Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TOUR DES HARAS - Guillaume Garçon : « Nous espérons que nos croyances se transforment sur la piste »

Élevage / 13.08.2019

TOUR DES HARAS - Guillaume Garçon : « Nous espérons que nos croyances se transforment sur la piste »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire sur leurs lots 2019. Vingt-cinquième épisode : Guillaume Garçon qui est à la tête du haras de l’Hôtellerie avec son père, Jean-Pierre, et sa mère, Isabelle.

Jour de Galop. – Comment jugez-vous votre lot pour ces ventes d’août ?

Guillaume Garçon. – Bon, comme tous les vendeurs (rires) ! On a des profils très différents mais ils sont, pour sûr, assez matures pour passer à cette vente. C’est un travail de longue haleine pour en arriver là. On pense juste à les amener sains physiquement et mentalement pour leur avenir.

Avez-vous un coup de cœur ?

Il est toujours très difficile de sortir un yearling du lot. Comme je vous l’ai dit, j’ai des profils différents, une Oasis Dream qui paraît précoce, un Camelot avec une excellente locomotion, une Siyouni absolument magnifique...

HARAS DE L’HÔTELLERIE

LES BORDEAUX

61120 LES CHAMPEAUX

Comment jugez-vous l’état du marché des yearlings actuellement ?

Il est paraît stable depuis plusieurs années. La vente Arqana étant la première vente européenne, on a toujours une petite appréhension, mais cette agence fait ce qu’il faut pour accueillir un maximum d’acheteurs. On peut être, simplement, de plus en plus dépendant des étalons plus ou moins à la mode...

Quelles sont, pour vous, les particularités de la vente d’août ?

La vente d’août est donc la première vente yearling européenne, dans un cadre idyllique, le beau temps s’y mêle très souvent avec une vraie atmosphère, ce qui engendre un cercle vertueux.

Comment décririez-vous le yearling idéal pour la partie sélectionnée ?

Pour un éleveur, un yearling à plus d’un million (rires). Ce n’est pas compliqué sur le papier : un étalon à la mode, une bonne locomotion, un bon pedigree, un physique magnifique avec de la classe et un bon dossier vétérinaire. Mais surtout on espère que nos croyances se transforment sur la piste !

Quelle famille maternelle vous fait particulièrement rêver ?

J’aime beaucoup la souche Juddmonte d'Hasili (Kahyasi). Elle a produit des champions et ses filles en font de même. Que demander de mieux !

Qui est le jeune étalon (premiers yearlings) en qui vous croyez le plus ?

Pour le moment, on ne peut juger que sur le physique. En ce qui nous concerne, on a un très beau Goken qui paraît être, au modèle, assez précoce. J’aime également Territories qui fait des produits très puissants !

Parmi les chevaux qui ont été préparés par vos soins, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

On présente beaucoup de yearlings aux ventes, particulièrement ces trois dernières années, et ils ont tous leurs particularités. Récemment, je dirais Jedha Man (Dandy Man). C’était un yearling très expressif avec beaucoup de personnalité, parfois un peu distrait mais très sérieux au travail. Il est d’ailleurs à l’entraînement chez Christophe Ferland et il est déjà gagnant à 2ans.

Quel est votre secret pour gérer la pression à la veille de ce rendez-vous majeur ?

En général, la veille des ventes, les dés sont jetés. La pression se fait plus en amont, lors du suivi à l’élevage. Une fois aux ventes, je suis décontracté. On connaît nos yearlings, leurs qualités et défauts. On fait au mieux pour tout maîtriser mais cela reste des êtres vivants.

En cette année électorale, quelle est, selon vous, la mesure la plus urgente à prendre pour la bonne santé des courses françaises ?

On est, en France, de nature très pessimiste et alarmiste. Je pense que les choses bougent, même si le chemin est encore long pour remplir nos hippodromes et garder une certaine stabilité financière. Les groupes de réflexion qui se forment, les JeuXdi, l’ambiance du meeting de Deauville en sont la preuve. Le nerf de la guerre reste la bonne santé du PMU dont découlent les recettes. Il faut continuer à travailler sur l’image de ce magnifique sport de haut niveau en mettant en avant tous les acteurs des courses, que ce soit les chevaux ou les humains.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT
Lot Sexe Père Mère
12 M Zoffany Soft Ice
81 F Oasis Dream Eleona
110 F Siyouni La Zubia
146 M Camelot Plaisancière
190 F Territories Summer Moon
218 M Toronado Al Egda
243 M The Gurkha Daltiana
249 M Intello Diyakalanie
283 M Scissor Kick Into the Wild
294 F Dutch Art Lindaja
303 M New Bay Mishhar
LES YEARLINGS DE LA V.2
344 M Penny’s Picnic Silver Face
373 M Mehmas Al Kirana
395 F Goken Cheam Ksah
406 F Dream Ahead Dragonnade
428 M Belardo Hatsepsut Queen
442 F Dabirsim Lexi the Princess
451 M Goken Makisarde

La course d’une vie. Nous avons demandé aux éleveurs nous commenter LA course qui a le plus marqué leur carrière, en nous décrivant l’histoire du cheval qui portait tous leurs espoirs. Pour voir la vidéo de l’interview: https://www.facebook.com/jourdegalop/videos/480249839188960/