Le mot de la fin - Arc

Le Mot de la Fin / 17.09.2019

Le mot de la fin - Arc

Yoshitake Hashida, assistant de l’entraîneur de Deirdre (Harbinger), a indiqué à la presse britannique que la malheureuse quatrième des Irish Champion Stakes (Gr1), ce samedi, avait toujours le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) comme possible option. Problème : elle n’est pas engagée. Elle dispose d’engagements à Ascot, dans les Champion Stakes (2.000m) et Champion Fillies and Mares Stakes (Gr1, 2.400m), mais il est fort peu probable qu’elle puisse y trouver un terrain à sa convenance à la mi-octobre. D’un autre côté, elle a toujours été plus percutante sur 2.000m que sur 2.400m. Son propriétaire doit réfléchir... Il pourrait donc y avoir quatre chevaux entraînés au Japon en piste dans l’Arc (Deirdre, Kiseki, Blast Onepiece et Fièrement) et cinq casaques japonaises (avec Broome). C’est un record.

Le Japon n’a pas encore gagné l’Arc, pour de nombreuses raisons différentes. On retient souvent le manque de chance, mais aussi le manque de qualité… ce dernier argument ne tient pas. Et si c’était surtout une question de quantité ? Depuis 1999, le Japon a eu 19 partants : El Condor Pasa, Deep Impact, Orfèvre (deux fois), Nakayama Festa (deux fois), Meisho Samson, Tap Dance City, Manahattan Café, Hiruno d’Amour, Harp Star, Gold Ship, Just a Way, Victoire Pisa, Kizuna, Makahiki, Satono Diamond, Satono Noblesse, Clincher et Aventino. La qualité est nécessaire – et il y en avait dans cette liste ! – pour s’imposer. Mais le nombre multiplie mathématiquement les chances. Demandez à Aidan O’Brien : depuis 1999, il compte deux victoires… pour près de cinquante partants dans l’Arc !