Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Tangi Saliou : « Nous voulons produire des chevaux sains qui vont aux courses de bonne heure »

Élevage / 10.08.2019

Tangi Saliou : « Nous voulons produire des chevaux sains qui vont aux courses de bonne heure »

TOUR DES HARAS

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire sur leurs lots 2019. Dix-neuvième épisode : Tangi Saliou, du haras de la Haie Neuve.

Jour de Galop. - Comment jugez-vous votre lot pour ces ventes d’août ?

Tangi Saliou. - Cette année, nous présentons six yearlings au mois d’août – deux le lundi et quatre pour la v.2 – dont quatre sont issus du regretté Pedro the Great (Henrythenavigator). Notre lot est certainement plus fort que celui des années précédentes, notamment au niveau des pedigrees. C’est la première fois que nous serons présents lors de la vente d’août. Les années précédentes, nos yearlings étaient concentrés sur la v.2. Il s’agit d’une belle reconnaissance, pour le haras et pour Pedro the Great.

La saison de monte vient de se terminer avec pas moins de 370 juments saillies par les étalons du haras. Nous sommes actuellement dans une spirale positive et nous avons enregistré cette année, en plat et chez les 2ans, pas moins de 10 gagnants à 2ans. On peut citer Happy Bere (Pedro the Great), deuxième du Critérium du Béquet – Ventes Osarus (L), Sujet Libre (Hurricane Cat), qui a gagné sa Classe 2 et doit se diriger vers le Prix La Rochette (Gr3), Vykov (Hurricane Cat), qui compte déjà trois succès cette année. Mais gagner sa vie à 2ans n’empêche pas de durer. C’est le cas de Pedro Cara (Pedro the Great), qui vient de remporter le Prix Fréderic de Lagrange (L) et qui s’annonce comme un très bon stayer en devenir. Nous élevons de manière naturelle, sur de bonnes terres, avec des poulains qui dorment souvent dehors la nuit. Cela nous permet de produire des chevaux sains qui vont aux courses de bonne heure.

Avez-vous un coup de cœur ?

J’aime beaucoup Ideal Bere (Pedro the Great). C’est le frère de Sujet Libre et il est magnifique. Invincible Bere (Pedro the Great), le propre frère de Feralia, est vraiment très beau. Imperial Bere (The Wow Signal) sort aussi de l’ordinaire. C’est le frère d’Hurricane (Hurricane Cat), lauréat du Prix de la Californie (L), et de Francesco Bere (Peer Gynt), gagnant du Critérium du Fonds Européen de l’Élevage et de l’Omnium (L). Ce poulain, c’est une force de la nature, tout en ayant beaucoup d’équilibre. Comme le dit Alain Régnier, le fondateur du haras de la Haie Neuve : « Nous n’avons pas de chevaux pour l’Arc, mais pour gagner des courses et de bonne heure… » Et parmi ces chevaux proposés à un très bon rapport qualité/prix, il y a un certain nombre de futurs black types.

Comment jugez-vous l’état du marché des yearlings actuellement ?

Comme tout le monde peut le constater, il est sélectif. Mais nous avons la chance de bénéficier de la confiance d’une clientèle fidèle, notamment de plusieurs entraîneurs, qui recherchent des chevaux sains et précoces. Et bien placer notre production, c’est une priorité.

Quelles sont, pour vous, les particularités de la vente d’août ?

À cette période, les poulains sont en pleine croissance et la vente arrive donc très tôt. Mais nous essayons de voir plus loin, au-delà de la vente, car notre objectif est de sortir des chevaux de course. La satisfaction des clients, qui reviennent l’année suivante, c’est important pour durer.

Comment décririez-vous le yearling idéal pour la partie sélectionnée ?

C’est forcément un cheval précoce et équilibré, avec un pedigree qui sort du lot.

Quelle famille maternelle vous fait particulièrement rêver ?

Alain Régnier et Emmanuel de Seroux aiment bien la famille de Party Doll (Be My Guest), dont ils ont acquis pas mal de femelles. Mais, au final, plus qu’une famille, c’est un type de jument qui m’intéresse. Elle doit être précoce et saine. Et la page de catalogue ne doit pas avoir besoin d’aller au-delà de deux générations, ce qui n’est pas simple avec un budget serré !

Quel est le jeune étalon (premiers yearlings) en qui vous croyez le plus ?

Je préfère me concentrer sur les étalons qui ont leurs premiers 2ans en piste. C’est vraiment cela qui compte. Nous voulons tous des chevaux qui gagnent à 2ans et qui confirment à 3ans, tout en tenant compte de la qualité des mères dont ils sont issus pour forger notre jugement.

Parmi les chevaux qui ont été préparés par vos soins, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

Pour rester dans l’actualité, Sujet Libre était un yearling qui sortait de l’ordinaire avec une superbe locomotion. Jean-Claude Rouget l’a bien vu l’année dernière au moment de l’acheter.

Quel est votre secret pour gérer la pression à la veille de ce rendez-vous majeur ?

À plusieurs, on est plus fort. Et j’ai la chance d’être accompagné par Alain Régnier et notre équipe, qui est très performante : Sarah, Jessica et Gaëlle. C’est une chance et un plaisir de travailler avec ces personnes. Nous présentons ensemble nos chevaux. Car nous sommes fiers d’eux et nous les connaissons par cœur. Je peux même citer leur heure de naissance, leur comportement au paddock, leur manière de galoper… Ensuite, nous sommes au boulot de bonne heure et cela laisse moins de place au stress pour s’installer. Tout en sachant qu’au moment où les yearlings montent dans le camion, les dés sont jetés. Le travail a été fait en amont. On ne peut plus changer leur pedigree ni leur préparation ! 

En cette année électorale, quelle est selon vous la mesure la plus urgente à prendre pour la bonne santé des courses françaises ?

On voit poindre une tendance positive, au niveau des enjeux ou de la fréquentation. Je suis agréablement surpris. Il faut poursuivre dans ce sens. Tout en continuant à rationaliser le fonctionnement des sociétés mères et du PMU. Enfin, à l’heure où nous devons rassembler les éleveurs français, et non les diviser, il faut régler cette histoire de prime à l’éleveur pour les chevaux d’âge. Petits ou gros, nous faisons tous le même métier.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot

Sexe

Père

Mère

197

M.

Pedro the Great

Tiziana

236

M.

Pedro the Great

Centralienne

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot

Sexe

Père

Mère

387

F.

Pedro the Great

Borea Bere

389

M.

Goken

Bright Smile

462

M.

The Wow Signal

Monatora

474

M.

Pedro the Great

Peinture Céleste

HARAS DE LA HAIE NEUVE

35370 MONDEVERT