Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

EN RÉGION - Loudéac prend de l’ampleur

Autres informations / 20.09.2019

EN RÉGION - Loudéac prend de l’ampleur

Place forte de la région Ouest, Loudéac (Côtes-d’Armor) accueille chaque année quatre réunions hippiques. Si la société de courses, dont l’hippodrome remonte à 1879, a encore enregistré de très bons résultats PMH en 2019, elle arrive également à un moment charnière de son histoire.

Par Guillaume Boutillon

Membre depuis 35 ans de la société de courses de Loudéac et président depuis 2011, Yvonnick Querhault prépare déjà la saison prochaine. En plus du calendrier actuel, qui comprend une réunion au mois de mars, un mini-meeting de deux jours lors du week-end pascal et une dernière réunion quinze jours après, l’hippodrome de Calouët organisera en juin une journée de courses supplémentaire destinée aux trotteurs amateurs, une décision qui vient en quelque sorte récompenser le bon travail réalisé par les bénévoles.

Priorité a été donnée au sportif. Ces dernières années, c’est le domaine sportif qui a été privilégié par la société de courses, comme nous l’explique son président : « Nous voulions absolument que la piste soit impeccable. Elle mesure 1.265m à la corde et nous en prenons énormément soin. Les professionnels en sont contents. » Il y a deux ans, un décompacteur de piste avait été acheté conjointement avec les hippodromes Rostrenen, Carhaix et Corlay. En 2019, ce sont donc pas moins de huit courses plates, neuf d’obstacle (cinq de haies et quatre de steeple) et douze de trot qui ont ainsi pu être courues dans de bonnes conditions. Pour autant, et conscient que certains hippodromes doivent leur fermeture à leur non-conformité aux normes, Yvonnick Querhault a ajouté : « Nous avons tout de même entrepris des investissements concernant nos infrastructures. En 2011, la ville nous a aidés à financer une tribune, que nous avons entièrement reconstruite. Elle nous permet d’accueillir une partie du public et nos soixante partenaires. » Situé à 45 km de Rennes, l’hippodrome parvient chaque année à rassembler des milliers de spectateurs.

Une très bonne dynamique. Au sujet de la fréquentation, le président de la société de courses explique : « Beaucoup de personnes sont venues aux courses cette année. Avec plusieurs présidents d’autres sociétés, nous constatons que davantage de familles fréquentent les hippodromes et c’est un excellent signal. Il s’agit souvent de jeunes couples avec des enfants. Pour eux, nous disposons des mêmes animations que ce qui se fait ailleurs, comme des balades à poney, des ateliers maquillage… » À ce public s’ajoutent des turfistes chevronnés : « Lors notre grande fête des courses qui a lieu lors du week-end de Pâques, ce sont un peu plus de 135.000 € d’enjeux qui ont été enregistrés. Ces chiffres nous placent en très bonne position au niveau de la région. » Un certain équilibre semble avoir été trouvé du côté de Loudéac, mais tout cela pourrait être bouleversé d’ici quelques mois. Et sans doute pour le meilleur.

Un possible déménagement à l’étude. En novembre 2018, la mairie a contacté la société de courses pour discuter d’une éventuelle vente des 17 ha sur lesquels se trouve l’hippodrome et qui appartiennent à la société. Dès lors, un autre champ de courses serait reconstruit à l’autre extrémité de la commune. Yvonnick Querhault apporte quelques précisions à ce sujet : « Déjà, il faut savoir qu’avec les prochaines élections municipales tout est au point mort. Et je tiens vraiment à préciser que rien n’est fait et quand bien même cela se déciderait, le projet ne verrait le jour que dans bien des années. Cette demande de la mairie est motivée par deux choses. La première est que notre hippodrome se trouve dans une zone qui, économiquement, est un point névralgique du département. Comme certaines des entreprises qui y sont implantées cherchent à se développer et pour qu’elles ne se délocalisent pas, ce qui serait dramatique bien entendu, nous serions prêts à vendre ce terrain. La deuxième motivation vient des 140 associations qui existent à Loudéac. Celles-ci ne disposent pas de salles suffisantes. Dès lors, le nouvel hippodrome qui verrait le jour permettrait de mutualiser certains bâtiments, les points de restauration… L’hippodrome serait modernisé et nous pourrions envisager de monter en gamme et d’accueillir des courses plus relevées. Pour finir, l’endroit qui est envisagé, non loin d’une quatre-voies, nous permettrait d’avoir un champ de courses encore plus accessible. Mais, là encore, les négociations n’ont pas même commencé. » À la question de savoir si le fait d’éventuellement déménager lui faisait un petit pincement au cœur, Yvonnick Querhault, pragmatique, nous répond : « Bien sûr, c’est un site historique auquel nous sommes très attachés, mais je suis convaincu que l’essentiel est de préserver les emplois dans le département. Et puis, de toute façon, ça ne fait rien car, nous, ce que nous voulons également par dessous tout, c’est que les courses de Loudéac existent toujours. Et ce sera le cas. »