TOUR DES HARAS - Philip Lybeck : « Il est très gratifiant d’avoir vendu deux chevaux performants sur deux créneaux sélectifs et différents à la fois »

Élevage / 09.08.2019

TOUR DES HARAS - Philip Lybeck : « Il est très gratifiant d’avoir vendu deux chevaux performants sur deux créneaux sélectifs et différents à la fois »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire sur leurs lots 2019. Seizième épisode : Philip Lybeck, du haras de Bourgeauville.

Jour de Galop. – Comment jugez-vous votre lot pour ces ventes d’août ?

Philip Lybeck. – Nous présentons un lot de qualité, dont deux pouliches pour le week-end. L’une est issue d’une jument Aga Khan que nous avons achetée pleine de Siyouni (Pivotal). Elle se déplace bien et est typée « course ». Il s’agit du lot 42. L’autre est issue de Dark Angel (Acclamation). Elle porte le numéro 84. C’est le deuxième produit de sa mère. Le lundi, nous avons deux mâles intéressants. Notamment le propre frère de Qurtaj (Wootton Bassett), qui a gagné pour ses débuts à Deauville à 2ans. Il a ensuite été engagé dans le Prix du Jockey Club et dans le Grand Prix de Paris (Grs1). Nous présentons une pouliche à la v.2. C’est une fille de The Gurkha (Galileo), lequel est représenté par ses premiers yearlings cette année. Sa mère est black type. Elle portera le numéro 370.

Avez-vous un coup de cœur ?

Je pense qu’aucun vendeur n’a envie de donner un coup de cœur ! J’aime bien la Dark Angel, mais nos quatre chevaux d’août et notre cheval de v.2 sont tous de bons individus, que nous estimons. Ils ont été élevés à la maison et ont reçu les mêmes soins.

Comment jugez-vous l’évolution du marché des yearlings en Europe ?

Chaque année, nous jetons un œil sur les résultats de Saratoga. Cela donne un peu la température du marché international. En ce qui concerne Deauville, c’est toujours une bonne vente, qui affiche souvent des indicateurs en amélioration. On voit que le haut du marché se porte très bien. L’enjeu, chaque année, c’est que le milieu de gamme se tienne. Et c’est le cas à Deauville ces dernières années.

Quelles sont, pour vous, les particularités de la vente d’août ?

Cette vente arrive à un moment assez festif de l’année, avec le meeting de Deauville en arrière-plan. Le marché exige des chevaux beaux et précoces, ayant du black type proche dans leur pedigree. Nous sommes en amélioration sur ce point cette année.

Comment décririez-vous le yearling idéal pour la partie sélectionnée ?

Précisément, du fait du positionnement de la vente dans le calendrier, certains chevaux peuvent se révéler pas assez matures à la mi-août. C’est pourquoi il faut présenter en priorité des yearlings issus d’étalons appréciés par le marché – confirmés ou prometteurs en première production – et issus de mères ayant déjà produit du black type.

Quelle famille maternelle vous fait particulièrement rêver ?

Sans hésiter, c’est la famille de Bellarida (Bellypha). Elle est l’aïeule de cinq gagnants de Gr1. Nous avons eu au haras deux de ses sœurs : Bellona (Bering), décédée depuis et deuxième mère de quatre black types, mais également Bayourida (Slew O’Gold). Cette dernière nous a donné Bella Ida (Hernando), troisième du Prix Belle de Nuit (L), Telluride (Montjeu), gagnant du Prix Vulcain (L), et Bee Charmer (Anabaa), placé de Groupe aux États-Unis. Actuellement, le haras accueille des descendantes de ces deux juments. C’est une famille qui produit chaque année au moins un gagnant de Groupe.

Quel est le jeune étalon (premiers yearlings) en qui vous croyez le plus ?

Shalaa (Invincible Spirit) a reçu beaucoup de bonnes juments. Il a sa chance. J’ai eu quelques poulains de lui et je les trouve vraiment bien.

Parmi les chevaux qui ont été préparés par vos soins, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

Pour rester dans l’actualité, je citerais deux chevaux que nous avons élevés et vendus chez Arqana. Grand Glory (Olympic Glory) s’est classée troisième du Prix de Diane (Gr1), en montrant qu’elle avait encore certainement une marge de progression. Dans un autre créneau, celui des 2ans, Nunzia (Épaulette) vient de se classer deuxième du Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L), après avoir gagné lors de ses débuts. Il est très gratifiant d’avoir vendu deux chevaux performants sur deux créneaux sélectifs et différents à la fois. Enfin, sous nos couleurs, River on the Hills (Sinndar) vient de se classer quatrième du Prix Luth Enchantée (L), à une courte encolure du podium. En Norvège, Privilegiado (Sea the Moon) a gagné la Poule d’Essai des Poulains locale, c’est-à-dire les Norsk 2.000 Guineas.

Quel est votre secret pour gérer la pression à la veille de ce rendez-vous majeur ?

Pour moi, c’est une opération de survie ! Chacun a conscience de l’importance de ce moment. Le stress, tout le monde le ressent, y compris les chevaux. Aussi, pour en atténuer les effets, nous essayons de rester dans une routine bien établie.

En cette année électorale, quelle est selon vous la mesure la plus urgente à prendre pour la bonne santé des courses françaises ?

La situation des courses françaises n’est pas catastrophique. Je ne sais pas si je suis suffisamment engagé pour avoir un avis autorisé sur ces questions, mais je trouve qu’il y a des choses positives comme les JeuXdi de Longchamp. Précisément, je développerais plus encore les semi-nocturnes : cela me semble une bonne idée pour attirer le public. Et c’est assez logique d’ailleurs : comment les gens qui travaillent peuvent-ils venir en semaine à 14 h aux courses ?

Il y a une autre chose à laquelle j’ai toujours pensé : je placerais les grandes journées de courses le samedi plutôt que le dimanche. Dans ce cas, les gens peuvent rester avec leurs amis après les courses pour faire la fête. Le dimanche soir, ils ne partent pas tard car ils doivent travailler dès le lendemain matin. La récente réussite de la grande réunion organisée à Chantilly un samedi l’a démontré : il y avait probablement plus de monde que pour le Jockey Club.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot

Sexe

Père

Mère

42

F.

Siyouni

Aliyfa

84

F.

Dark Angel

Felcine

313

M.

Declaration of War

Neko

322

M.

Wootton Bassett

Praise Dancing

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot              Sexe            Père                          Mère

370             M.              The Gurkha               Above Limits

La course d’une vie. Nous avons demandé aux éleveurs de nous commenter LA course qui a le plus marqué leur carrière, en nous décrivant l’histoire du cheval qui portait tous leurs espoirs. Pour voir la vidéo de l’interview, cliquez ici

https://www.facebook.com/jourdegalop/videos/367422260551695/

HARAS DE BOURGEAUVILLE

LIEU-DIT LE CHÂTEAU

14430 BOURGEAUVILLE