Japan Cup 2018, où seule Almond Eye (Lord Kanaloa) l’avait battu, alors qu’il avait mené à un rythme de dingue en tête. Il faut rappeler qu’Almond Eye battait le record du monde des 2.400m ce jour-là (2’20’’60) : c’est en grande partie grâce au job de Kiseki, lequel battait aussi le précédent record du monde des 2.400m, tout comme les six premiers de la course. Kiseki bouclait le parcours en 2’20’’90 : ce n’est pas un peintre ! Mais il faut nuancer ce record : c’est un chrono avec départ lancé, sur une piste très rapide, sur un tracé de piste propice à la vitesse.

Kiseki peut faire le spectacle à ParisLongchamp : s’il va devant, il peut aller loin et il n’aura pas d’autre choix que de faire parler la tenue car il n’aura pas la pointe de vitesse de plusieurs de ses adversaires. Difficile de le voir gagner : il a été battu par Almond Eye et, si le Japon voulait avoir une première chance pour battre Enable dans l’Arc, c’était avec une Almond Eye qu’il fallait

Leur antepost

Les cotes de Ladbrokes pour les chevaux cités dans cette partie en vue de l’Arc.

Blast Onepiece         25/1

Broome                    40/1

Kiseki, Fièrement ou Deirdre n’ont pas de cotes sur Ladbrokes. Chez d’autres bookmakers, Kiseki est entre 33 et 40/1, Fièrement entre 25 et 40/1, Deirdre entre 20 et 40/1.

Blast Onepiece et Fièrement avec beaucoup de points d’interrogation. Blast Onepiece et Fièrement ont fait leur préparation à domicile dans le Sapporo Kinen (Gr2), à la fin du mois d’août. Ce n’est pas un chemin inédit vers l’Arc puisque Harp Star (Deep Impact) et Gold Ship (Stay Gold) étaient aussi passés par là. Ce sont deux bons chevaux mais on a du mal à y croire. Blast Onepiece est même une petite surprise : son entourage avait annoncé avoir le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe en vue après son succès dans l’Arima Kinen (Gr1), en décembre 2018… À condition que cela se passe bien au premier semestre, et Blast Onepiece n’avait pas réalisé un très bon premier semestre. Il a cependant été préservé et arrive avec de la fraîcheur. Mais surtout beaucoup de chose à prouver. Quant à Fièrement, il doit tout simplement faire ses preuves au niveau Gr1 sur 2.400m face à l’élite internationale. Il a remporté deux Grs1 sur longue distance, le St Leger (3.000m) et le Tenno Sho - Printemps (3.200m). Pour les deux chevaux, il y a encore beaucoup de questions sans réponse : ils ont le droit de bien courir mais la victoire est un autre sujet.

Deirdre et Broome, difficile d’y croire. Masaaki Matsushima a acheté Broome en vue de l’Arc. On peut difficilement y croire : le 3ans de Ballydoyle a couru proprement, sans plus, dans le Derby d’Epsom et vient de conclure dans le lointain dans l’Irish Derby. Il pourrait tenter de refaire surface dans le St Leger (Gr1)… S’il y arrive, ce serait à la fois une jolie nouvelle pour son nouveau propriétaire et une mauvaise : le St Leger est un tombeau en vue de l’Arc. Quant à Deirdre, elle n’est pas engagée dans l’Arc, est compétitive face aux mâles mais pas supérieure à eux, et elle a montré son meilleur visage sur 2.000m : l’Opéra est donc sur mesure pour elle. Elle va courir les Irish Champion Stakes (Gr1) : si elle gagne facilement, elle aura mérité une supplémentation. Cela s’annonce improbable.