Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TOUR DES HARAS - HARAS DES GRANGES - Mathieu Daguzan-Garros : « Les ventes, c’est la persévérance récompensée »

Élevage / 11.08.2019

TOUR DES HARAS - HARAS DES GRANGES - Mathieu Daguzan-Garros : « Les ventes, c’est la persévérance récompensée »

TOUR DES HARAS

HARAS DES GRANGES

32340 TOUGET

Mathieu Daguzan-Garros : « Les ventes, c’est la persévérance récompensée »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire sur leurs lots 2019. Vingtième épisode : Matthieu Daguzan-Garros du haras des Granges.

Jour de Galop. - Comment jugez-vous votre lot pour ces ventes d’août ?

Mathieu Daguzan-Garros.- Il est important d’être présent en août à Deauville, et quand tous les poulains arrivent en forme au rendez-vous, nous sommes soulagés mais pas toujours objectifs ! C’est notre marché qui jugera notre lot !

Avez-vous un coup de cœur ?

Si je veux me fâcher avec un associé ou un client… rien de tel ! Je dirais qu’il y en a pour tous les goûts, avec des modèles très différents, mais des pedigrees de chevaux de course.

Comment jugez-vous l’état du marché des yearlings actuellement ?

Il devient de plus en plus sélectif, aussi voit-on se creuser un fossé important entre le haut de gamme, surtout en termes de pedigrees, et la deuxième vague, tout de même sélectionnée. Donc à nous de ne pas nous accrocher… Pour ne pas dire résister !

Quelles sont, pour vous, les particularités de la vente d’août ?

C’est un peu notre Saratoga. Cette vente profite de l’ambiance d’un meeting incontournable et avant, le slogan était : "Sea, sun… and sales !"

Comment décririez-vous le yearling idéal pour la partie sélectionnée ?

La lapalissade serait de dire : celui qui se vend bien. Mais pour cela, il faut qu’il remplisse pas mal de cases : modèle, locomotion… Et surtout un "papa" à la mode !

Quelle famille maternelle vous fait particulièrement rêver ?

Il y en a plusieurs, notamment celles de Miesque, Allegretta, Hasili, etc. Mais le plus dur, c’est d’y accéder !

Qui est le jeune étalon (premiers yearlings) en qui vous croyez le plus ?

Dans la première production française, je pense que Shalaa se détache et côté étrangers, j’aime bien Pride of Dubai, pour son modèle et son pedigree, ainsi que Territories.

Parmi les chevaux qui ont été préparés par vos soins, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

Évidemment, le produit de Shamardal et Genevale, vendu pour 360.000 €, en août 2010. C’était un grand moment d’émotion. Je pense aussi au record d’Osarus il y a trois ans, avec une fille de Le Havre et Talwin (Alhaarth) pour des amis de longue date. Elle avait réalisé 110.000 €.

Quel est votre secret pour gérer la pression à la veille de ce rendez-vous majeur ?

Honnêtement, la pression ne vient que cinq à dix minutes avant la vente, lorsque le yearling tourne dans le rond extérieur.

En cette année électorale, quelle est selon vous la mesure la plus urgente à prendre pour la bonne santé des courses françaises ?

La principale mesure doit être prise pour le propriétaire et le seul levier est la distribution de la "prime propriétaire" qui, rappelons-le, a été créée grâce au syndicat des éleveurs. Il faut surtout augmenter le taux pour les 2 et 3ans, car le propriétaire, qu’il soit acheteur de yearlings, éleveur sur son haras ou éleveur sans sol, est celui qui contribue le plus à l’industrie du cheval de course.

LES YEARLINGS DE LA VENTE AOÛT

163 F. Le Havre Salvation

217 M. Intello Aifa

LES YEARLINGS DE LA V.2

339 F. Myboycharlie Salamanque

363 F. Kendargent Verba Stars

401 F. Dabirsim Dance Toupie

417 M. Kendargent Fusée Française

431 M. Pride of Dubai Huroof

460 M. Diamond Green Mindset