Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TOUR DES HARAS - Julian Ince : « Les propriétaires-éleveurs et les éleveurs doivent être choyés, comme ce fut le cas dans le passé. C’est la plus belle des publicités pour la France. »

Élevage / 16.08.2019

TOUR DES HARAS - Julian Ince : « Les propriétaires-éleveurs et les éleveurs doivent être choyés, comme ce fut le cas dans le passé. C’est la plus belle des publicités pour la France. »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire sur leurs lots 2019. Trentième épisode : Julian Ince, du haras du Logis.

Jour de Galop. - Comment jugez-vous votre lot pour ces ventes d’août ?

Julian Ince. - Comme d’habitude, nous présentons peu de chevaux. Nous avons deux yearlings élevés au haras du Logis pour les ventes du mois d’août. Le premier est un mâle issu de la première production d’Exosphere (Lonhro), qui a été le meilleur sprinter d’Australie. Les premiers bruits en provenance de ce pays sur ses produits à l’entraînement sont bons et je suis très heureux de présenter son tout premier yearling aux ventes en Europe. Je me souviens que, lorsqu’il est revenu foal d’Angleterre, où sa mère a été couverte par Territories (Invincible Spirit), j’ai rassemblé toute mon équipe du haras pour qu’ils le voient et avoir leur opinion. Ils me l’ont donnée et je leur ai dit : « C’est le plus beau foal que nous ayons eu au haras ces dix dernières années. » C’est un très beau poulain et sa mère, Tevara (Compton Place), est une jument de cœur. Elle descend de Zieten (Danzig), l’un de nos étalons fondateurs. Le premier produit de Tevara, Aiming for Rio (Rio de la Plata), a gagné deux Listeds sous l’entraînement de M. Fabre. Elle est désormais l’une des poulinières du cheikh Mohammed Al Maktoum. Nous sommes très enthousiasmés par ce poulain et nous espérons qu’il trouve une bonne maison !  

Le deuxième yearling est une pouliche, lors de la vente v.2. C’est une Helmet (Exceed and Excel). Elle vient d’une très belle famille, celle d’Anna Paola (Prince Ippi). Nous avons fait le nick dans le sens où Helmet provient aussi de cette famille. C’est une très jolie pouliche, qui marche avec beaucoup de facilité. Nous avons étudié avec soin cette famille et nous avons découvert que 50 % des juments de cette origine, dans les quatre premières générations, ont donné des chevaux black types. Espérons que quelqu’un à la recherche d’un beau pedigree soit là pour elle.

Avez-vous un coup de cœur ?

C’est difficile de choisir… La pouliche provient de l’une des plus belles familles allemandes que l’on connaisse et le poulain est l’un des plus beaux que j’ai jamais eus…

Comment jugez-vous l’état du marché des yearlings actuellement ?

Je crois que tout le monde partage la même opinion. Il faut actuellement avoir un poulain qui coche toutes les cases. Il faut qu’il soit par le bon étalon, qu’il soit d’une belle famille maternelle, qu’il soit un individu de qualité et bon marcheur. Si vous avez tout cela, alors le poulain se vendra bien. Si vous n’avez pas tous ces éléments, ce sera plus compliqué car ce n’est plus aussi facile que cela a pu l’être.

Quelles sont, pour vous, les particularités de la vente d’août ?

C’est une vente qui arrive tôt dans l’année. Donc, pour commencer, il faut un yearling qui puisse arriver à cette vente ! Je m’explique : il faut un yearling qui puisse être prêt pour cette vente, qui présente un certain nombre de pièges. Mais c’est certainement ce qui fait que c’est une belle vente : de bons chevaux sortent tous les ans de cette vente d’août. Peut-être parce que les yearlings qui peuvent arriver à cette vente si particulière en étant prêts, en présentant bien, arrivent ensuite à devenir de bons chevaux de course.

Comment décririez-vous le yearling idéal pour la partie sélectionnée ?

Un yearling qui peut arriver à cette vente est un individu montrant de la qualité, qui marche bien. Il faut un individu de ce type pour toutes les ventes idéalement, mais particulièrement pour celle du mois d’août à Deauville.

Quelle famille maternelle vous fait particulièrement rêver ?

Les familles historiques allemandes. Pour moi, la lignée d’Anna Poala est une famille incroyable. Tous les ans, elle produit de bons chevaux. Nous avons cette lignée au haras depuis pas si longtemps que cela et nous avons eu de très bons résultats avec. Nous avions commencé avec notre vieil ami Jocelyn Targett, qui avait une jument de cette famille. La jument nous avait donné trois produits, pour trois black types. C’est une famille que nous aimons beaucoup.

Quel est le jeune étalon (premiers yearlings) en qui vous croyez le plus ?

Exosphere ! Les entraîneurs australiens sont vraiment ravis des poulains. Nous les verrons sur les pistes tout prochainement mais les bruits indiquent que ce sont de bons poulains, avec de la précocité et, comme leur père, avec de la vitesse. Je crois beaucoup dans les étalons de vitesse d’Australie. C’est leur spécialité depuis trente ans et nous avons eu un grand succès chez Darley avec Sidestep (Exceed and Excel), champion père de 2ans, qui a produit le gagnant du Golden Slipper (Gr1) en Australie et déjà plusieurs chevaux black types en Europe avec sa première production. Exosphere était un top 2ans et le meilleur sprinter en Australie.

Parmi les chevaux qui ont été préparés par vos soins, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

Peut-être une yearling que nous avions rachetée pour Georges Sandor, un très grand ami, qui vient de nous quitter. Il a été une inspiration pour nous tous, au haras du Logis, il nous a tellement appris. Nous avions racheté une pouliche nommée Thaïs. Il aimait Rio de la Plata, son père, qui a été un de nos étalons. Il a cru en cette pouliche, il l’a placée chez un top entraîneur, Pascal Bary. Et elle a gagné un Gr3 et elle est placée de Gr1. C’est une pouliche qui a une place spéciale pour nous.

Quel est votre secret pour gérer la pression à la veille de ce rendez-vous majeur ?

Passer l’église juste à côté d’Arqana (sourire et rire) ! Et peut-être boire un verre de rosé avant la vente (rires) !

En cette année électorale, quelle est selon vous la mesure la plus urgente à prendre pour la bonne santé des courses françaises ?

Je crois que nous devons garder à l’esprit ceux grâce à qui il y a des courses et qui produisent les chevaux allant aux courses. Le système des primes en France est magnifique et il nous faut prendre soin des éleveurs, prendre soin des propriétaires. Et je crois qu’il faut particulièrement prendre soin des propriétaires-éleveurs. Je pense que peu importe ce que France Galop fera, peu importe qui seront le nouveau président et la nouvelle équipe, les propriétaires-éleveurs et les éleveurs doivent être choyés, comme ce fut le cas par le passé. C’est la plus belle des publicités pour la France. C’est une inspiration pour chaque personne étrangère venant ici. Ils aiment venir en France, ils aiment venir aux courses en France et ils aiment les primes. Beaucoup de pays essayent de faire cela et l’Angleterre essaye d’ailleurs de mettre en place des primes à l’éleveur. Mais, en France, nous sommes très ouverts et c’est fantastique : les éleveurs français peuvent envoyer leurs juments à des étalons à l’étranger, les faire revenir en France pour les y élever… Et ils peuvent utiliser n’importe quel étalon du monde tout en étant récompensés pour leur dur labeur. En Angleterre, il y a cette idée de mettre en place un système de primes mais cela reste très protectionniste car limité aux étalons basés en Grande-Bretagne. C’est bien, mais pas aussi ouvert qu’en France, où nous souhaitons attirer le plus de personnes possible, sans les limiter dans leurs choix concernant les étalons.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot

Sexe

Père

Mère

195

M.

Exosphere

Tevara

LES YEARLINGS DE LA VENTE V.2

Lot

Sexe

Père

Mère

377

F.

Helmet

Angel’s Tears

La course d’une vie. Nous avons demandé aux éleveurs nous commenter LA course qui a le plus marqué leur carrière, en nous décrivant l’histoire du cheval qui portait tous leurs espoirs.

Pour voir la vidéo de l’interview, cliquez ici

Haras du Logis

61160 Louvières-en-Auge