Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TOUR DES HARAS - Hugo Namur : « La réussite d’Arqana est aussi due à l’excellent travail des haras »

Institution / Ventes / 15.08.2019

TOUR DES HARAS - Hugo Namur : « La réussite d’Arqana est aussi due à l’excellent travail des haras »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire sur leurs lots 2019. Vingt-neuvième épisode : Hugo Namur du haras du Chevotel

S.A.R.L. CHEVOTEL DE LA HAUQUERIE

LA HOCQUERIE

14130 PONT-L’ÉVÊQUE-QUETTEVILLE


Jour de Galop. – Comment jugez-vous votre lot pour ces ventes d’août ?

Hugo Namur. – Je le trouve plutôt bon. Nous présentons deux poulains qui sont totalement différents, aussi bien physiquement que mentalement. L’un est grand, très long et se déplace très bien, tandis que l’autre paraît beaucoup plus précoce et a beaucoup d’énergie. Ce dernier saute partout, il a beaucoup d’envie !

Avez-vous un coup de cœur ? 

Quand on n’en présente que deux comme nous, c’est assez difficile de répondre. J’aime beaucoup le fils de Fastnet Rock (Danehill). Il a une très grosse classe et je trouve qu’il a une locomotion fantastique. Il a un modèle qui sort de l’ordinaire. Lorsqu’Éric Hoyeau est venu le voir, il m’a dit : « Ah oui, il est impressionnant quand même ! » C’était la première fois que je l’entendais dire une chose pareille et c’est plutôt positif, car il est toujours très réservé.

Comment jugez-vous l’état du marché des yearlings actuellement ? 

Selon moi, le catalogue des ventes d’août est vraiment fantastique. Les poulains sont issus d’étalons de haut niveau, on voit que les éleveurs ont fait des investissements énormes. Je pense que tout cela va payer. Le haut du tableau va être bon, et même le milieu de gamme se vend aussi très bien en général. Arqana fait du très bon travail : l'agence attire des clients et fait tout pour les recevoir dans de bonnes conditions, elle sponsorise des courses et travaille bien avec les éleveurs… Je trouve que le marché est très bon et que les yearlings se vendent plutôt bien. Dans l’ensemble, les éleveurs rentrent dans leurs investissements à Arqana si leurs chevaux correspondent à la vente.

Quelles sont, pour vous, les particularités de la vente d’août ? 

Elle arrive tôt et c’est la première de l’année en Europe. Il faut commencer à préparer les yearlings début juin. Pour moi, la plus grosse particularité est qu’il faut amener le physique qui convient, avec un minimum de papier. Si la vente en est là aujourd’hui, c’est parce que tous les haras font un travail sublime et se donnent énormément de mal.

Comment décririez-vous le yearling idéal pour la partie sélectionnée ? 

Comme je le disais, il faut un yearling avec du modèle, un bon pedigree, et qui se déplace très bien, car les acheteurs prennent de plus en plus le temps de les faire marcher. Je trouve que ça joue beaucoup.

Quelle famille maternelle vous fait particulièrement rêver ? 

Celle d’Urban Sea (Miswaki), dont les résultats à travers sa descendance sont tout simplement exceptionnels…On ne reverra plus jamais une jument capable de si bien produire ! Il n’y a pas de mots pour définir cela.

Quel est le jeune étalon en qui vous croyez le plus ? 

Aucun, car je n’ai pas vu un seul de leurs produits. Je reste tout le temps dans mon haras… Nous n’avons pas de premiers produits issus d’un jeune étalon et je ne peux donc pas répondre. En revanche, j’espère qu’Almanzor (Wootton Bassett) va réussir au haras, car c’est un étalon avec une carrière de course exceptionnelle et qui a une classe fantastique.

Parmi les chevaux qui ont été préparés par vos soins, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

Hameem (Teofilo), bien sûr. Nous l’avions vendue 500.000 € à Shadwell, aux ventes de yearlings d’août 2016. C’était un prix magnifique, à une période où nous n’avions pas de grands résultats. C’est une fille de Très Ravi (Monsun), et tout ce qui a trait à cette famille m’est cher. Toucher les produits d’une jument pareille, je ne pensais même pas que ça pouvait m’arriver ! Hameem était tellement facile, et d’une intelligence au-dessus de la moyenne. Elle ne faisait jamais de demi-tour, elle n’a jamais eu de problème… C’est vraiment le bonheur d’avoir des chevaux comme elle !

Quel est votre secret pour gérer la pression à la veille de ce rendez-vous majeur ? 

Je n’ai pas vraiment de secret… Je gère la pression en travaillant le plus possible avec les chevaux. J’aime beaucoup faire les choses tout seul, et m’occuper d’eux me fait décompresser. Il n’y a pas de remède miracle.

En cette année électorale, quelle est, selon vous, la mesure la plus urgente à prendre pour la bonne santé des courses françaises ?

Je crois qu’il faut une grande remise en question au niveau de l’Institution, un vrai changement. Malheureusement, depuis la disparition de Jean-Luc Lagardère, un homme brillant, passionné et toujours en avance sur son temps, les instances dirigeantes et le Conseil d’administration n’ont pas fait les bons choix. On a fermé Enghien et maintenant Maisons-Laffitte, qui a la plus longue ligne droite d’Europe ! J’aimerais aussi que l’on m’explique comment on a pu voter au Conseil d’administration la suppression des primes à l’éleveur pour les chevaux d’âge. C’est une mesure totalement injuste et à l’encontre du bon sens et de la compétition. Les étrangers s’amusent tous les week-ends à gagner nos Groupes et nos Listeds avec des produits d’étalons étrangers. Il faut absolument continuer à soutenir nos éleveurs pour améliorer leur jumenterie et le parc d’étalons français. Les courses sont totalement liées au PMU et Cyril Linette a très vite compris qu’il fallait faire machine arrière sur pas mal de points. Je crois qu’il va dans le bon sens.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère
83 M. Fastnet Rock Orion Best
140 M. Sea the Moon  Fast and Pretty

La course d’une vie. Nous avons demandé aux éleveurs de nous commenter LA course qui a le plus marqué leur carrière, en nous décrivant l’histoire du cheval qui portait tous leurs espoirs.

Pour voir la vidéo de l’interview, consulter les pages de JDG.