Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Avec Pinatubo, Earthlight peut changer de programme

International / 16.09.2019

Avec Pinatubo, Earthlight peut changer de programme

Quel rating sera attribué à Pinatubo (Shamardal) après sa victoire par neuf longueurs dans les Goffs Vincent O’Brien National Stakes (Gr1), dimanche au Curragh ? Même si nous devrons attendre quelques jours avant d’avoir une réponse, il y a déjà un petit indice.

Par Franco Raimondi

Le handicapeur irlandais a baissé à 109 la valeur de son dauphin, Armory (Galileo), en confirmant à 108 le troisième, Arizona (No Nay Never). Si l’on ajoute 18 livres – et sans même y ajouter un petit bonus pour la facilité avec laquelle il a acquis son succès –, le poulain de Godolphin monte à 127, c’est-à-dire une livre de plus que Too Darn Hot (Dubawi) l’an passé, Frankel (Galileo) et Dream Ahead (Diktat) en 2010, New Approach (Galileo) en 2007 et trois de moins que Celtic Swing (Damister) en 1994 et Arazi (Blushing Groom) en 1991. C’est un rating extraordinaire en raison du fait qu’il est attribué à la mi-septembre, alors que les autres ont fait leur valeur dans les Grs1 de fin saison.

Deux candidats pour les Dewhurst. Le cheikh Mohammed Al Maktoum doit maintenant prendre une décision concernant les Dewhurst Stakes. Et elle n’est pas des plus évidentes. Il peut compter sur deux poulains pour une course qui décerne quasiment toujours le titre de champion des 2ans : Pinatubo ou le français Earthlight, lui aussi par Shamardal (Giant’s Causeway) ? Et pourquoi ne pas faire s’affronter les deux dans un match de haut niveau sportif, mais plutôt insensé du point de vue commercial ? Son Altesse est un homme de sport avant tout, mais Darley est devenue au fil des décennies une puissance sur le marché des étalons.

Le plan B, Earthlight dans les Middle Park. Il existe aussi une autre option : celle de garder Earthlight sur 1.200m et de le courir dans les Middle Park Stakes face à l’irlandais Siskin (First Defence), le lauréat des Keeneland Phoenix Stakes qui est invaincu et a affiché un rating de 113 lors de son succès, soit six livres moins que le français dans le Darley Prix Morny (Grs1). André Fabre a déclaré ce lundi à la Press Association : « Si Pinatubo va sur les Dewhurst, il faudra envisager un autre programme pour Earthlight. J’attends la décision du cheikh Mohammed Al Maktoum, mais, au préalable, j’ai réfléchi à l’option Middle Park. Le poulain a déjà gagné le Prix Morny sur 1.200m et on ne lui demandera donc pas quelque chose de très différent. Les Middle Park de cette année s’annoncent très relevés. De toute façon, un Gr1 facile, cela n’existe pas. »

Victor Ludorum pour ParisLongchamp. Abondance d’engagements ne nuit pas. Et beaucoup voudraient connaître le problème qui touche Godolphin et son étalon Shamardal. Comme nous l’avions écrit il y a deux semaines, Earthlight n’est pas engagé dans le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère. Et ce samedi à Chantilly, André Fabre nous a présenté un candidat en puissance pour cette épreuve, l’impressionnant Victor Ludorum **, qui a remporté en quatre foulées le Prix des Aigles (Classe 2), avec les 400 derniers mètres effectués en 22’’63. Le poulain, invaincu en deux sorties, doit attendre de courir une troisième fois pour se voir attribuer un rating par France Galop. Mais en prenant comme point de repère Holocene Bére (Pedro the Great), lequel a une valeur de 38,5, on peut le situer à 103 de rating et y ajouter la lettre P de progrès (voire "énormes progrès") à côté de ce nombre.

Royal Crusade, un autre 2ans prometteur. Godolphin et Shamardal ont présenté un autre bon 2ans ce week-end. Royal Crusade, opposé à un rival beaucoup plus expérimenté comme Threat (Footstepsinthesand) dans les Champagne Stakes (Gr2), s’est classé deuxième à une encolure. Cette performance lui vaudra sans doute un rating autour de 110. Royal Crusade est ce même poulain qui a causé bien des tracas à Charlie Appleby quand il a devancé, lors du dernier galop, Pinatubo, lequel, ne l’oublions pas, est si peu démonstratif le matin que son entraîneur l’avait fait débuter en mai sur la P.S.F. de Wolverhampton. Royal Crusade est potentiellement un poulain fait pour le Futurity Trophy (Gr1), mais il n’est engagé ni dans la course de Doncaster, ni dans le Lagardère.

Shamardal encore en tête chez les pères de 2ans. C’est l’année Shamardal chez les 2ans. L’étalon privé de la famille Maktoum, avec sa petite génération de 2017 qui compte 82 sujets, devance toujours Galileo (Sadler’s Wells) et ses 137 juniors au classement européen par gains. Les quatre poulains dont on a parlé sont tous des produits de l’élevage Godolphin, mais proviennent de croisements bien différents. André Fabre a entraîné les mères de Pinatubo et Victor Ludorum, respectivement la lauréate de Listed Lawa Flow (Dalakhani) et la placée de Gr3 Antiquities (Kaldounévées). Saeed bin Suroor, de son côté, avait fait gagner une course à celle d’Earthlight, l’alezane Winters Moon (New Approach), qui s’est ensuite classée troisième du Fillies’ Mile (Gr1). Charlie Appleby, enfin, avait hérité de la pensionnaire de Saeed bin Suroor Zibelina (Dansili), la mère de Royal Crusade, qui avait lui offert son premier Groupe français, le Prix de Lieurey (Gr3) en 2013.

Une origine pas précoce. Deviner l’avenir de ces 2ans est un exercice trop difficile, même pour un entraîneur, alors imaginez-vous pour un humble journaliste… Les carrières des autres champions des 2ans donnent quelques pistes qu’il faut toutefois relativiser puisque chaque cheval est différent et si le pedigree nous offre une petite garantie, ce n’est pas une science exacte. Si l’on s’attarde brièvement sur celui de Pinatubo, on peut y voir un cheval qu’il fallait débuter à 3ans, car les seuls gagnants de Groupe à 2ans que l’on trouve dans cette illustre souche sont Rafha (Diesis), qui avait remporté les May Hill Stakes (Gr2) avant de remporter le Prix de Diane (Gr1), et Pride of Dubai (Street Sense) qui s’était imposé dans les Grs1 Inglis Sires et les Blue Diamond en Australie. On a dû remonter à la production de la quatrième mère….

Coucou, ici Dalakhani… Un autre élément a son importance, la mère de Pinatubo, Lava Flow, est par Dalakhani (Darshaan). Parmi ses deux premiers produits, une seule a gagné : la pouliche de 4ans Antisana (Dubawi), pour laquelle Henri-Alex Pantall a déniché une Classe 3 sur 2.350m à Strasbourg, le 28 mai, trois jours avant le premier succès du jeune champion sur le gazon, à Epsom. Le nom de Dalakhani nous ramène à l’époque du Prix du Jockey Club sur 2.400m. Sa carrière est presque parfaite, placée sous le signe du classicisme pur. Bon, samedi, le vieux champion nous a offert une agréable surprise : son fils de 3ans Dalasan, fruit de sa troisième et dernière saison dans l’hémisphère Sud, a gagné les Danehill Stakes (Gr2), un sprint sur 1.200m. Le pedigree n’est pas la Bible, encore moins quand on se penche sur le cas d’un crack comme Pinatubo.