TOUR DES HARAS - Éric Puerari : « Comme un instituteur d’école maternelle… »

Élevage / 09.08.2019

TOUR DES HARAS - Éric Puerari : « Comme un instituteur d’école maternelle… »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire sur leurs lots 2019. Dix-septième épisode : Éric Puerari, du haras des Capucines.

Jour de Galop. - Comment jugez-vous votre lot pour ces ventes d’août ?

Éric Puerari. - C’est un lot nombreux avec une certaine diversité de modèles et de pedigrees. Nous avons des produits de tous les étalons de tête : Galileo, Frankel, Siyouni, Wootton Bassett, Kingman, Le Havre, Camelot, Dark Angel, No Nay Never, Kendargent, etc. Tout spécialement, nous avons sept Siyouni, soit un quart des produits de l’étalon inscrits au catalogue.

Avez-vous un coup de cœur ?

J’ai des coups de cœur pour plusieurs des Siyouni que nous présentons.

Comment jugez-vous l’état du marché des yearlings actuellement ?

On ne peut pas le juger, mais on peut regarder les ventes de Saratoga, qui ont été assez bonnes, et faire confiance à Arqana pour drainer un grand nombre d’acheteurs internationaux sans lesquels le marché de Deauville n’existerait pas.

Quelles sont, pour vous, les particularités de la vente d’août ?

C’est une vente très exigeante pour les chevaux, car elle intervient un mois trop tôt par rapport au développement naturel des poulains. Donc il faut composer avec le fait que l’on doit préparer des yearlings en pleine croissance. Le doigté du préparateur est assez important, alors que, pour les ventes d’automne, les chevaux viennent à maturité plus naturellement.

Comment décririez-vous le yearling idéal pour la partie sélectionnée ?

Le yearling idéal pour le vendeur est un yearling très équilibré et déjà professionnel. Cela ne veut pas dire que d’autres, moins équilibrés le jour J, ne vont pas le rattraper plus tard.

Quelle famille maternelle vous fait particulièrement rêver ?

J’ai des attaches certaines avec la famille d’Allegretta, puisqu’à l’époque j’étais le conseil des éleveurs des produits de la jument. Nous avons une pouliche de cette famille, inbred sur Allegretta. C’est une fille de Siyouni et Mountain Spring, premier produit d’une gagnante par Teofilo. Elle a physiquement les atouts pour faire honneur à son pedigree.

Quel est le jeune étalon (premiers yearlings) en qui vous croyez le plus ?

Comme tout le monde, j’ai été assez impressionné par les produits de Shalaa, et il se trouve que nous avons au haras deux produits du jeune étalon basé aux États-Unis Flintshire, qui était un formidable cheval de course, très bien né. Ce sont deux produits très course, très distingués. Ils ont été élevés aux Capucines par des clients américains.

Parmi les chevaux qui ont été préparés par vos soins, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

Je me sens un peu comme un instituteur d’école maternelle. Il faut que la mémoire s’efface pour laisser toute la place à la prochaine génération. Il faut vivre avec les chevaux que nous avons aujourd’hui, vivre au présent et penser à l’avenir.

Quel est votre secret pour gérer la pression à la veille de ce rendez-vous majeur ?

La pression est très bonne car elle nous rend plus performants, plus attentifs. Évidemment, on ne peut pas maintenir cette pression toute l’année, mais je la ressens comme un état qui développe les sens et qui est nécessaire pour notre activité.

En cette année électorale, quelle est selon vous la mesure la plus urgente à prendre pour la bonne santé des courses françaises ?

Il me semble qu’il manque aux courses un plan de relance sur dix ans, nécessairement ambitieux et qui respecte l’idée de compétition. Si nous voulons faire de notre corps dirigeant une entreprise avec la force et la réactivité nécessaires, il faut probablement trouver un mode de gouvernance plus adapté à l’époque actuelle.

La course d’une vie. Nous avons demandé aux éleveurs de nous commenter LA course qui a le plus marqué leur carrière, en nous décrivant l’histoire du cheval qui portait tous leurs espoirs. Pour voir la vidéo de l’interview, cliquez ici

HARAS DES CAPUCINES

LE GUÉ FOULON

61310 LA COCHÈRE

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot

Sexe

Père

Mère

9

F.

Camelot

Silver Rain

10

M.

Fastnet Rock

Sivoliere

24

M.

Shalaa

Suertez

45

M.

Wootton Bassett

Ana Smart

47

M.

Siyouni

Ana's Best

52

F.

Frankel

Ascot Family

53

F.

Kingman

Ashiyla

56

F.

Camelot

Baino Hope

63

M.

Zoffany

Bright Sapphire

66

F.

Zoffany

Chenchikova

67

F.

Muhaarar

Cheriearch

69

M.

Dark Angel

Clarmina

75

M.

Flintshire

Danza Cavallo

87

M.

Kingman

Foreign Legionary

97

M.

Siyouni

High Story

99

F.

Galileo

Hoh My Darling

101

F.

Le Havre

Iowa Falls

114

M.

Shalaa

Lia

126

F.

Lethal Force

Milena’s Dream

128

F.

Galileo

Miss Childrey

132

F.

Siyouni

Mountain Spring

138

M.

Siyouni

Oasis Lady

145

F.

Siyouni

Persona Grata

161

F.

Territories

Salicorne

162

F.

Golden Horn

Sally For Me

165

F.

Siyouni

Sandy Girl

172

F.

Shalaa

Senderlea

187

F.

Power

Songerie

200

M.

Soldier Hollow

Totsiyah

211

M.

Kendargent

Whipsaw City

223

F.

Wootton Bassett

Amourette

233

M.

Siyouni

Candinie

234

M.

Le Havre

Cape Ice

242

F.

Territories

Creamcake

247

F.

Gleneagles

Derivatives

250

M.

Belardo

Dream Girl

275

F.

Olympic Glory

Hortanse

286

F.

Kendargent

Just Little

301

F.

Shalaa

Mandheera

306

M.

No Nay Never

Morello

309

F.

Australia

Mt of Beatitudes

314

F.

Wootton Bassett

Optica

334

M.

Intello

Roman Ridge

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot

Sexe

Père

Mère

359

F.

Dabirsim

Troiecat

360

M.

Dutch Art

Varega

404

M.

Sidestep

Dauphine

423

F.

No Nay Never

Great Trip

429

M.

Dabirsim

Hora Mundi

430

M.

Wootton Bassett

Horpensa

447

M.

Olympic Glory

Londinieres

459

M.

Sidestep

Meulles

465

M.

Zanzibari

More Than Famous

473

M.

Bated Breath

Passing Burg