Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TRIBUNE LIBRE - Les oubliés de l’Institution

Courses / 22.08.2019

TRIBUNE LIBRE - Les oubliés de l’Institution

Par Jean-Baptiste Andréani

« Les éleveurs, propriétaires, entraîneurs, jockeys sont présentés comme les rouages essentiels des courses. Et cela est totalement vrai. Mais on oublie l’autre face, les obscurs bénévoles qui ont la responsabilité des hippodromes, peu importe leur classe.

Les présidents et leurs Conseils d’administration ne sont pas épargnés par les socioprofessionnels, souvent par manque de tolérance ou par ignorance. Savent-ils que les bénévoles prennent sur leur temps de vie de famille – et sont souvent des mécènes – pour leur présenter des hippodromes en parfait état et pour en assurer le fonctionnement, la sécurité ? Pour cela, il faut être présent sur les sites et selon l’importance de la société, mettre la main à la pâte pour remettre en état des infrastructures avant et après chaque réunion.

Savent-ils que ces présidents gèrent pour la plupart des sociétés sans ressources, si ce n’est quelques frais d’organisation donnés par la Fédération nationale qui sont engloutis par le budget sécurité et autres contraintes ?

Dans le contexte actuel – on peut les comparer aux maires des communes avec les mêmes responsabilités civiles et pénales –, vont-ils résister à cette pression ?

Les différents présidents, dont je fais partie, sont confrontés à des problèmes économiques graves et à des contraintes insoutenables. Les aides sont grignotées peu à peu. Les collectivités, elles-mêmes en difficulté, se désengagent. Il est heureux que Pierre Préaud nous soutienne et soit en permanence à la recherche de solutions pour nous aider. Je le remercie au nom de tous les bénévoles.

Je suis de ceux qui pensent que le modèle français, même s’il est unique, doit être remis à plat, sans toutefois trop toucher au maillage utile à l’iInstitution et aux professionnels.

Il faudrait, pour le maintenir, analyser région par région, valoriser quelques hippodromes et établir une nouvelle façon de fonctionner, faire des challenges régionaux et surtout, pour les P.M.H., développer le jeu et utiliser les nouveaux moyens mis à disposition. Et bien entendu, il faudrait revoir leur propre calendrier sans pour autant impacter les premium.

Les sociétés courant en P.M.H. ne pourront tenir qu’à ces conditions. Car autrement, on verra leur disparition faute de moyens et de bénévoles. Il est évident aussi qu’elles doivent trouver de nouvelles ressources.

La société change, le monde change, alors pourquoi ne pas se remettre en question ? Faut-il attendre que le climat le fasse pour nous ? Le monde agricole est déjà impacté. Nous sommes bien sûr tributaires des enjeux, mais on a bon espoir que le chiffre du PMU soit maintenu, et cela j’y crois. Je fais confiance à Cyril Linette, qui a très bien compris son rôle, et les mesures prises, même si elles semblent drastiques, étaient nécessaires. Les joueurs étaient gavés par la superposition des réunions et différents jeux, ne pouvant plus faire leurs pronostics.

Cette réflexion n’est pas de circonstance, mais ayant sillonné la France entière ces dernières années, j’ai eu une vue d’ensemble, tant dans le fonctionnement des sociétés, que des bénévoles, l’étant moi-même.

Je voudrais également dire aux sociétés mères qu’il est dommage d’avoir supprimé les journées des bénévoles sous couvert d’économies. Ce rassemblement qui était nécessaire, permettait de se rencontrer, d’échanger, etc.

Économies d’accord, quand il le faut, mais pas dans ce cas-là. Je crois que l’inverse pourrait se produire, car les bénévoles sont la base de l’édifice qui s’écroulera le jour où ils ne seront plus là. »

Philippe Jeanneret conduira une liste soutenue par les AEP

D’après nos informations, Philippe Jeanneret conduira une liste aux élections à France Galop, dans le collège propriétaires. Cette liste sera soutenue par l’Association des entraîneurs-propriétaires et son club Croissance courses dont l’animateur est Thierry Doumen. Patrick Klein devrait être son colistier, en deuxième position sur la liste.