Christophe Soumillon avec Kiseki sur les Réservoirs et dans l’Arc

Courses / 27.09.2019

Christophe Soumillon avec Kiseki sur les Réservoirs et dans l’Arc

Par Anne-Louise Echevin

Son nom veut dire miracle et, après sa performance dans le Qatar Prix Foy (Gr2), beaucoup se disent qu’il faudrait en effet un miracle pour que Kiseki (Rulership) puisse finir à l’arrivée dans les cinq premiers du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). C’est un peu sévère : la mission ne s’annonce pas facile mais le cheval, sur sa meilleure valeur, a le droit d’avoir son mot à dire, surtout dans une course qui risque d’être très particulière dans son déroulement.

Un galop poussé sur les Réservoirs avec Soumillon. Kiseki a travaillé ce matin sur les Réservoirs, suivi à distance par son camarade Monde Chat Luna (Neo Universe). Christophe Soumillon était en selle sur le cheval japonais. Il a fait le choix de conserver cette monte en vue de l’Arc et Nagano Gold (Sixties Icon) devra donc se trouver un nouveau partenaire. À lui de refaire une Epiphaneia (Symboli Kris S), qu’il avait mené au succès dans la Japan Cup (Gr1) alors qu’il n’était pas le plus en vue… Le galop n’est pas facile à juger mais Kiseki avait en tout cas l’air plus affûté qu’avant sa rentrée dans le Foy.

Hiroaki Kiyoma, assistant entraîneur de Katsuhiko Sumii, nous a dit : « Dans le Prix Foy, Christophe Soumillon nous a dit que le cheval s’était montré un peu fainéant, mettant un peu de temps à répondre aux ordres. Il est allé devant dans le Prix Foy car il est très bien sorti de sa stalle. Il a mené, mais trop lentement à son goût. Kiseki n’avait pas couru depuis deux mois et il a eu une bonne préparation : ce n’était pas un objectif. Ce matin, il a été demandé à Christophe Soumillon de le faire accélérer dans les 400 derniers mètres, ce qu’il a bien fait. Nous sommes assez contents de son travail de ce matin. Depuis qu’il est arrivé à Chantilly, j’ai l’impression qu’il s’est un peu cru en vacances ! Avec le Prix Foy, nous avons l’impression qu’il a changé mentalement, qu’il est plus à son travail. Nous l’avons d’ailleurs vu plus brillant le matin depuis qu’il a fait sa rentrée. »

Vers une course qui va barder. Dans le Prix Foy, on a bien vu que Kiseki manquait de la pointe de vitesse lui permettant d’aller avec un bon finisseur comme Waldgeist (Galileo) dans la ligne droite. Il faudra donc faire parler la vitesse de base et l’abattage, soit la tactique que devrait adopter Ghaiyyath (Dubawi). Kiseki arrive sur l’Arc en rating 118. Ce n’est pas suffisant pour être dans les cinq premiers. En revanche, il avait réalisé sa meilleure performance dans la Japan Cup l’an dernier, héritant d’un 122 en se classant deuxième après avoir mené détaché. S’il refait cette valeur, il est compétitif pour une place.

Hiroaki Kiyoma a commenté : « L’Arc sera une course difficile mais je le crois capable de gagner et nous sommes vraiment contents de son état de forme actuel. Après, il est difficile de savoir ce qu’il va se passer dans l’Arc. Concernant le terrain, il s’adapte à tout. Il a très bien couru sur piste légère dans la Japan Cup mais a remporté son Gr1 [le St Leger, ndlr] sur une piste détrempée. Christophe Soumillon nous a dit après le Prix Foy qu’il serait probablement mieux sur une piste souple, où il pourrait dérouler en tête car il n’a pas de pointe de vitesse dans la phase finale. S’il sort bien de sa stalle dans l’Arc, je suppose qu’il peut aller en tête. C’est Christophe Soumillon qui décidera. Je crois que le rythme va être très soutenu dans l’Arc, avec Ghaiyyath (Dubawi) et certainement des leaders d’Aidan O’Brien. Nous pouvons donc envisager de les suivre mais je le crois capable d’aller aussi seul devant si besoin. »

Pendant ce temps, à Newmarket… Trois chevaux japonais sont actuellement stationnés à Newmarket. Il y a Deirdre (Harbinger), qui pourrait courir l’Arc à condition de la supplémenter. Il n’y a pas eu de nouvelles de la jument et cela paraît peu probable. En revanche, c’est à Newmarket que Blast Onepiece (Harbinger) et Fièrement (Deep Impact) peaufinent leur préparation en vue de l’Arc. Les entourages des deux chevaux ont souhaité partir en Angleterre, où il y a plus d’options pour travailler les chevaux en montée, avec Warren Hill notamment, un peu comme au Japon. D’ailleurs, si l’on en croit Hideyuko Mori dans un récent article japonais, le fait de travailler sur les pistes en montée de Newmarket aurait joué un vrai rôle dans les succès européens d’Agnes World et Seeking the Pearl. Nous verrons bien si cela porte chance aux deux concurrents japonais, qui devraient arriver en France samedi après-midi.

Vous pouvez voir une vidéo du galop de Blast Onepiece (blouson vert) et Fièrement (blouson bleu toque rouge et blanc) à Newmarket, mardi, en cliquant ici https://youtu.be/vXzqaKz9V6w

Soumillon avec Kiseki… et Saturnalia

La presse japonaise a annoncé la nouvelle : Christophe Soumillon va continuer son association avec l’entraîneur Katsuhiko Sumii cet automne au Japon. Le jockey récupère la monte de Saturnalia (Lord Kanaloa), normalement confié à Christophe Lemaire. Saturnalia est le meilleur 3ans japonais en 2019 : gagnant des Hopeful Stakes (Gr1) à 2ans, il a remporté les 2.000 Guinées (Gr1) avant de conclure quatrième du Derby (Gr1) en perdant toute chance au départ. Il s’annonce comme le rival numéro 1 d’Almond Eye (Lord Kanaloa), à laquelle Christophe Lemaire reste logiquement fidèle, dans le prochain Tenno Sho (Gr1) et la Japan Cup, et a effectué une rentrée désinvolte dans le Kobe Shimbun Jai (Gr2) dimanche dernier. Vous pouvez voir la course ici https://youtu.be/etzgE-r6DFw