DONCASTER CUP (GR2) - Stradivarius en quête du Grand Chelem

International / 12.09.2019

DONCASTER CUP (GR2) - Stradivarius en quête du Grand Chelem

DONCASTER (GB), VENDREDI

Stradivarius (Sea the Stars) est le stayer parfait. On l’a vu tout au long de ses deux dernières saisons : neuf courses, neuf victoires, avec à la clé le Weatherbys Hamilton Stayers’ Million. Ce vendredi, l’élève de Bjorn Nielsen peut réaliser le Grand Chelem anglais. Cela ne lui rapportera pas un penny de plus, mais une place dans l’histoire des courses. Un seul cheval depuis la seconde guerre mondiale a remporté la Yorkshire Cup, la Gold Cup, la Goodwood Cup et la Doncaster Cup. Ardross (Run the Gantlet) avait gagné les quatre épreuves, mais en deux saisons différentes. En 1981, il avait fait l’impasse sur la Doncaster Cup pour tenter sa chance dans le Prix de l’Arc de Triomphe, où il se classait cinquième. Et en 1982, il n’avait pas couru la Goodwood Cup. Les quatre Cups sont sur des distances comprises entre 2.800m et 4.000m. La dernière, sur les 3.600m de Doncaster, est toujours la plus difficile.

Dee Ex Bee avec cinq livres d’avantage. Pour décrocher son bonus, Stradivarius a dû également passer par la Lonsdale Cup (Gr2), dans laquelle il a battu pour la troisième fois consécutive sa victime préférée, Dee Ex Bee (Farrh), en lui rendant trois livres. Mark Johnston, qui ne voulait plus rencontrer Stradivarius, a décidé, en bon Écossais, que cela valait quand même le coup de retenter une dernière fois sa chance. Ce vendredi, la surcharge de Stradivarius sera de cinq livres, un avantage pour Dee Ex Bee, qui en a probablement marre de voir ce diable d’alezan le dominer sur une pointe de vitesse. Ils seront six au départ, dont deux sujets élevés en France, Max Dynamite (Great Journey) et Cléonte (Sir Percy). Mais tout le monde attend l’explication dans les 200 derniers mètres entre Dee Ex Bee, qui sera monté cette fois par William Buick, et Stradivarius.

FLYING CHILDERS STAKES (GR2)

A’Ali et Alligator Ally pour une place de jeune étalon

Les cinq derniers poulains à avoir remporté les Flying Childers Stakes (Gr2), le championnat anglais des 2ans sur 1.000m, ont donné presque 500 produits lors de leur première saison de monte où ils officiaient à des tarifs compris entre 5.000 € et 12.500 €. Pas besoin de sortie d’HEC pour comprendre qu’un succès dans ce sprint vaut quinze à vingt fois plus que l’allocation de 40.000 € offerte au gagnant. Encore faut-il qu’il s’agisse d’un mâle entier… A’Ali (Society Rock), qui correspond à ce profil, a gagné les Norfolk Stakes et le Prix Robert Papin (Grs2), mais il n’a pas tenu les 1.200m en terrain lourd dans le Darley Prix Morny (Gr1). L’irlandais Alligator Ally (Kingman) n’a pas encore gagné son Groupe, mais il galope vite et possède un meilleur pedigree. Les deux ont coûté respectivement 135.000 £ (151.000 €) à la breeze up de Doncaster et 100.000 Gns (118.000 €) dans le book 2 de Tattersalls en octobre.

Wheels on Fire en mode irlandais. Le "FR" Wheels on Fire (Sidestep), désormais sous les ordres d’Aidan Fogarty, a été déniché 16.000 € par Con Marnane à la vente d’octobre. C’est un simple placé de Listed, mais il faisait encore illusion pour la victoire à 200m du poteau dans les Molecomb Stakes (Gr3) à Goodwood. Il arrive que les Flying Childers ne sortent pas un étalon dans le créneau vitesse & précocité. Si le risque de voir d’un hongre l’emporter n’existe pas cette année, trois pouliches s’aligneront au départ. Flaming Princess (Hot Streak) vient de se classer troisième dans le Prix d’Arenberg (Gr3), après avoir remporté le Prix Cavalassur (L) à Deauville. Les autres femelles Seize the Time (Siyouni) et Emten (Bungle Inthejungle) sont des outsiders, tout comme les poulains Dream Shot (Dream Ahead) et Golden Dragon (Starspangledbanner).