À LA UNE - Antonia Devin : « Nos candidats incarnent toute la diversité des propriétaires français »

Élevage / 30.09.2019

À LA UNE - Antonia Devin : « Nos candidats incarnent toute la diversité des propriétaires français »

Propriétaire et éleveur de lauréats de Gr1 en plat et sur les obstacles, Antonia Devin est une élue très active au sein de la Fédération des éleveurs du galop. Membre du Comité national, mais également à la tête de la commission sanitaire, elle nous explique pourquoi plusieurs associations de propriétaires se sont associées à la Fédération pour faire entendre leur voix.

Jour de Galop. – Comment s’est créée la liste à laquelle vous participez, qui réunit des associations de propriétaires et des propriétaires actifs au sein de la Fédération des éleveurs ?

Antonia Devin. – La Fédération des éleveurs se compose de 2.300 adhérents, dont 1.400 sont également propriétaires. Il était donc tout à fait légitime pour nous de vouloir qu’ils soient représentés. Nous nous sommes donc associés avec plusieurs associations de propriétaires pour construire une liste. D'ailleurs, au sujet de l’engagement de la Fédération côté propriétaires, je vous rappelle que depuis plusieurs années la Fédération a mis en place une assurance responsabilité civile sur les hippodromes pour répondre aux demandes de nombreux adhérents. Qu'on le veuille ou non, la frontière entre éleveurs et propriétaires tend à disparaître. Il est plus que temps, à mon avis, de mettre en œuvre une fédération transversale qui prenne en compte cette réalité.

Qui sont les candidats ? Pourquoi ont-ils accepté de s'engager ? 

Nos candidats incarnent toute la diversité des propriétaires français, petits et grands, orientés vers le plat, l’obstacle, ou les deux. Toutes les races de galopeurs – pur-sang anglais, AQPS, anglo-arabe et pur-sang arabe – sont représentées. Ils ont décidé de s'engager, de ne pas rester passifs, dans cette période cruciale pour l'avenir des courses.

Qu'est-ce-qui différencie cette liste des autres ? 

Nous présentons une liste tout à fait pluridisciplinaire, composée de véritables acteurs des courses. Ils représentent une importante force d'investissements, personnels et financiers, dans le propriétariat. La plupart de nos candidats sont déjà impliqués dans des associations d'éleveurs et de propriétaires. Pouvoir bénéficier de l’expérience de structures efficaces et reconnues, qui sont depuis des années au service de l’ensemble de notre filière, c'est un avantage certain.

Pourquoi la dimension internationale est-elle importante dans une élection nationale ?

Je pense qu’il est très important que cette liste représente avec fidélité la diversité des propriétaires qui font courir en France. Les échanges internationaux étant de plus en plus fréquents, il est vital que les propriétaires étrangers investissent et choisissent la France pour y installer leurs effectifs. N'oublions pas que notre pays est le troisième au monde en ce qui concerne l'offre de courses. Sachons le mettre en avant ! La diversité de notre liste, c’est donc aussi sa composition internationale. Elle favorise les échanges constructifs sur de nombreux sujets, tels que l'harmonisation des programmes, les contrôles anti-dopage… En un mot, elle vient enrichir nos débats et améliorer nos analyses.

Quelle sera votre mesure phare ?

Le fait de maintenir les allocations sur les obstacles et les primes propriétaires en plat sont pour nous des priorités absolues. Le dialogue avec le trot, puis avec l'État, doit absolument être renoué. Dans le contexte actuel, celui de la privatisation prochaine de la Française des Jeux, il est plus qu'urgent de pouvoir exprimer nos inquiétudes et de réaffirmer nos besoins. Ils sont vitaux et nous ne pouvons plus attendre. Faisons enfin naître l'union avec le trot, il en va de la survie de tous.

Il faudra bientôt l'appeler Fédération du galop… Au mois d’août à Deauville, Loïc Malivet a annoncé que la Fédération des éleveurs présenterait une liste dans le collège des éleveurs aux prochaines élections de France Galop, ainsi qu'une autre dans le collège des propriétaires. Il avait alors expliqué : « La Fédération a décidé de présenter non seulement une liste de candidats dans le collège éleveurs, mais également de se rapprocher de l'Association des propriétaires du Sud-Ouest, de l'Afac et des Anglos pour créer une liste d'union dans le collège des propriétaires. Des thèmes communs aux éleveurs et aux propriétaires seront abordés. Nous proposerons la création d'une association transversale du galop. Cela permettra aux socioprofessionnels de se rassembler autour d'un grand projet et de parler d'une seule voix. »