Le mot de la fin - Come-back

Le Mot de la Fin / 18.09.2019

Le mot de la fin - Come-back

Au début ce n’était qu’une rumeur : Peter Brant, mythique propriétaire des années 1970 et 1980, serait de retour. Et puis en 2016, il a fallu se rendre à l’évidence, au moment où il a acheté Azaelia (Turtle Bowl) avec Joseph Allen. Peter Brant était bel et bien à nouveau actif sur le marché. Les achats de très bonnes pouliches à l’entraînement se sont alors multipliés, de Barkaa (Siyouni), à Précieuse (Tamayuz) en passant par Sistercharlie (Myboycharlie), Thaïs (Rio de la Plata), Homérique ** (Exchange Rate), Different League (Dabirsim), Pollara (Camelot), My Sister Nat ** (Acclamation) et les autres. Lors de la dispersion Wildenstein, les acquisitions massives de Peter Brant ont encore une fois surpris par leur ampleur. Allait-il trop vite ? Trop fort ? Il était en tout cas attendu au tournant. Mais force est de constater qu’il est en train de surpasser les attentes générées par son retour sur le devant de la scène. Une simple étude de ses résultats depuis avril 2018 – date du premier Gr1 de Sistercharlie – est éloquente. Aux États-Unis, sa championne a enlevé six Grs1 et c’est aussi à ce niveau que brillent Raging Bull (Hollywood Derby, Gr1), Dunbar Road (Alabama Stakes, Gr1), Fog of War (Summer Stakes, Gr1), Wow Cat (Beldame Stakes, Gr1)… Remporter 11 Grs1 en l’espace de 18 mois, c’est tout simplement le come-back hippique le plus spectaculaire que nous ayons vu depuis très longtemps. Et ce n’est pas fini, car un Monarch of Egypt (American Pharoah) s’est classé bon deuxième des Keeneland Phoenix Stakes (Gr1). Plus important encore, le classique Sottsass (Siyouni) lui offre une chance dans l’Arc et la possibilité d’avoir un des jeunes étalons les plus attendus de sa génération. Et ça, cela n’a pas de prix…