Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

VENTE D’AOÛT ARQANA - Historique !

Institution / Ventes / 19.08.2019

VENTE D’AOÛT ARQANA - Historique !

DEAUVILLE, DIMANCHE

Qu’il semble loin le temps où la vente d’août Arqana se résumait à des batailles entre les Maktoum et Coolmore, où le marché était dominé par un ou deux vendeurs, où l’on parlait plus des attraits de Deauville comme lieu de villégiature que de la qualité de son catalogue. Depuis quelques années déjà, grâce aux investissements des éleveurs français conjugués aux efforts d’Arqana, la vente d’août s’est considérablement professionnalisée. L’édition 2019 restera toutefois dans les annales de l’agence deauvillaise. Elle a surpassé l’année record de 2015. Dimanche, la partie I – la plus sélectionnée – s’est achevée avec un chiffre d’affaires de 32.775.000 €, soit une hausse de 19,4 % par rapport à l’an dernier. Le médian (sur la partie I) s’établit à 220.000 €, soit une progression de près de 30 %. Le taux de vendus est également remarquable, s’élevant à 79 % (et même plus de 84 % sur le dimanche !). Enfin, le prix moyen frôle les 300.000 €.

L’activité était déjà soutenue samedi, mais elle était encore plus forte ce dimanche. La session enregistre deux lots millionnaires, coup sur coup, tous deux présentés par les Monceaux et issus de la même famille, celle de Platonic (Zafonic). Le lot 148, une fille de Dubawi, sœur de la classique Chicquita (Montjeu), est tombé dans l’escarcelle de Godolphin pour 1,62 million d’euros. Le lot 147, un mâle de Galileo et Prudente (Dansili), une sœur de la mère de Chicquita, a été adjugé 1,5 million d’euros à l’entraîneur japonais Mitsu Nakauchida.

Ce dimanche, douze lots ont atteint ou dépassé la barre des 500.000 €. Ils étaient présentés par neuf vendeurs différents, et ont été acquis par sept acheteurs différents. Au total de la partie I, pas moins de vingt lots ont atteint ce niveau. L’an dernier, ils n’étaient que onze. Autre motif de satisfaction pour l’élevage français, les belles performances réalisées par des étalons basés en France, confirmés ou nouveaux venus. Le Havre, Siyouni et Shalaa figurent en effet comme pères de ces vingt "top".

LES GRANDS INDICATEURS
JOUR 2
Présentés Vendus (%) Prix moyen (évol.) Prix médian (évol.) C.A. * (évol.)
2019 72 61 (84,72 %) 300.738 € (+ 26,03 %) 220.000 € (+ 25,71 %) 18.345.000 € (+ 30,30 %)
2018 77 59 (76,62 %) 238.627 € 175.000 € 14.079.000 €
* hors amiables
LES GRANDS INDICATEURS
PARTIE I
Présentés Vendus (%) Prix moyen (évol.) Prix médian (évol.) C.A. * (évol.)
2019 143 112 (78,32 %) 292.634 € (+ 24,73 %) 220.000 € (+ 29,41 %) 32.775.000 € (+19,40 %)
2018 158 117 (74,05 %) 234.607 € 170.000 € 27.449.000 €
* hors amiables

LES TOP-LOTS 
Lot Sx Origines Prix
148 F. Dubawi & Prudenzia 1.625.000 €
Acheteur : Godolphin
Vendeur : Écurie des Monceaux
147 M. Galileo & Prudente 1.500.000 €
Acheteur : Mitsu Nakauchida
Vendeur : Écurie des Monceaux
129 M. Kingman & Miss Plimsoll 850.000 €
Acheteur : Amanda Skiffington
Vendeur : Écurie des Monceaux
124 F. Dark Angel & Mayhem 800.000 €
Acheteur : Godolphin
Vendeur : Ballylinch Stud
89 M. Kingman & Gooseley Chope 675.000 €
Acheteur : Amanda Skiffington
Vendeur : Haras de Colleville
95 M. Camelot & High Fidelity 650.000 €
Acheteur : Mitsu Nakauchida
Vendeur : Camas Park & Glenvale Studs
99 F. Galileo & Hoh My Darling 650.000 €
Acheteur : Morten Buskop Bloodstock
Vendeur : Haras des Capucines
88 M. Dubawi & Giofra 600.000 €
Acheteur : Godolphin
Vendeur : Haras de La Pérelle
122 M. Shalaa & Maiden Tower 600.000 €
Acheteur : Narvick International pour Satomi Horse Company
Vendeur : Fairway Consignment
144 F. Galileo & Pembina 560.000 €
Acheteur : Hugo Merry Bloodstock
Vendeur : Camas Park & Glenvale Studs

LES FAITS MARQUANTS

Platonic a encore frappé

#148    F            Dubawi & Prudenzia, par Dansili                                      1.625.000 €

            Acheteur : Godolphin

            Vendeur : Écurie des Monceaux

            Éleveurs : Écurie des Monceaux & Skymarc Farm

Ce dimanche, nous avons assisté à l’une des plus longues batailles vues sur le ring d’Arqana. Anthony Stroud a eu le dernier mot à 1.625.000 € face à Michel Zerolo pour le lot 148. En l’espace d’une vingtaine de minutes – avec les lots 147 et 148 – deux sujets dont la grand-mère est Platonic (Zafonic), élevés à l’écurie des Monceaux, ont dépassé la barre du million d’euros. Au fil des ans, sur le ring d’Arqana, les Monceaux ont vendu plus de 14 millionnaires. Un record de records. Anthony Stroud a déclaré après avoir signé le bon du record de cette vente d’août 2019 : « C'est une très belle pouliche avec un magnifique pedigree, élevée par un haras exceptionnel. De plus elle est par un étalon fantastique. Elle sera, je l'espère, un très bon cheval de course et une bonne poulinière pour Godolphin à la fin de sa carrière. Le cheikh Mohammed est présent à la vente cette année – il n’y était pas venu depuis longtemps. C'est super de le voir ici. Il est dans la filière hippique depuis longtemps et son enthousiasme est plus fort que jamais. C'est un très bon juge car c'est lui qui achète le cheval, je ne fais que suivre les instructions ! »

Une dizaine de chevaux à plus d’un million dans la souche ! Ce lot 148 est une fille de Prudenzia (Dansili), lauréate du Prix de la Seine (L), et déjà mère de quatre black types avec Chicquita (Montjeu), championne à 3ans en Irlande, Magic Wand (Galileo), lauréate des Ribblesdale Stakes (Gr2) et Je ne Regretterien (Galileo), troisième du Prix de Royaumont (Gr3). Henri Bozo a déclaré : « Cette famille est absolument incroyable. Grâce à l’aide de Lady O’Reilly, cette famille a pris une dimension toute particulière. Nous avons la chance de voir des clients reconduire leur confiance tous les ans sur ce ring. » Avant les deux yearlings qui ont dépassé le million d’euros ce dimanche, quatre produits de Prudenzia avaient atteint ce cap à la vente d'août, dont Magic Wand qui a été achetée 1,4 million, alors que Je ne Regretterien (Galileo) s'est vendue 950.000 € sur le même ring. On se souvient aussi des 2,6 millions pour un fils de Pacifique (Montjeu) chez Arqana. En novembre 2016, la deuxième mère de Channel, Magical Romance (Barathea), avait été acquise 4,6 millions de Guinées par Lady Rothschild à Tattersalls. Ce record fut ensuite battu par Chicquita, vendue pour 6 millions d'euros en fin d'année de 3ans chez Goffs.

L’explosion en piste. Jusqu'en 2003, comme en témoigne une page de catalogue de l'époque, cette vieille souche – d’origine française – vivait un peu sur la gloire des années 70 et 80 avec les succès classiques de Dumka (Poule d’Essai des Pouliches, Gr1) et de Doyoun (2.000 Guinées, Gr1). À partir de 2004 cependant, la famille a complètement explosé, en piste puis aux ventes. En l'espace de quinze ans, cette souche a donné pas moins de onze chevaux de Gr1 : Pongee (2e des Yorkshire Oaks, Gr1), Magical Romance (Cheveley Park Stakes, Gr1), Alexandrova (Yorkshire Oaks, Oaks & Irish Oak, Grs1), Masterofthehorse (3e du Derby d'Epsom, Gr1), Golden Sword (2e du Derby d'Irlande, Gr1), Chicquita (Irish Oaks & 2e du Prix de Diane, Grs1), Somehow (2e de la Tattersalls Gold Cup, Gr1), Rekindling (Melbourne Cup, Gr1), Magic Wand (Prix Vermeille, Prix de l'Opéra & Pegasus World Cup Turf, Grs1), Sydney Opera House (2e du Critérium de Saint Cloud, Gr1) et Channel (Prix de Diane, Gr1). Parmi ces chevaux, quatre ont été vus au sein de la galaxie Coolmore (Magical Romance, Alexandrova et Masterofthehorse, qui fait la monte en France au haras du Mazet), deux en France pour l'association entre l'écurie des Monceaux et Lady O'Reilly (Chicquita et Magic Wand), mais aussi deux à Stringston Farm (Rekindling et Golden Sword).

Deux saisons exceptionnelles pour les Monceaux. En 2018 et en 2019, l'écurie des Monceaux a réalisé les deux meilleures saisons depuis sa création, avec pas moins de neuf podiums au niveau Gr1 dans chaque cas (contre deux en 2017 ou en 2016), en sachant que l’exercice 2019 n’est pas terminé ! Si les victoires de Sistercharlie ont pesé lourd sur la balance, elles ne sauraient éclipser les performances d'Intellogent** (Qatar Prix Jean Prat, Gr1), Magic Wand (placée des Qatar Prix de l'Opéra Longines et Qatar Prix Vermeille, Grs1), et Wind Chimes (sur le podium du Prix du Moulin de Longchamp et de la Poule d'essai des Pouliches, Grs1). En 2019, Sottsass (Prix du Jockey Club) est devenu le quatrième cheval vendu par les Monceaux à monter sur le podium d’un classique français (après Sistercharlie, Chicquita et Wild Wind). Depuis 1990, seulement trois autres haras français ont élevé en nom propre puis vendu au moins trois chevaux de ce niveau en France : la Louvière (Lawman, Latice, Dashtarhon et Brillance), les Capucines (Flotilla, Morandi et Winged Love) et Étreham (Toupie, Funambule, Almanzor et Anabaa Blue). La différence vient du fait que les Monceaux ont réalisé cela en seulement une décennie…

Mitsu Nakauchida trouve son jour !

#147    M        Galileo & Prudente, par Dansili     1.500.000 €

            Acheteur : Mitsu Nakauchida

            Vendeur : Écurie des Monceaux

            Éleveurs : Écurie des Monceaux & Skymarc Farm

#95      M        Camelot & High Fidelity, par Peintre Célèbre     650.000 €

            Acheteur : Mitsu Nakauchida

            Vendeur : Camas Park & Glenvale Studs

            Éleveurs : Lynch Badges & Camas Park Stud

L’entraîneur japonais Mitsu Nakauchida a – enfin ! – trouvé son jour à Arqana et aux ventes européennes. Mitsu Nakauchida vient depuis plusieurs années à Arqana et avait été battu sur des lots assez chers. Il avait connu la même "mésaventure" à Tattersalls, où il avait été sous-enchérisseur sur des lots comme le propre frère de Too Darn Hot (Dubawi) adjugé 3.500.000 Gns l’an passé, ou le Galileo/Shastye adjugé 3.400.000 Gns à Coolmore. Ce dimanche, Mitsu Nakauchida a brisé l’écart à deux reprises. D’abord avec le lot 95, un fils de Camelot adjugé 650.000 €, puis avec le lot 147, où il a répondu du tac au tac à Ross Doyle, au téléphone, pour l’emporter à 1.500.000 €.

Qui est Mitsu Nakauchida ? Mitsu Nakauchida est certainement le meilleur jeune entraîneur du Japon. Il a dans son écurie des chevaux appartenant à tous les plus grands propriétaires japonais : Kaneko Makoto (qui avait Deep Impact et King Kamehameha, entre autres), Danox Co. (préfixe Danon), Godolphin, mais aussi des grandes écuries de groupe comme Sunday Racing (couleurs d’Orfèvre ou de Gentildonna) ou encore U. Carrot Farm (vu en France avec Harp Star)… Parmi les bons chevaux entraînés par Mitsu Nakauchida, on trouve Danon Premium (Deep Impact), qui fut le champion des 2ans en 2017, Danon Fantasy (Deep Impact), championne des pouliches de 2ans en 2018, ou encore le bon Velox (Just a Way), deuxième cette année des 2.000 Guinées japonaises et troisième du Derby (Grs1). Il a commenté : « Je dois être l’entraîneur le plus chanceux du monde ! J’ai ce grand honneur d’entraîner pour quelques-uns des plus grands propriétaires du Japon. J’ai eu beaucoup de chance dans mes rencontres. J’ai eu de la réussite récemment au Japon, mais la recette est simple : les bons chevaux rendent mon travail beaucoup plus facile ! »

Mitsu Nakauchida parle parfaitement anglais et a des liens forts avec l’Angleterre : il est le beau-frère de Roger Varian. Les chevaux qu’il entraîne sont souvent pilotés par Yuga Kawada, et l’entraîneur a beaucoup contribué à la progression du jockey – capitaine de l’équipe gagnante de la Shergar Cup 2019 – en l’envoyant passer quelques étés à monter en Angleterre pour Roger Varian.

La grande souche des Monceaux et Skymarc. Mitsu Nakauchida repart donc au Japon avec deux lots, dont un fils de Galileo et de Prudente (Dansili), soit la grande souche de l’écurie des Monceaux que nous avons détaillée précédemment. L’entraîneur a dit : « Je suis très content d’avoir obtenu ce cheval et j’ai hâte de l’amener au Japon ! Il provient évidemment d’une très belle famille. Il est très beau, très athlétique. Il a de la taille, bouge très bien. Je ne voyais que lui ! Nous avons perdu Deep Impact et King Kamehameha au Japon et j’espère qu’il puisse devenir un stallion prospect au Japon. »

Tout de même un défi. Pour un Japonais, acheter un Galileo ou un Dubawi est une autre histoire que pour un Européen, par exemple. Galileo et Dubawi n’ont pas eu beaucoup de produits en piste au Japon et doivent donc encore faire leurs preuves dans les courses japonaises. Mitsu Nakauchida n’a pas peur de relever ce défi : « Je suis en effet venu en Europe à plusieurs reprises ces dernières années pour tenter d’acheter des yearlings. Nous sommes à la recherche de beaux pedigrees. Il est vrai que, chez nous, Galileo et Dubawi n’ont pas encore obtenu les mêmes résultats que ceux qu’ils ont eu Europe ou à d’autres endroits du monde. Mais j’aime beaucoup ces deux étalons et je veux montrer qu’ils sont capables aussi de briller au Japon. »

Camelot au Japon. Un peu plus tôt dans la vente et moyennant 650.000 €, Mitsu Nakauchida a obtenu le lot 95, un splendide fils de Camelot, avec beaucoup de présence. Camelot est un peu une inconnue au Japon, où il n’a eu qu’un partant, qui est gagnant. Sa mère, High Fidelity (Peintre Célèbre), avait gagné pour ses débuts à 3ans sur les 2.400m de Clairefontaine. Au haras, elle a donné High Strung (Mastercraftsman), placé de Listed sur 2.000m en Allemagne. C’est une souche avec de la tenue, où l’on retrouve le champion Hurricane Run (Montjeu). Camelot est lui-même un vecteur de tenue, même s’il avait assez de vitesse pour remporter les 2.000 Guinées (Gr1). Mitsu Nakauchida a expliqué : « C’est un très beau cheval, athlétique. Il va rejoindre mon écurie au Japon mais je ne peux pas encore vous dire quel sera son propriétaire ! »

Godolphin continue à investir dans Dark Angel

#124    M           Dark Angel & Mayhem, par Whipper                              800.000 €

            Acheteur : Godolphin

            Vendeur : Ballylinch Stud

            Éleveur : C-Squared Investments

À l’été 2015, Darley a acheté des parts de l’étalon Dark Angel (Acclamation). Et depuis cette date, le cheikh Mohammed bin Rachid Al Maktoum n’a jamais cessé de soutenir ce sire qui lui a donné l’étalon Harry Angel (32Red Sprint Cup Stakes & Darley July Cup Stakes, Grs1). Anthony Stroud a déclaré : « Nous aimons beaucoup cette pouliche, elle vient d’un très bon haras. Nous avons acheté sa demi-sœur par Invincible Spirit (Green Desert) l’an dernier. » Ce lot 124 est le deuxième produit de Mayhem (Whipper), gagnante du Prix Allez France (Gr3), deuxième du Prix de Royallieu et troisième du Prix Corrida (Grs2). Cette dernière est la propre sœur de Royal Bench (Whipper), lauréat du Prix Daniel Wildenstein (Gr2). La deuxième mère a aussi donné Memphis Tennessee (Hurricane Run), lauréat des Ormonde Stakes (Gr3) et troisième du Derby d’Irlande (Gr1). C’est la famille de L'Ancresse (deuxième des Irish Oaks et du Breeders' Cup Filly & Mare Turf, Grs1), Cerulean Sky (Prix Saint-Alary, Gr1), Moonstone (Irish Oaks, Gr1), Honolulu (troisième du St Leger, Gr1), Royal Bench (deuxième du Hong Kong Mile, Gr1), US Army Ranger (deuxième du Derby d'Epsom, Gr1)…

Fiona Carmichael continue à investir en France

#89      M           Kingman & Gooseley Chope, par Indian Rocket             675.000 €

            Acheteur : Amanda Skiffington

            Vendeur : Haras de Colleville

            Éleveur : Guy Pariente

#104    M           Frankel & Kenzadargent, par Kendargent                      500.000 €

            Acheteur : Amanda Skiffington

            Vendeur : La Motteraye Consignment

            Éleveur : Chasemore Farm

Amanda Skiffington était accompagnée de Fiona Carmichael lorsqu’elle a signé le bon à 675.000 € pour un fils de Kingman (Invincible Spirit), présenté par le haras de Colleville, et celui à 500.000 € pour le lot 104, un Frankel (Galileo) préparé par La Motteraye Consignment. Le courtier a déclaré : « C’est un très beau cheval, il ressemble beaucoup à son père Frankel que j'adore. Il n’a pas droit aux primes en France donc il est très probable qu’il aille à l’entraînement en Angleterre. Les deux yearlings ont été achetés pour le compte de Fiona Carmichael. Le Kingman est également très beau, il pourrait être entraîné en France. Les deux iront en Angleterre d’abord pour être débourrés et on verra après. »

Une association en pleine réussite. Fiona Carmichael et Amanda Skiffington ont connu un certain nombre de succès ensemble avec Toronado (Sussex Stakes & Queen Anne Stakes, Grs1), Havana Gold (Prix Jean Prat, Gr1), Ivawood (deuxième des Middle Park Stakes, Gr1), Intellogent (Prix Jean Prat, Gr1)… Mais le plus fou, c'est que Fiona Carmichael n'est entrée dans les courses qu'il y a huit ans, sans rien y connaître. Le courtier nous avait confié en 2018 : « Nous nous sommes rencontrés par l'intermédiaire d'un de mes clients de longue date. Ils se sont associés dans un certain nombre de chevaux. On peut dire qu'elle est une propriétaire chanceuse vu les chevaux qu'elle a eus, d'abord en association puis en pleine propriété, comme c'est le cas pour Intellogent. Elle adore venir aux ventes. Chaque année, je lui achète six yearlings. Je fais une liste, nous allons les voir, mais elle m'écoute toujours. C'est la propriétaire parfaite. C'est une bonne perdante et une bonne gagnante ! Mais ce qu'elle aime avant tout, c'est voir ses chevaux courir. »

Les intuitions de Guy Pariente. Le lot 89 et le lot 104 sont issus de souches qui sont passées par le haras de Colleville. Lorsque Guy Pariente a acquis Gooseley Chope (Indian Rocket), la mère du lot 89, son profil était loin d’être une évidence. C’était la fille d’un étalon – Indian Rocket (Indian Ridge) – qui avait quitté l’Irlande alors qu’il officiait à 4.000 €, avant de connaître une seconde jeunesse en France au haras des Faunes. Sa mère, Gooseley Lane (Pyramus), lauréate de l’Oppenheim-Rennen (L) sur 1.200m, avait brillé sur le créneau de la vitesse en Allemagne, ce qui n’est pas forcément reconnu à l’international. Pourtant l’intuition de Guy Pariente était bonne car Gooseley Chope lui a donné l’étalon Goken (Kendargent), notamment troisième des King's Stand Stakes (Gr1), mais aussi lauréat des Prix du Bois et Texanita (Grs3). D’une manière plus générale en répétant le croisement de Kendargent (Kendor) sur les filles d’Indian Rocket, Guy Pariente a obtenu pas moins de six black types avec Goken mais aussi Kendam (Prix Eclipse, Gr3, troisième du Qatar Prix de la Forêt, Gr1), Morando (Ormonde Stakes & Royal British Legion St Simon Stakes, Grs3), Kenfreeze (Prix Roland de Chambure, L), Batwan (deuxième du Prix de Saint-Georges, Gr3) et Rêvedargent (troisième du Prix Contessina, L). Guy Pariente nous a expliqué : « C’est une souche que nous avons façonnée au haras et qui est montée en puissance. J’ai d’ailleurs plusieurs femelles de cette famille à la reproduction. » Amanda Skiffington est un acheteur reconnu et pour un éleveur, vendre un yearling 675.000 € est toujours un moment particulier : « C’est un grand moment d’émotion. Nous avons vendu des chevaux dans le monde entier, de l’Australie en passant les États-Unis ou encore l’Amérique du Sud, au Japon, à Hongkong, dans les Émirats… C’est un moment très important pour le haras. Comme avec Galiway (Galileo) qui est actuellement en tête des sires de sa génération en France. Avec ses premiers 2ans, il a donné Kenway (Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles, L) que l’on va revoir au niveau Groupe et d’autres devraient suivre car plusieurs sont très prometteurs… » Le lot 104, élevé par Chasemore Farm, est un fils de Kenzadargent (Kendargent). Cette élève du Guy Pariente a gagné le Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L) et elle est montée sur le podium des Prix des Réservoirs (Gr3), Vanteaux (Gr3) et de Sandringham (Gr2). C’est la famille de Flamboyant (Peer Gynt) qui est toujours en course à l’âge 8ans. Il a gagné plus de 1,1 million de dollars aux États-Unis en terminant 15 fois dans les trois premiers au niveau black type.

Amanda Skiffington sur tous les fronts

#129    M        Kingman & Miss Plimsoll, par Arch          850.000 €

            Acheteur : Amanda Skiffington

            Vendeur : Écurie des Monceaux

            Éleveur : Écurie des Monceaux

Amanda Skiffington, en compagnie de Fiona Jean Carmichael, a été très active lors de ce jour 2 de la vente de yearlings Arqana. Elle a eu le dernier mot sur Sébastien Desmontils, accompagné de Nicolas Bertran de Balanda, sur ce lot 129, un fils de Kingman et de Miss Plimsoll (Arch), pleine en 2019 de Pedro the Great. C’est le quatrième produit de cette jument, gagnante d’une course. Son 2ans par Zoffany, Choise of Raison, a eu la bonne idée d’ouvrir son palmarès dans un très bon style dans le Prix des Tournesols (Maiden), au mois de juillet à Borély. La deuxième mère est Sharp Apple (Diesis), lauréate de Listed aux États-Unis et mère de Pomology (Arch), lauréate des Lancashire Oaks (Gr2) et du Prix Minerve (Gr3), et deuxième d’un Prix Vermeille (Gr1) à une courte tête de Baltic Baroness (Shamardal). C’est le second produit de Kingman qu’Amanda Skiffington achète pour Fiona Jean Carmichael ce dimanche, après le lot 89, un fils de Kingman et de Gooseley Chope (Indian Rocket) acheté 675.000 €. Amanda Skiffington a dit : « C’est vraiment un très beau poulain. Il se déplace très bien, est très athlétique. »

Avec Lone Kaj-Nielsen, la Scandinavie change de calibre

#99      F            Galileo & Hoh My Darling, par Dansili                             650.000 €

            Acheteur : Morten Buskop Bloodstock

            Vendeur : Haras des Capucines

            Éleveurs : Éric Puerari, Oceanic Bloodstock & Meridian International

Comme en 2018 avec le produit Dubawi (Dubai Millenium) et Cladocera (Oasis Dream) vendu 520.000 €, c'est vers la Scandinavie que va s'envoler l'un des lots les plus en vue de la deuxième journée. Morten Buskop est allé jusqu’à 650.000 € : « Cette pouliche a été acquise par une très bonne cliente danoise, Lone Kaj-Nielsen. Elle réalise une année exceptionnelle, ayant gagné le Derby suédois avec Red Cactus (Hard Spun). Elle adore investir dans les yearlings avec de bons pedigrees pour ensuite les mettre à l’entraînement chez Bent Olsen. Notre succès aux ventes Arqana a commencé avec l’achat de Brownie (Sunday Break), qui est ensuite devenu un champion sur le mile en Scandinave. Nous espérons que cette pouliche deviendra plus tard une reproductrice en Scandinave. » Brownie a notamment remporté la Polar Cup et le Marit Sveaas Minnelop (Grs3). Avec Red Cactus, Lone Kaj-Nielsen a prouvé qu’elle nourrissait des ambitions internationales, ce dernier s’est en effet classé troisième des UAE 2.000 Guineas (Gr3). À ce sujet, Morten Buskop poursuit : « Les chevaux scandinaves sont compétitifs sur le dirt de Meydan où leurs propriétaires aiment à se rendre, au soleil, pendant l’hiver. Les allocations sont relativement élevées dans les bonnes courses scandinaves et plusieurs investisseurs font actuellement monter le niveau de la compétition locale. » Élevée au haras des Capucines, le lot 99 est une fille d’Hoh my Darling (Dansili), déjà mère de trois black types : Kadyny (Zamindar), troisième du Prix des Chênes (Gr.3).

Our Last Summer (Zamindar), champion à 2ans en Scandinavie, et Peace Envoy (Power), troisième du Prix Morny (Gr1).

Godolphin s’offre le produit de Giofra… par Dubawi

#95      M        Dubawi & Giofra, par Dansili        600.000 €

            Acheteur : Godolphin S.N.C.

            Vendeur : Haras de La Pérelle

            Éleveur : Haras de La Pérelle

Les enchères ont commencé à 100.000 € pour ce lot 95, un fils de Giofra (Dansili), signé Dubawi. Ce poulain puissant présenté par le haras de La Pérelle a déclenché une bataille dont les hommes de Godolphin sont sortis vainqueurs. Anthony Stroud, qui a signé le bon, a expliqué : « C’est un très beau poulain, athlétique. Son Altesse le cheikh Mohammed Al Maktoum a vu et sélectionné plusieurs yearlings et nous ne faisons que suivre ses ordres. » Ce poulain est le quatrième produit de l’excellente Giofra qui, sous l’entraînement d’Alain de Royer Dupré pour le haras de La Pérelle, a remporté les Falmouth Stakes (Gr1, à 4ans). Elle a aussi battu les mâles dans le Prix d’Harcourt (Gr2). Cette grande voyageuse s’est aussi classée deuxième de la Hong Kong Cup et du Prix Ganay (Grs1), ainsi que troisième du Dubai Duty Free (Gr1, actuelle Dubai Turf), du Prix de l’Opéra et des Falmouth Stakes (Gr1, à 5ans).

Giofra est une fille de Gracefully (Orpen), lauréate des Prestige Stakes (Gr3) qui, outre Giofra, a donné Big Baz (Pivotal), double lauréat de Listed, Gradara (Montjeu), lauréate du Prix Panacée (L), et Gomati (Oasis Dream), lauréat du Critérium de Lyon (L).

Le troisième Giofra en vente. Ce yearling est le quatrième produit de Giofra. La jument a eu une femelle – Georgine (Frankel), qui a couru sous les couleurs de son éleveur – et trois mâles, qui sont passés en vente. Al Battar (Dubawi), âgé de 3ans, avait été acheté 1.550.000 € par Kerry Radcliffe pour Phoenix Thoroughbred. Un peu moins "trapu" que son petit frère yearling, il court en Angleterre et n’a pas ouvert son palmarès en deux sorties, bien que courant en progrès. Le deuxième, Mr G (Galileo), avait été acheté 320.000 € à Arqana par Richard Knight pour Hussain Alabbas Lootah. Il est à l’entraînement chez William Haggas et n’a pas encore débuté.

Shalaa, premiers yearlings sur le ring… et déjà la confiance des investisseurs japonais !

#122    M        Shalaa & Maiden Tower, par Groom Dancer      600.000 €

            Acheteur : Narvick International pour Satomi Horse Company

            Vendeur : Fairway Consignment

            Éleveurs : Indivision N. Maiden Tower 2018

Emmanuel de Seroux a eu le dernier mot sur les hommes de Godolphin pour ce lot 122, un splendide fils de Shalaa, dont les premiers yearlings passent sur le ring d’Arqana. Engouement déjà constaté l’an dernier avec ses premiers foals. Emmanuel de Seroux, au restaurant, a acheté ce poulain pour Hajime Satomi, pour lequel il avait déjà investi samedi soir. Mais si le poulain acheté lors du Jour 1 est destiné à rester en Europe, ce fils de Shalaa devrait, lui, partir au Japon. Si l’on en croit la base de données japonaise JBIS, Shalaa a deux yearlings enregistrés au Japon… Et pas des moindres ! L’un est le premier produit de la championne La Cressonnière ** (Le Havre), l’autre est le premier produit de l’excellente Jemayel ** (Lope de Vega). Il y a aussi un foal de Shalaa enregistré au Japon : un fils de Talisa (Pour Moi), achetée pleine de ce poulain à la vente de décembre Arqana 2018 par Emmanuel de Seroux. Le courtier a dit : « C’est un splendide poulain. Nous croyons beaucoup en Shalaa, nous pensons qu’il sera un excellent étalon. Ce poulain est destiné à partir à l’entraînement au Japon, Hajime Satomi m’ayant demandé d’acheter des poulains à la fois pour l’Europe et pour le Japon. C’est un propriétaire qui voyage beaucoup. Il avait eu ses premiers partants en France avec Satono Diamond (Deep Impact) et Satono Noblesse (Deep Impact, leader de Satono Diamond) en 2017. Il a beaucoup aimé cette expérience. »

Côté origines, ce fils de Shalaa est un produit de la "Maktoum" Maiden Tower (Groom Dancer), qui fut une excellente pouliche : elle a remporté le Prix de Sandringham (Gr2) et le Prix de la Grotte (Gr3). Elle s’est aussi classée deuxième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Au haras, elle a notamment donné Penglai Pavilion (Monsun), gagnant du Prix Turenne (L) et deuxième du Grand Prix de Deauville (Gr2), ainsi que Picture Hat (El Prado), deuxième du Prix de Bagatelle (L).

Une Galileo pour un client américain d’Hugo Merry

#144    F         Galileo & Pembina, par Dalakhani            560.000 €

            Acheteur : Hugo Merry Bloodstock

            Vendeur : Camas Park Stud & Glenvale Studs

            Éleveurs : Lynch Bages Ltd & Rhinestone Bloodstock

Hugo Merry a eu le dernier mot sur les hommes de Coolmore pour ce lot 144, une fille de Galileo adjugée 560.000 €. C’est le troisième produit de Pembina (Dalakhani), laquelle a remporté un handicap sur 1.300m. Pembina doit encore faire ses preuves en tant que poulinière, mais il s’agit d’une belle famille, vivante. Pembina est une fille de Mahalia (Danehill), lauréate du Prix Imprudence (L) et mère d’Albisola (Montjeu), lauréate du Prix de Flore (Gr3) et du Prix Finlande (L), de Johnny Barnes (Acclamation), étalon au haras des Granges, gagnant d’un Prix Quincey (Gr3) et deuxième du Critérium International (Gr1)… Mahalia est par ailleurs la mère de Tonnara (Linamix), qui a brillé au haras en donnant Ectot (Hurricane Run), désormais étalon au haras de Bouquetot après avoir remporté deux Grs1, et de Most Improved (Lawman), lauréat des St James’s Palace Stakes (Gr1). Mahalia est aussi l’aïeule de la toute bonne Chartreuse (Lawman), lauréate du Prix La Sorellina (L) et deuxième des Prix Chloé et de Lieurey (Grs3).

Cette fille de Galileo est destinée à rester à l’entraînement en Europe, comme l’a expliqué Hugo Merry : « Je l’ai achetée pour un de mes clients américains. Il désire avoir des chevaux à l’entraînement en Europe et il voulait un Galileo ! Vous n’avez jamais trop de Galileo. C’est une jolie pouliche avec un beau pedigree, donc avec un vrai potentiel pour l’élevage. Mon client n’élève actuellement pas, même aux États-Unis, où il ne fait que courir pour le moment. »

Coolmore soutient The Gurkha

#112    M           The Gurkha & Larceny, par Cape Cross                         525.000 €

            Acheteur : M. V. Magnier

            Vendeur : Haras de La Louvière

            Éleveur : Petra Bloodstock Agency

En 2016, The Gurkha (Galileo) avait fait très grande impression en remportant la Poule d’Essai des Poulains (Gr1) délocalisée à Deauville pour cause de travaux à ParisLongchamp. Dans l’ère moderne de notre sport, il est le seul cheval à avoir remporté le classique français sans avoir couru à 2ans. Ses premiers produits sont yearlings et M.V. Magnier était entouré de toute l’équipe de Coolmore lorsqu’il a déclaré : « C’est un cheval précoce qui devrait être un bon 2ans. The Gurkha a été un sujet exceptionnel, très dur. Sa carrière a été perturbée par la maladie et il a été très impressionnant le jour de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1). Ce yearling a été élevé par l’un des meilleurs haras français qui est d’une grande constante au meilleur niveau. » La mère de ce poulain a déjà donné The Black Princess (Iffraaj), gagnante des Lancashire Oaks (Gr2) et du Prix Allez France (Gr3). Il s’agit d’une des plus belles souches de Chris O'Reilly : la deuxième mère a donné les classiques Latice (Inchinor), gagnante de trois Groupes dont le Prix de Diane (Gr1) mais également l’étalon du haras du Grandcamp Lawman (Invincible Spirit), lauréat du Prix du Jockey Club et du Prix Jean Prat (Grs1).

Le premier produit de Personna Grata pour Justin Casse

#145    F            Siyouni & Personna Grata, par Sir Percy                         460.000 €

            Acheteur : Canary Bloodstock

            Vendeur : Haras des Capucines

            Éleveurs : Éric Puerari, Dominique Adès Hazan, Ariane Gravereaux & Oceanic Bloodstock

Justin Casse a signé le bon à 460.000 € pour cette fille de Siyouni (Pivotal) et il nous a expliqué : « Cette pouliche ne va pas aller aux États-Unis. Elle reste en Europe. C’est une femelle avec beaucoup d’envergure, de qualité et une très bonne locomotion. J’adore son père. J’ai déjà acheté avec succès au haras des Capucines. » Persona Grata (Sir Percy) a remporté les Prix de la Calonne et Bertrand de Tarragon (Ls). Éric Puerari est un grand supporter de Kaldoun (Caro), son père de mère, dont plusieurs de ses poulinières sont des descendantes. Jument très dure, Persona Grata est une descendante de Riverqueen (Grand Prix de Saint-Cloud, Poule d'Essai des Pouliches & Prix Saint-Alary, Grs1).

Shawn Dugan aussi lors du jour 2

#110    F         Siyouni & La Zubia, par Montjeu  380.000 €

            Acheteur : Shawn L. Dugan

            Vendeur : Haras de l’Hôtellerie

            Éleveur : Snig Élevage

Active lors du jour 1 de cette vente de yearlings d’août Arqana, où elle a acheté trois lots pour un prix moyen de 446.667 € et un chiffre d’affaires de 1.340.000 €, Shawn Dugan était de retour lors du Jour 2 ! Elle a eu le dernier mot à 380.000 € pour le lot 110, une belle fille de Siyouni issue de La Zubia (Montjeu). Cette dernière avait débuté sa carrière en France, pour Darpat France, où elle a gagné une course sur 1.800m et a conclu quatrième du Prix Madame Jean Couturié (L). Elle avait ensuite été exportée aux États-Unis. C’est une famille que Shawn Dugan connaît un peu : La Zubia est en effet une sœur de Talco, un cheval par Pivotal (père de Siyouni) qui a remporté le Shoemaker Mile (Gr1).

Shawn Dugan a dit : « C’est une pouliche très athlétique, avec beaucoup de qualité. Vraiment, c’est une athlète hors pair. Je connais la famille car Talco a couru aux États-Unis et il est par Pivotal, donc le croisement est bon. Elle va rester en France à l’entraînement, mais je ne sais pas encore chez qui. Pour l’instant, elle va aller se détendre au haras du Logis. »

Encore un No Nay Never pour Coolmore

#141    M           No Nay Never & Painting, par Peintre Célèbre               300.000 €

            Acheteur : M. V. Magnier

            Vendeur : Haras d’Étreham

            Éleveur : Sarl de Chambure Haras d'Étreham

No Nay Never (Scat Daddy), le nouveau roi de la vitesse et de la précocité, est le successeur désigné de Scat Daddy (Johannesburg). Coolmore n’hésite pas à soutenir son étalon qui est passé à 100.000 € la saillie. C’est M.V. Magnier qui a signé le bon à 300.000 € pour cet élève du haras d’Étreham. Sa mère est déjà la grand-mère d’un black type avec Kilfrush Memories (Shakespearean), troisième du Prix d'Arenberg (Gr3). Sous la deuxième mère on retrouve une famille bien connue du côté de Ballydoyle, celle de The United States (Galileo), gagnant des Ranvet Stakes (Gr1), Hydrangea (Galileo), lauréate des British Champions Fillies &

Mares Stakes et des Matron Stakes (Grs1), et Hermosa (Galileo), auteure du doublé 1.000 Guinées de Newmarket & 1.000 Guinées d’Irlande (Grs1).