Cinq choses à retenir des nouveaux étalons en France

Élevage / 27.09.2019

Cinq choses à retenir des nouveaux étalons en France

Même si les données peuvent encore évoluer, on a désormais une vision assez précise de la saison de monte 2019, et notamment de celle des étalons nouvellement arrivés en France cette année. Que nous apprend l’étude des chiffres ?

Cloth of Stars, le plus demandé. Le nouvel étalon le plus demandé en France en 2019 est Cloth of Stars (Sea the Stars), stationné au haras du Logis, au prix de 7.500 €. Cloth of Stars était un vrai cheval de Gr1 sur 2.400m. Certes, il n’a pas gagné au plus haut niveau sur cette distance, ses titres de gloire ayant été acquis sur les 2.100m du Prix Ganay, mais il a terminé à deux reprises sur le podium du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), dans les éditions remportées par Enable (Nathaniel). Cloth of Stars avait aussi assez de précocité pour remporter à 2ans le Prix des Chênes (Gr3) et prendre la deuxième place du Critérium de Saint-Cloud (Gr1). Son attractivité prouve que l’élevage français ne mise pas tout sur le créneau « vitesse et précocité » si cher aux Anglo-Irlandais. Cloth of Stars a sailli 120 juments, sachant qu’il a été volontairement limité par Darley.

La vague Scat Daddy touche aussi la France. Nous avons vu dans notre précédente édition qu’un fils de Scat Daddy, Sioux Nation, avait fait un tabac en Irlande, saillissant 241 juments au prix de 12.500 €. La France a aussi ses Scat Daddy, et ils sont au nombre de deux à avoir débuté la monte cette année sur notre sol. Seahenge, stationné au haras de la Haie Neuve au tarif de 5.000 €, a sailli 104 juments. Seabhac, l’une des nouvelles recrues du haras de Saint-Arnoult, qui le propose également à 5.000 €, a rencontré 80 fiancées. Scat Daddy, disparu en 2015, a laissé pas moins de 25 gagnants de Gr1. Ce n’est donc pas une surprise si ses fils sont recherchés, surtout que No Nay Never a déjà fait ses preuves. Seahenge a couru à 2 et 3ans, pour une victoire de Gr2 (les Champagne Stakes, devant Hey Gaman) et une troisième place dans les Dewhurst Stakes (Gr1), derrière Mendelssohn et US Navy Flag. Seabhac n’a quant à lui couru que trois fois, sa carrière de course ayant été écourtée par une blessure. Il a remporté les Pilgrim Stakes (Gr3) sur le gazon de Belmont Park. Il devançait alors Voting Control (Kitten’s Joy), futur troisième de la Breeder’s Cup Juvenile Turf (Gr1), et Maraud (Blame), vainqueur des American Turf Stakes (Gr2). Seabhac est par ailleurs issu d’une sœur d’Afleet Alex (Northern Afleet), étalon classique outre-Atlantique.

Le renouveau de l’obstacle. Si l’on s’intéresse aux étalons ayant sailli 80 juments ou plus, il est intéressant de noter qu’on trouve trois étalons à vocation obstacle. Le polonais Tunis (Estejo) a rencontré 113 fiancées au haras de Cercy, au tarif de 3.500 € (3.000 € pour les adhérents de la coopérative). Son pedigree peut paraître exotique, mais ses performances et son modèle ont su séduire. En deux années de compétition sur les haies, il a remporté trois Groupes et s’est classé deuxième à trois reprises dans les Grs1 sur les haies pour la jeune génération, les Prix Cambacérès, Alain du Breil et Renaud du Vivier, et a été le grand rival de Master Dino (Doctor Dino). Clovis du Berlais (King’s Theatre), proposé à 2.500 € par le haras du Lion, présente un profil un peu différent, étant arrivé en France après avoir débuté la monte en 2017 à Yorton Farm, en Angleterre. Il a attiré 111 juments. Lui aussi a eu la malchance de tomber sur un crack, son cousin Bonito du Berlais ** (Trempolino), qui l’a devancé dans le Prix Amadou (Gr2), avant de subir la loi de Blue Dragon ** (Califet) dans le Prix Questarabad (Gr3). Il est aussi gagnant en steeple. Le troisième se nomme Beaumec de Houelle, venu suppléer son père, Martaline, au haras de Montaigu, au tarif de 5.000 €. Il a sailli 99 juments. Le gris élevé par Franck Leblanc n’a couru qu’à 3ans, dominant de la tête et des épaules sa génération comme en témoigne sa victoire dans le Prix Cambacérès (Gr1), en devançant Pic d’Orhy (Turgeon). Si les valeurs sûres du parc d’étalons d’obstacle français sont vieillissantes, à la retraite ou encore disparues, la relève s’organise.

La France, une seconde naissance. Parmi les étalons ayant sailli plus de 40 juments figurent quatre chevaux nouveaux en France mais ayant déjà officié dans un autre pays. Outre Clovis du Berlais, dont nous venons de parler, on trouve Born to Sea (Invincible Spirit), au haras des Faunes pour 4.000 €, Lawman (Invincible Spirit), au haras de Grandcamp pour 15.000 €, et Morpheus (Oasis Dream), au haras du Grand Chesnaie à 2.500 €. Born to Sea a sailli 100 juments, Lawman 61 et Morpheus 43.

Le profil de ces trois chevaux est bien différent. Fils de la grande Urban Sea, Born to Sea a l’un des plus beaux pedigrees existants sur le marché. Il est entré au haras à 4ans, en 2013, d’abord à Rathasker Stud, puis à Gilltown Stud, en 2015. Il a donc réalisé dans le Sud-Ouest sa septième saison de monte, fort d’avoir déjà donné une placée classique avec Sea of Grace. Lawman avait déjà effectué onze saisons de monte à Ballylinch avant d’arriver chez les Lhermite. C’est un étalon classique, plus que confirmé, à qui l’on doit cinq gagnants de Gr1. Morpheus est quant à lui un frère du crack Frankel (Galileo). Il est entré au haras en 2015 et il est présenté comme un « dual purpose stallion », c’est-à-dire à vocation plat et obstacle, étant même agréé par le stud-book AQPS.

Une vraie diversité de l’offre. Parmi les étalons ayant sailli 50 juments ou plus, on constate une vraie diversité de profil. Outre ceux déjà cités, Recoletos (Whipper), qui fut le meilleur miler d’âge en Europe en 2018 et qui était proposé à 8.000 € au Quesnay, a rencontré 85 juments. Battle of Marengo, un Galileo à vocation mixte qui a débuté la monte en Irlande, a réalisé un joli score avec 54 fiancées. Il officie dans le Sud-Ouest, au haras des Granges, pour 2.500 €. Mr. Owen (Invincible Spirit), nouvel arrivant au Petit Tellier pour 3.000 €, a sailli 52 juments. Il associe le pedigree – c’est un fils de la double gagnante de Grs1 Mrs Lindsay (Theatrical) – et les performances, puisqu’il est monté sur le podium de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1). Frère de Cokoriko (Robin des Champs), la révélation chez les étalons d’obstacle, Chanducoq (Voix du Nord), proposé par la Barbottière au tarif attractif de 1.400 €, a rencontré 50 poulinières. C’est autant que Dschingis Secret (Soldier Hollow), l’allemand de Saint-Arnoult, proposé à 4.000 €. Gagnant de Gr1, crédité d’un rating de 120, il peut intéresser les éleveurs de plat comme d’obstacle.

Les nouveaux étalons en France ayant sailli 15 juments ou plus

Étalon

Saillies

Lieu de monte

Cloth of Stars

120

haras du Logis

Tunis

113

haras de Cercy

Clovis du Berlais (*)

111

haras du Lion

Seahenge

104

haras de la Haie Neuve

Born to Sea (*)

100

haras des Faunes

Beaumec de Houelle

99

haras de Montaigu

Recoletos

85

haras du Quesnay

Seabhac

80

haras de Saint-Arnoult

Lawman (*)

61

haras de Grandcamp

Battle of Marengo (*)

54

haras des Granges

Mr. Owen

52

haras du Petit Tellier

Chanducoq

50

haras de la Barbottière

Dschingis Secret

50

haras de Saint-Arnoult

Morpheus (*)

43

haras du Grand Chesnaie

Guignol

39

haras d’Annebault

Magician (*)

39

haras de Corlay

Chemical Charge

33

haras de Grandcamp

Non Rien de Rien

27

haras de la Courlais

Doha Dream

26

haras du Hoguenet

Mekhtaal

22

haras de Bouquetot

Universal (*)

22

haras de Corlay

Taareef

21

haras du Mezeray

Luck of the Kitten (*)

19

haras d’Annebault

Team Flight

19

haras du Grand Chesnaie

Masterofthehorse (*)

18

haras du Mazet

Worthadd (*)

16

haras de Pau Gélos

Arrigo (*)

15

haras du Mazet

* Étalons ayant déjà fait la monte avant leur arrivée en France