Le mot de la fin - Détection

Le Mot de la Fin / 22.09.2019

Le mot de la fin - Détection

Trouver un bon étalon d’obstacle, ce n’est jamais facile. Lorsqu’ils sont reconnus, ils sont logiquement chers, peu nombreux… et déjà vieux ! Alors comment les détecter plus précocement ? Tout le monde a ses propres critères, du pedigree en passant par le modèle, mais aussi le profil de compétiteur. Et justement, sur ce dernier point, on entend souvent dire que les chevaux de 1.600m réussissent bien. Ce n’est pas le profil de Cadoudal (Prix Hocquart, Gr2, 2.400m), Garde Royale (Prix Jean de Chaudenay, Gr2, 2.400m), Mansonnien (Prix Exbury, Gr3, 2.000m), Dom Pasquini (Prix Greffulhe, Gr2, 2.100m, deuxième du Grand Prix de Deauville, Gr2, 2.700m à l’époque), Le Pontet (Grande Course de Haies d'Auteuil) ou encore Vidéo Rock (2e du Prix Niel, Gr2, 2.400m)… Et plus récemment ? De 2009 à 2018, 14 étalons apparaissent trois fois ou plus dans le top 10 français. On trouve des stayers (Martaline, Turgeon…), des chevaux de Groupe à Auteuil (Saint des Saints, Kapgarde, Dom Alco, Balko, Nickname…) ou encore des sujets capables de briller sur 2.400m (Poliglote, Network, Ballingarry, Lavirco, Trempolino, Califet…). Mais pas de milers ! Bien qu’éloquentes, ces quelques statistiques ne constituent pas une martingale : les palmarès de Nikos (Prix Edmond Blanc, Gr3) et Laniste (Grand Handicap de Deauville) en attestent !