PRIX DU MOULIN DE LONGCHAMP (GR1) - La bataille du Moulin n’est pas finie

Courses / 08.09.2019

PRIX DU MOULIN DE LONGCHAMP (GR1) - La bataille du Moulin n’est pas finie

PARISLONGCHAMP, DIMANCHE

Ce fut une longue bataille que celle qu’a menée Circus Maximus (Galileo) dans le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1). Une bataille qui n’est d’ailleurs pas finie. Le représentant de la famille Niarchos et de Coolmore, vu dans le sillage de la brillante animatrice, Obligate (Frankel), a croisé le fer tout au long de la ligne droite avec Romanised (Holy Roman Emperor). Un vrai combat de gladiateurs, avec deux chevaux se rendant coup pour coup. Mais Circus Maximus est un poulain extrêmement dur et, une fois qu’il est en tête, il est difficile de l’y déloger. Au passage du poteau, un nez sépare Circus Maximus et Romanised, Line of Duty (Galileo) finissant vite pour prendre la troisième place à une longueur.

Une enquête ouverte et un appel à venir. Une enquête a rapidement été ouverte car Circus Maximus a beaucoup penché dans la ligne droite, malgré les efforts de Ryan Moore pour le garder en ligne. Circus Maximus a emmené Romanised et il y a même eu un petit contact entre les deux chevaux, aux abords du poteau, alors que Romanised revenait sur Circus Maximus. Les commissaires ont finalement décidé de ne pas changer l’arrivée. C’est un cas épineux et la décision n’est pas scandaleuse… De même qu’il n’y aurait probablement rien eu de scandaleux à inverser l’ordre d’arrivée. L’entourage de Romanised a en tout cas pris sa décision et Rupert Pritchard-Gordon, manager des intérêts de Robert Ng, nous a confirmé que le propriétaire va faire appel de la décision des commissaires. La bataille du Moulin n’est donc pas finie entre les deux chevaux au nom sentant la Rome antique…

Circus Maximus prend le leadership. Grand et beau poulain, Circus Maximus n’est pas un cheval avec une grosse pointe de vitesse. Le style n’est pas impressionnant, mais il est efficace. Circus Maximus décroche son deuxième Gr1 et s’impose un peu comme dans les St James’s Palace Stakes (Gr1) : en gros dur. Il n’a pas la flamboyance d’un Too Darn Hot (Dubawi) par exemple, son tombeur dans les Qatar Sussex Stakes (Gr1), mais c’est un bon poulain et un vrai miler. Et, avec Too Darn Hot à la retraite, et en battant Romanised, le gagnant du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1), il prend le leadership des milers en Europe. Circus Maximus restait sur une défaite dans les Juddmonte International Stakes (Gr1) : c’était une tentative à oublier… Les 2.100m sont trop longs et il n’avait pas été aidé en allant devant et en menant. Et la ligne droite d'York est longue, si ce n’est interminable.

Alan Cooper, qui manage les intérêts de la famille Niarchos, a commenté : « C’est un très bon poulain, dur, qui adore courir. Aujourd’hui, sa performance souligne que la distance était trop longue à York et je crois que cela fait de lui l’un des meilleurs milers de sa génération, si ce n’est le meilleur. Nous allons attendre qu’Aidan O’Brien revienne et le voie avant de décider d’une prochaine sortie. Le plan originel est d’aller sur les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1) à Ascot, mais laissons le temps à l’entraîneur de voir le cheval. La décision [sur son futur sur le long terme, ndlr] sera prise avec Coolmore et Aidan O’Brien, mais il prend de la maturité et a le physique pour être un bon 4ans. Cette décision sera prise en temps voulu. »

Romanised ne démérite pas. Romanised, lauréat du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1), était en très bel état au rond de présentation et il a confirmé son succès dans le Gr1 deauvillais ce dimanche, n’étant battu que d’un poil de nez. Dans son entourage, le cœur balance entre fierté pour la performance du cheval et déception d’être battu de si peu… Et déception d’une arrivée maintenue. Romanised va désormais bénéficier de vacances et donne rendez-vous en 2020…

Ken Condon, son entraîneur, a commenté : « Nous sommes tellement fiers de lui. C’était un test différent ce dimanche, sur un parcours avec tournant, mais il était en pleine forme et a magnifiquement couru. Nous avons l’impression qu’il regagnait du terrain dans les dernières foulées, c’est encourageant. Il a eu une bonne saison et je suis évidemment déçu d’être battu de si peu mais aussi très fier du cheval. Nous avions un petit doute sur le parcours aujourd’hui. Je crois que les miles en ligne droite sont moins tactiques et que le meilleur cheval gagne toujours. Il y a tout de même un aspect plus tactique dans les courses avec courbe mais ce sont les courses ! Et le but est de mettre les chevaux à l’épreuve. Il va désormais prendre du repos et nous espérons une belle saison avec lui en 2020, certainement en suivant un programme similaire à celui de cette année. »

Olmedo ** vers le Daniel Wildenstein. Troisième, Line of Duty ne démérite pas, finissant bien. Il réalise une performance semblable à sa tentative dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois et pourrait apprécier un léger allongement de la distance. Sur le long terme, une course comme la Dubai Turf (Gr1) devrait parfaitement lui convenir. Quant à Olmedo ** (Declaration of War), il confirme qu’il est bien de retour en forme en prenant une bonne quatrième place, à une demi-longueur de Line of Duty. Son entraîneur, Jean-Claude Rouget, nous a dit : « Le cheval m'a fait bonne impression. Il y a eu du rythme et il a été bien monté. Il s'est montré un peu brillant au début, mais il n'a pas d'excuses. Quand il a trouvé l'ouverture, il a bien accéléré. Vous le reverrez dans un mois, dans le Qatar Prix Daniel Wildenstein (Gr2). »

PEDIGREE WEATHERBYS

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2019/Circus-Maximus.pdf

Sa mère est double lauréate à Royal Ascot. Circus Maximus, élevé par Flaxman Ireland, est le seul produit de Duntle (Danehill Dancer), double lauréate à Royal Ascot sur le mile (Sandringham Handicap et Duke of Cambridge Stakes - Gr2). Duntle a aussi pris la deuxième place du Prix Rothschild et des Matron Stakes (Grs1), ainsi que la troisième place des Sun Chariot Stakes (Gr1). Le mile était donc sa distance de prédilection.

C’est une famille américaine. La troisième mère, Benguela (Little Current), est à l’origine d’Honor in War (Lord at War), lauréat des Woodford Reserve Turf Classic Stakes (Gr1). Sous la quatrième mère, on retrouve Al Mamoon (Believe It), lauréat du John Henry Handicap et deuxième du Breeders’ Cup Mile (Grs1), La Guerrière (Lord at War), lauréate des Queen Elizabeth II Cup Challenge Stakes (Gr1) et mère d’Icon Project (Empire Maker), lauréate des Personal Ensign Stakes (Grs1).

 

 

 

Northern Dancer

 

 

Sadler’s Wells

 

 

 

 

Fairy Bridge

 

Galileo

 

 

 

 

 

Miswaki

 

 

Urban Sea

 

 

 

 

Allegretta

CIRCUS MAXIMUS (M3)

 

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Danehill Dancer

 

 

 

 

Mira Adonde

 

Duntle

 

 

 

 

 

Lord at War

 

 

Lady Angola

 

 

 

 

Benguela


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 38’’36

De 1.000m à 600m : 22’’46

De 600m à 400m : 12’’26

De 400m à 200m : 11’’49

De 200m à l’arrivée : 11’’97

Temps total : 1’36’’54