Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Richard Lancaster : « Une manière de remercier les éleveurs français »

Courses / 17.08.2019

Richard Lancaster : « Une manière de remercier les éleveurs français »

Richard Lancaster : « Une manière de remercier les éleveurs français »

Ce samedi à Deauville, huit des neuf épreuves du programme étaient sponsorisées par Shadwell. Richard Lancaster, qui dirige l’entité d’élevage du cheikh Hamdan Al Maktoum, a répondu à nos questions.

Jour de Galop. - Dans quel objectif Shadwell sponsorise-t-il cette journée de course ?

Richard Lancaster. - Ce sponsoring dure depuis de très nombreuses années. L’histoire a commencé avec l’arrivée d’étalons de Shadwell au haras du Mézeray. L’idée de soutenir les courses françaises, tout en assurant la promotion de nos sires, s’était alors imposée d’elle-même. C’est aussi, pour nous, une manière de remercier les éleveurs français qui utilisent nos étalons. L’histoire de Muhtathir (Elmaamul) est la plus belle illustration de la réussite de notre présence dans le parc étalon français. Lors de son arrivée au Mézeray, peu de gens imaginaient qu’il obtiendrait une telle réussite.

Il a donné cinq gagnants de Gr1 en plat aux éleveurs français avec Doctor Dino (Hong Kong Vase, deux fois, Man O’ War Stakes), Indonésienne (Prix Marcel Boussac), Mauralakana (Beverly D Stakes, Gr1), Mille Et Mille (Prix du Cadran) et Satwa Queen (Prix de l’Opéra), sans compter ceux sur les obstacles, à Auteuil comme à Cheltenham. Et à présent, il s’affirme aussi en tant que père de mères, aussi bien en plat – avec Robin of Navan, Holdthasigreen ou encore Rockemperor – que chez les sauteurs. Les victoires de la production de son fils Doctor Dino marquent encore une étape dans sa réussite française. À présent, le haras du Mézeray accueille aussi Taareef (Kitten’s Joy) pour le compte de Shadwell.

C’est aussi auprès Mézeray, lors de la vente d’août 2016, que vous avez déniché Enbihaar…

C’est exact. Enbihaar (Redoute’s Choice) a énormément de talent. Elle a gagné avec la manière récemment à Goodwood à l’occasion des Lillie Langtry Stakes (Gr2). Cette pouliche au grand modèle a eu besoin de temps pour se développer. Elle démontre encore une fois toute la maestria de John Gosden avec les pouliches. Le Qatar Prix de Royallieu (Gr1) a été mentionné comme une option pour elle plus tard dans la saison.

En France, cette année, nous avons aussi le bonheur de voir Motamarris (Le Havre) faire partie des meilleurs poulains de sa promotion. Cet élève de Shadwell avait gagné de sept longueurs sa première course et de huit longueurs la troisième. Il s’est ensuite classé bon troisième d’un QIPCO Prix du Jockey Club (Gr1) de bonne facture, Freddy Head était d’ailleurs très impressionné par sa performance. Nous lui avons offert un peu de repos, il a eu quelques problèmes, mais il va revenir. Motamarris sera assurément un très bon cheval pour la saison à venir.

La saison 2019 fut l’occasion de voir les premiers produits de Muhaarar en piste…

Ce jeune étalon compte déjà huit lauréats et un placé de Groupe avec ses premiers 2ans. Et presque neuf, car comme vous l’avez certainement vu, Zaccapa (Muhaarar) a débuté comme une pouliche ayant beaucoup de marge, en terminant bonne deuxième ce jeudi à Deauville. Elle porte la casaque de Jean-Louis Bouchard, dont on connaît la réussite. Dès le départ, nous savions que la production de Muhaarar (Oasis Dream) allait avoir besoin d’un peu de temps. Angus Gold et moi-même avons toujours pensé qu’ils auraient leur carte à jouer à partir de la deuxième partie de la saison. Et c’est effectivement ce qui est en train de se passer, ce qui nous conforte dans notre idée. Nous sommes ravis car ce qui prime et ce que tout le monde recherche, c’est la classe et la qualité. Pas simplement la cheap speed. Lors de la vente d’août, on trouve trois produits de Muhaarar au catalogue. Nous sommes allés les inspecter et ce sont de très bons sujets. En outre, lors du book 1 de Tattersalls, on ne trouve pas moins de quinze yearlings de Muhaarar. C’est impressionnant pour un étalon de première génération. Mais ce n’est pas un hasard. Il a sailli une moyenne de cent vingt-cinq juments sur ses trois premières saisons. Et la qualité des juments de son troisième book était certainement supérieure à celle des deux premiers. C’est très encourageant.

Toujours parmi nos jeunes étalons, Tasleet (Showcasing) correspond vraiment aux attentes du marché et il a dépassé les cent juments pour sa première année de monte. Les éleveurs commerciaux l’ont bien soutenu. Nous attendons avec impatience les premiers foals de ce très beau cheval.

Shadwell apporte aussi un soutien très fort aux courses de pur-sang arabes en France – avec notamment le sponsoring de plusieurs Groupes – et c’est dans notre pays que certains de vos meilleurs étalons sont stationnés, notamment le très impressionnant No Risk Al Maury.

Nous avons malheureusement perdu Madjani (Tidjani) cette année. No Risk Al Maury (Kesberoy), qui fait la monte au haras de Saint Faust, fait face à un environnement extrêmement compétitif, celui des courses de pur-sang arabes françaises. Mais il tire très nettement son épingle du jeu, tout en représentant une alternative de grande qualité aux nouveaux courants de sang qui sont arrivés sur le marché lors de la dernière décennie. No Risk Al Maury a prouvé qu’il pouvait soutenir la comparaison avec tous les plus grands étalons au monde. Il a déjà donné cinq gagnants de Groupe, dont deux de Gr1 PA et une championne. Sa production est capable d’être performante dès l’âge de 3ans mais aussi de bien vieillir. Lui-même n’avait pas couru avant l’âge de 4ans et il n’a ensuite cessé de s’améliorer. C’était un miler dont la classe lui permettait d’affronter les meilleurs sur 2.000m.