Antoine Lamotte d’Argy et Chloé Hue changent de vie

Courses / 22.09.2019

Antoine Lamotte d’Argy et Chloé Hue changent de vie

Vendredi dernier, après la victoire de Road Mix Tavel (Al Namix) à Nantes, Antoine Lamotte d’Argy a annoncé au micro d’Equidia qu’il cesserait son activité d’entraîneur à la fin de l’année. Il nous a raconté son futur changement de vie.

Depuis plus d’un an, Antoine Lamotte d’Argy est associé à Chloé Hue dans une société d’entraînement. Le duo est installé à côté de Dragey, sur la commune des Genêts, à deux pas du Bec d’Andaine, point de départ des randonnées vers le Mont-Saint-Michel voisin. Il raconte : « Tout a commencé par la mise en vente de mon écurie. Malgré des baisses de prix successives, je n’ai reçu quasiment aucune offre. Je voulais la vendre pour construire autre chose plus près du centre d’entraînement de Dragey. Mais me remettre un crédit sur le dos à 55 ans, ne m’amusait pas vraiment. Et surtout, je n’ai jamais imaginé faire toute ma vie dans les chevaux. C’était le moment ou jamais de me lancer dans un autre projet ! Nous avons décidé de garder l’écurie, de conserver notre structure juridique, mais d’y exercer d’autres activités ! Le projet n’est pas encore totalement finalisé, mais notre idée est de combiner un gîte équestre, un bistrot, l’accueil d’un marché biologique… »

Antoine Lamotte d’Argy est entraîneur depuis plus de trente ans, comme son père et son grand-père avant lui. « Je crois qu’au fil du temps, les valeurs de la compétition, qui sont l’essence de notre métier, ne me correspondaient plus. Je regrette aussi le temps où les courses, dans les villages, étaient un vrai lieu de convivialité, de rencontre. Être entraîneur, c’est beaucoup de solitude… Quand on veut faire les choses correctement, les 24 h d’une journée ne suffisent pas. On vit en vase clos. On ne s’intéresse pas au reste du monde… Il suffit qu’un cheval tousse et on devient imbuvable… Non, c’est un mode de vie qui ne me convenait plus. Quant à Chloé, elle a un petit garçon qu’elle veut voir grandir, un compagnon dont elle veut profiter… Reprendre l’écurie seule, cela lui aurait demandé encore plus d’investissement personnel qu’actuellement. Donc nous restons associés dans notre nouveau projet, sachant que chacun devra trouver sa place ! »

Le dernier bon cheval que le duo a entraîné est sans doute Cheb de Kerviniou (Tiger Groom), deuxième du dernier Prix du Président de la République (Gr3). On peut aussi citer Pragelor (Al Namix), gagnant du Prix de Beaune (L) l’an dernier, Babbo Natale (Hurricane Cat), lauréat du Prix Violon II (L), en 2017.