PRIX ÉCLIPSE (GR3) - Devil sous son meilleur jour

Courses / 16.09.2019

PRIX ÉCLIPSE (GR3) - Devil sous son meilleur jour

MAISONS-LAFFITTE, LUNDI

Jugé digne de prendre part au Darley Prix Morny (Gr1), sans pouvoir y faire illusion, Devil (Siyouni) s’annonçait néanmoins comme le poulain à battre dans ce Prix Éclipse (Gr3). Face à quatre adversaires, le représentant des frères Wertheimer a montré son vrai visage et a prouvé qu’il faisait partie des meilleurs 2ans français. Il peut désormais rêver du Critérium International (Gr1).

Le deuxième meilleur temps de ces 15 dernières années. La course a été rythmée sous l’impulsion de la seule britannique au départ, Nina Bailarina (Lope de Vega), et de Golden Boy ** (Siyouni), lequel est mieux parti que lors de ses deux sorties précédentes. Le futur lauréat, quant à lui, a patienté au dernier rang dans le sillage de Jolie (Power). Progressant entre les deux animateurs dans la phase finale, Devil a pris assez sûrement le meilleur et a dominé Nina Bailarina d’une demi-longueur. En bouclant les 1.200m en 1’10’’26, le protégé de Freddy Head a réalisé le deuxième meilleur temps de ces 15 dernières années après le vainqueur de la précédente édition, Sporting Chance (Kodiac). Il y avait les deux premiers et les autres à l’arrivée, puisque Golden Boy a complété le podium à sept longueurs, plafonnant pour finir. Ce dernier a précédé Jolie d’une courte encolure, tandis qu’Abama (Alhebayeb) a hérité de la cinquième et dernière place.

Le Critérium International en option. Gagnant de l’Arqana Prix de Tancarville (Inédits), Devil avait ensuite été présenté directement dans le Prix Morny, dont il avait conclu huitième et dernier. Son entraîneur, Freddy Head, nous a expliqué : « Je l’ai couru dans le Morny car je pensais qu’il était assez bon pour bien faire dans le Gr1 ; d’ailleurs, il le prouve aujourd’hui ! Mais il s’était montré un peu tendu et n’avait pas pu finir. Aujourd’hui, il s’est montré plutôt calme. Il a une très bonne pointe de vitesse. Il devrait faire 1.400m, et peut-être même 1.600m à l’avenir. Rien n’est décidé, mais une course comme le Critérium International paraît envisageable. » Maxime Guyon, jockey de Devil, a quant à lui déclaré : « Le poulain est sorti mou de sa stalle, et le train a été régulier. Cela lui a permis de bien accélérer, comme il l’avait fait lors de ses débuts. En dernier lieu, dans le Gr1, ce n’était pas le même lot mais il s’était montré un peu plus brillant. Aujourd’hui, il a bien sprinté. Il a eu une course facile, c’est un bon cheval. »

Nina Bailarina vers les Cheveley Park Stakes. Battue d’une encolure pour ses débuts à Newbury, Nina Bailerina avait ensuite ouvert son palmarès par cinq longueurs sur les 1.200m de Newmarket. Ce lundi, elle affrontait les mâles pour la première fois. Ed Walker, entraîneur de la pouliche, nous a dit : « La pouliche court très bien. Elle a été battue par un bon cheval et a manqué de quelques mètres supplémentaires. Elle est très dure et vraiment bonne. Il n'y a pas beaucoup d'opportunités avant la fin de saison, et il est probable qu'elle aille sur les Juddmonte Cheveley Park Stakes (Gr1). »

Pedigree Weatherbys : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2019/Devil.pdf

La famille de Borgia. Élevé par ses propriétaires, Devil est un fils de l’étalon du haras de Bonneval Siyouni (Pivotal) et de Burma Sea (Lope de Vega), dont il est le premier produit. La poulinière avait été achetée 350.000 € à l’amiable par les frères Wertheimer à André Fabre, lors de la vente de l’Arc 2015. En compétition, elle s’était imposée en fin d’année de ses 2ans dans une course B sur les 1.500m de la P.S.F. deauvillaise et compte aussi une deuxième place dans le Prix Finlande (L). Burma Sea a une yearling par Invincible Spirit (Green Desert) et un foal par Camelot (Montjeu).

La deuxième mère, Bougainvillea (Acatenango), n’a pas réussi à monter sur le podium en deux sorties. Outre Burma Sea, elle a donné Burma Gold (Java Gold), gagnant du St Leger italien et troisième de l’équivalent allemand (Grs3). Bougainvillea est l’aïeule de Blue de Vega (Lope de Vega), gagnant des Killavulan Stakes (Gr3) et troisième des 2.000 Guinées d’Irlande (Gr1), et de Bay of Poets (Lope de Vega), lauréat du Prix Pellas (L) et deuxième de l’Al Rashidya (Gr2).

La troisième mère, Britannia (Tarim), gagnante du St Leger allemand (Gr2, à l’époque) s’est aussi classée deuxième du Prix de Diane allemand (Gr2). Elle a notamment produit la championne Borgia (Acatenango), lauréate du Derby allemand, du Grosser Preis von Baden, deuxième du Breeders’ Cup Turf et troisième du Prix de l’Arc de Triomphe (Grs1), et Boréal (Java Gold), gagnant du Derby allemand et de la Coronation Cup (Grs1). C’est la famille de Baltic Baroness (Shamardal), lauréate du Prix Vermeille (Gr1).

 

 

 

Polar Falcon

 

 

Pivotal

 

 

 

 

Fearless Revival

 

Siyouni

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Sichilla

 

 

 

 

Slipstream Queen

DEVIL (M2)

 

 

 

 

 

 

Shamardal

 

 

Lope de Vega

 

 

 

 

Lady Vettori

 

Burma Sea

 

 

 

 

 

Acatenango

 

 

Bougainvillea

 

 

 

 

Britannia