VENTE DE YEARLING OSARUS - JOUR 1 - Une première journée vraiment forte

Institution / Ventes / 03.09.2019

VENTE DE YEARLING OSARUS - JOUR 1 - Une première journée vraiment forte

Alors que la première journée de vente touchait à sa fin, pour les personnes présentes autour du ring à La Teste, il n’était pas évident de se faire un avis sur la vigueur du marché. Après la bonne édition de l’année dernière, certains craignaient une tendance baissière et ce sentiment était nourri par le fait que ce premier jour n’a pas été le théâtre de beaucoup d’envolées. En 2018, 10 yearlings avaient atteint ou dépassé la barre des 38.000 €, avec un top à 115.000 €. Cette année, huit chevaux ont atteint les 38.000 € et le prix le plus élevé de ce premier jour était de 105.000 €.

Le meilleur est à venir ce mercredi. Pourtant, l’étude des indicateurs laisse entrevoir une tout autre réalité. Faute d’envolées, le marché s’est bien maintenu et il a même un peu progressé sur certains points. La moyenne – en comparaison avec celle de la même journée l’année dernière – passe en effet de 20.280 € à 20.626 €, et la médiane de 15.000 € à 18.000 €. Ce mardi, 97 des 128 yearlings présentés (75,78 %) ont trouvé preneurs contre 101 (79,53 %) des 127 ayant foulé le ring en 2018. Le chiffre d’affaires passe de 1.938.000 € à 1.934.000 €. De l’avis des personnes ayant inspecté de A à Z les sujets de ce catalogue, cette année, les yearlings les plus attendus vont passer le deuxième jour. Le meilleur est donc certainement à venir ce mercredi, pour cette vacation de l’agence Osarus.

Une belle histoire autour du top. Le prix le plus élevé de ce mardi est revenu à Impulsion d’Allier (Bated Breath), une sœur de l’impressionnant Aramhes ** (Kendargent). Ghislain Bozo a dû aller jusqu’à 105.000 € pour avoir le dernier mot. L’homme de Meridian International nous a confié qu’elle allait courir pour des propriétaires français. Elle va rejoindre l’effectif de Christopher Head à Chantilly. Vincent Le Roy, Michel Larobe et Philippe Thiriet ont acheté sa mère pour seulement 13.000 € à Deauville et le futur top price est le fruit d’une saillie gagnée lors d’un événement de la Fédération des éleveurs du galop ! On notera la bonne forme des jeunes étalons français, notamment Goken (un produit à 32.000 €, sept vendus pour sept présentés), Shalaa (trois produits vendus pour trois présentés dont un à 46.000 €), Morandi (deux vendus pour deux présentés dont un à 52.000 €) et Scissor Kick (deux vendus pour deux présentés dont un à 30.000 €).

 

FAITS MARQUANTS

LA SŒUR D’ARAMHES ** FAIT LE SPECTACLE

#75      F.        Bated Breath & Anjella, par Monsun       105.000 €

            Acheteur : Meridian International

            Vendeur : Vincent Le Roy

            Éleveurs : Philippe Thiriet, Michel Larobe & Vincent Le Roy

Aramhes** (Kendargent) est un grand cheval gris. Sa sœur, déjà nommée Impulsion d’Allier (Bated Breath), est une petite pouliche noire. Bien que différente de son frère, elle a suscité énormément d’intérêt en amont de cette vacation et Ghislain Bozo a dû aller jusqu’à 105.000 € pour avoir le dernier mot. L’homme de Meridian International nous a expliqué : « C’est une pouliche qui est née tard. J’aime bien l’étalon. Elle n’est pas très grande mais elle a beaucoup de qualité, en particulier au niveau de sa locomotion. Elle a aussi une vraie valeur résiduelle, étant issue d’une très belle famille allemande. Nous avons – en vain – essayé d’acheter son frère pour un client japonais. Je l’ai achetée pour un groupe d’investisseurs français et elle sera entraînée par Christopher Head. » Impulsion d’Allier est une fille de Bated Breath (Dansili), lequel a été l'un des rares étalons à donner quatre gagnants à Royal Ascot cette année.

Aramhes, le cheval que tout le monde veut acheter. Élevé par le haras de La Pérelle, Aramhes a été cédé 11.000 € à Carla O'Halloran lors de la vente de yearlings d'octobre Arqana. La Cantilienne a été très patiente avec ce très grand cheval gris. Tardif, il a débuté par une deuxième place le 22 avril de ses 3ans. Il a ensuite fait sensation lors de ses deux sorties suivantes en remportant de manière désinvolte son maiden pour sa Classe 2. Lors de sa dernière sortie, dans le Prix du Mont Alta (Classe 2), Aramhes devançait Villa Marina (Le Havre), ensuite lauréate du Prix de Psyché (Gr3), dans un très bon style, mais aussi Shendam (Charm Spirit), lequel a ensuite gagné de quatre longueurs une Classe 1 à ParisLongchamp. Après ces démonstrations publiques, les offres ont afflué du monde entier pour Aramhes, des États-Unis, d’Australie, du Japon, des pays arabes…

Le top de Vincent Le Roy. Coéleveur de cette pouliche, Vincent Le Roy n’a pour l’instant présenté qu’une douzaine de yearlings en vente publique. Avant cette vacation de la Teste, il

a confié au sujet d’Impulsion d’Allier, préparée au haras de Cercy, qui est devenu le cheval le plus cher depuis ses débuts en tant que consignataire : « Michel Larobe a élevé cette pouliche en association avec Philippe Thiriet, qui a levé le doigt aux ventes pour acheter la mère ! J'aime beaucoup travailler avec eux. C'est une belle histoire. Philippe Thiriet est l'un de ces hommes de l'ombre qui brillent par leur efficacité. Il est directeur du haras de Cercy, où un nombre impressionnant de saillies est réalisé chaque année. » C’est Michel Larobe qui a signé le bon à 13.000 € pour la mère d’Impulsion d’Allier et c’est Phillipe Thiriet qui a apporté la saillie de Bated Breah (Dansili) après l’avoir gagnée lors d’un tirage au sort de la Fédération des éleveurs. Ce jeudi, Vincent Le Roy a précisé : « Je n’ai fait que le préparer. Il faut saluer la connaissance des croisements de Philippe Thiriet et le fait qu’elle a été bien élevée par Michel Larobe. »

Une belle souche du Gestüt Schlenderhan. Anjella (Monsun), génitrice d’Impulsion d’Allier, est gagnante à 2ans en Allemagne. Elle s’est aussi classée troisième de l'Herzog von Ratiborrennen (Gr3, 1.700m). Cette dernière a notamment donné Sarri, ex Stable Genius (Siyouni), auteur de débuts victorieux à 3ans sur le sable de Chantilly et troisième des Prix La Force (Gr3) et de Suresnes (L) avant d'être exporté à Hongkong. La deuxième mère, Attilia (Tiger Hill), est double gagnante de Listed en Allemagne sur 1.500m et 1.600m. Outre Anjella, elle a donné Ambria (Monsun), lauréate de Listed à 2ans outre-Rhin. C'est la famille d'Aviso (Tertullian), vainqueur des 2.000 Guinées allemandes (Gr2), mais aussi d'Amarette (Monsun), lauréate du Prix de Diane allemand (Gr1), et d’Almandin (Almandin), gagnant de deux Grs1 en Australie dont la Melbourne Cup (Grs1). On notera le fait que Monsun est devenu au fil des années un père de mère exceptionnel. Pour exemple, Soul Stirring (deux Grs1 dont les Oaks du Japon), Waldgeist (Critérium de Saint-Cloud, Grand Prix de Saint-Cloud & Prix Ganay, Grs1), Wild Illusion (Nassau Stakes, Prix de l'Opéra & Prix Marcel Boussac, Grs1), Pastorius (Prix Ganay, Grosser Dallmayr Bayerisches Zuchtrennen & Derby allemand, Grs1)…

LE PREMIER MORANDI POUR JEAN-CLAUDE ROUGET

#109    M.       Morandi & Charming Clem, par Mastercraftsman        52.000 €

            Acheteur : Jean-Claude Rouget

            Vendeur : Élevage de la Gagnerie

            Éleveurs : Patricia Lemarié

Stationné au haras du Mont Goubert, Morandi (Holy Roman Emperor) était un vrai bon cheval de course. Déniché par Jean-Claude Rouget pour seulement 65.000 € chez Arqana, cet élève de Michel Zerolo et d'Éric Puerari a notamment remporté le Critérium de Saint-Cloud (Gr1) de sept longueurs avant de se classer deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1) d’Intello (Galileo). Proposé à seulement 3.000 €, Morandi a eu quelques produits sur les rings français, mais ce lot 109 est son premier véritable yearling en vente lors d’une vacation estivale. Ce poulain puissant et équilibré a réalisé plus de 17 fois son prix de saillie ! Jean-Claude Rouget a signé le bon à 52.000 €.

Mastercraftsman (Danehill Dancer), le père de mère du lot 109, est aussi celui de Loving Gaby (I Am Invincible), deuxième des Inglis Sires' Produce Stakes et des Moet Champagne Stakes (Grs1) en Australie. La deuxième mère Gold Charm (Key of Luck), gagné le Prix Ronde de Nuit (L). Elle a produit deux black types dont Princess Charm (Rip van Winkle), lauréate du Prix Rose de Mai (L) mais également troisième des Prix Pénélope et Chloé (Grs3).

LES SOMMERABEND TIRENT LEUR ÉPINGLE DU JEU

#85      M.       Sommerabend & Auto Rouge, par Testa Rossa               60.000 €

            Acheteur : MAB Agency

            Vendeur : Haras de Saint Arnoult

            Éleveurs : Larissa Kneip & Sandrine Grevet

#56      M.       Sommerabend & Voodoo Charmer, par Sageburg         38.000 €

            Acheteur : MAB Agency

            Vendeur : Haras du Lieu des Champs

            Éleveur : Sabrina Debargue

Proposé à seulement 4.000 € depuis ses débuts au haras de Saint Arnoult, Sommerabend (Shamardal) n’a jamais dépassé les 68 juments par an. Il tire pourtant son épingle du jeu en transmettant son physique et ses qualités mentales à sa production, ce qui n’a pas échappé à Marc-Antoine Berghgracht. Chaudement félicité par Larissa Kneip, l’homme de MAB Agency nous a confié : « Nous avons connu beaucoup de réussite avec la production de cet étalon avec des sujets comme Goneril [lauréat de handicap en valeur 40,5, ndlr] ou encore Excalibur [deuxième de Classe 2 à Chantilly et pris en valeur 40, ndlr]. Sommerabend fait des chevaux solides, avec une certaine précocité. Les entraîneurs les aiment beaucoup. » Concernant le lot 56, il a précisé : « Il est très plaisant. Je l’ai acheté pour Roy Racing [le propriétaire de Ken Colt, Silvery Mist, Sea Prose…, ndlr]. »

La souche de Party Doll. Le lot 85, élevé au haras de Saint Arnoult par Larissa Kneip et Sandrine Grevet, est un fils d’Auto Rouge (Testa Rossa), lauréate de trois courses et prise en valeur 36,5. Au haras, elle a déjà donné Moonracer (Linngari), gagnant de Classe 2 à 2ans à Chantilly. La deuxième mère a produit Dreams Come True (Zafonic), lauréate de Listed aux États-Unis, et elle est par ailleurs à l’origine de Moonee Valley (Aqlaam), vainqueur du Prix des Réservoirs (Gr3). Il s’agit de la famille de Party Doll (Be my Guest) d’où Titus Livius (Machiavellian), vainqueur du Critérium des 2ans, du Prix du Gros-Chêne (Grs2) et des Prix Éclipse et d'Arenberg (Grs3), ou encore Zagora (Diana Stakes & Breeders' Cup Filly and Mare Turf, Grs1).

Le neveu de Venomous. Le lot 56, quant à lui, est le premier produit d’une mère qui n’a pas couru. Mais Voodoo Charmer (Sageburg) est par contre la sœur de Venomous (Red Ransom), troisième de la Poule d'Essai des Poulains (Gr1). Élevé par Sabrina Debargue et présenté par le haras du Lieu des Champs, il appartient à la famille de deux bons sauteurs, Blackstairmountain (Christmas Novice Chase & Evening Herald Champion Novices Hurdle, Grs1) et Allure of Illusion (troisième du John Smith's Champion Open National Hunt. Flat Race, Gr2).

CON MARNANE SURFE SUR LA VAGUE SHALAA

#138    M.       Shalaa & Elegant Beauty, par Olden Times         46.000 €

            Acheteur : Con Marnane

            Vendeur : Haras de l’Hôtellerie

            Éleveurs : Framont Limited, K. Al Attiyah, Chauvigny Global Equine Sasu & Riverview Bloodstock Limited

Les ventes françaises sont frappées par la "Shalamania" et les produits de l’étalon du haras de Bouquetot – conçus à 27.500 € la saillie – ont réalisé une moyenne de 133.148 € sur les rings depuis le début de l’année. Con Marnane a signé cinq bons ce mardi et il nous a dit au sujet du lot 138 : « Il devrait repasser en vente lors de la Craven breeze up. J’ai déjà acheté trois produits de Shalaa (Invincible Spirit) en France. Ils ressemblent vraiment à des chevaux de course ! Leur père était un fantastique 2ans. Le temps nous dira si nous avons raison de lui faire autant confiance. En tout cas je suis amoureux de ce lot 138. Je l’ai payé plus cher que je ne l’aurais voulu. J’espère être encore autant amoureux de lui dans six mois ! » Pour ce poulain présenté par le haras de l’Hôtellerie, "King Con" a notamment battu Gay Kelleway. La mère a déjà donné deux gagnants. Royal Guinevere (Invincible Spirit), sa trois quarts sœur, est lauréate de trois courses outre-Manche de 1.000m à 1.200m. La mère de ce lot 138 a aussi donné la bonne 2ans Shahah (Motivator), laquelle avait remporté le Prix d'Aumale (Gr3). La Papagena (Habitat), la deuxième mère, est (déjà) l’aïeule de 20 black types. Le plus célèbre n’est autre que son fils, Grand Lodge (Chief's Crown), lauréat des Dewhurst Stakes et des St James's Palace Stakes (Grs1) mais également sur le podium des Champion Stakes, 2.000 Guinées, Irish Champion Stakes et des Sussex Stakes (Grs1).

UNE WOOTTON BASSETT POUR LAURENT BENOIT

#4        F.        Wootton Bassett & Save her Name, par One Cool Cat   40.000 €

            Acheteur : Broadhurst Agency

            Vendeur : Domaine de l’Etang

            Éleveurs : Rémi Boucret & Haras d'Étreham

La compétition n’a jamais été aussi dure pour les étalons stationnés en France et désormais, pour exister sur le marché, il n’est plus suffisant de sortir des black types tous les ans. Il faut produire des sujets qui sortent vraiment de l’ordinaire et qui font parler d’eux. Wootton Bassett (Iffraaj), stationné au haras d’Étreham, réussit tous les ans à rester au centre de l’actualité. En 2019, il est notamment le père de plusieurs très bons 2ans comme Guildsman (troisième des Coventry Stakes, Gr2) outre-Manche, Helter Skelter (Critérium du Fonds Européen de l'Élevage, L), attendu au niveau Gr1 dans quelques semaines, ou encore Wooded (deuxième du Prix La Rochette, Gr3). En 2018, c’est Wootton** (troisième des St James's Palace Stakes, Gr1) ou encore Patascoy (deuxième du Qipco Prix du Jockey Club, Gr1) qui ont fait briller leur père, tout comme Mamba Noire (troisième des Sky Bet Lowther Stakes, Gr2) en 2017, et le champion Almanzor (Qipco Irish Champion Stakes, Qipco Champion Stakes & Prix du Jockey Club, Grs1) en 2016. Laurent Benoit après avoir signé le bon à 40.000 € nous a expliqué : « Elle va rester en France. Les options sont ouvertes. Forcément, j’aime bien son père, Wootton Bassett (Iffraaj). Le croisement avec le sang de Storm Cat (Storm Bird) est intéressant [la rencontre d’Iffraaj et de Storm Cat a notamment donné la double lauréate de Gr1 Rizeena, ndlr.] C’est une belle pouliche avec une souche de qualité. » Sur le ring d’Osarus, Laurent Benoit a notamment acheté Lagrandecatherine (Pedro the Great), deuxième du Shadwell Prix du Calvados (Gr2).

Le croisement d’Almanzor, la souche de Very Nice Name. Le croisement de Wootton Bassett sur une descendante d’Halling (Diesis) a donné ce lot 4… et Almanzor ! Cette pouliche, coélevée par Rémi Boucret, est issue de la souche de Flawlessly (Rainbow Quest). Avec cette famille, cet éleveur venu du trot – où il compte à ce jour 866 victoires ! – a notamment déjà fait naître l’étalon du haras du Grand Courgeon Very Nice Name (Whipper), triple gagnant de Gr1 au Qatar, deuxième du Prix Foy (Gr2) et au départ de l’édition 2013 du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Ce lot 4 est une fille de Save her Name (One Cool Cat), trois fois placée en huit sorties et déjà mère de Guyano Bello (Muhtathir), lequel a couru deux fois en obstacle. La deuxième mère a produit Dealbata (Dubawi), gagnant du Prix Solitude (L). Dans la descendance de Flawlessly – outre Very Nice Name – on retrouve notamment Best Name (King's Best), deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1).

UNE ÉLÈVE DES MONCEAUX POUR MARC-ANTOINE BERGHGRACHT.

#121    F.        Charm Spirit & Dansilady, par Dansili     40.000 €

            Acheteur : MAB Agency

            Vendeur : HSV Agency - Haras de Saint-Vincent

            Éleveur : Écurie des Monceaux

L’écurie des Monceaux a élevé Charm Spirit (Invincible Spirit) et le haras dirigé par Henri Bozo n’a pas hésité à confier des juments à celui qui devrait revenir en France aux Aga Khan Studs pour la saison de monte 2020. Élevée par les Monceaux, cette pouliche était présentée par le haras de Saint-Vincent. Et c’est Marc-Antoine Berghgracht qui a signé le bon à 40.000 € avant de nous expliquer : « Son entraîneur n’a pas été déterminé. C’est une belle pouliche issue d’un bon élevage. Elle a été bien préparée. » Dansilady (Dansili), la mère, a gagné une course sur 2.500m à 3ans à Lesparre. Elle a déjà donné un gagnant, Onlyjim (Manduro), pris en valeur 39. Avec cette souche, les Monceaux ont déjà obtenu Devant (Showcasing), lauréate du Prix Miesque (Gr3) qui vient de s’envoler pour les États-Unis. La deuxième a produit Blue Canari (Acatenango), gagnant du Prix du Jockey Club (Gr1). Cette souche très vivante a récemment produit Cheikeljack (Myboycharlie), lauréate du Prix Djebel (Gr3) et du Prix Cor de Chasse (L).

LE PROPRE FRÈRE DE DAMILA VA RESTER EN FRANCE POUR DES PROPRIÉTAIRES ANGLAIS

#124    M.       Milanais & Dawaes, par Marchand de Sable       38.000 €

            Acheteurs : BLM Bloodstock & Nbb Racing

            Vendeur : Élevage Traou Land

            Éleveur : Jean-Claude Ollivier

Déjà nommé, ce poulain n’avait pas le plus gros papier de la vente, mais il a attiré les convoitises. Bertrand Le Métayer nous a d’ailleurs expliqué après avoir signé le bon à 38.000 € : « C’est un poulain très puissant et rustique, dans le bon sens du terme. La mère n’a donné que des gagnants. Ce yearling fait en cheval de course a été acheté par une association de plusieurs amis anglais qui viennent pour la première fois à La Teste. Ils vont le laisser à l’entraînement en France. » Mike Dearnaley et Chris Hearst, visiblement ravis de leur achat, entouraient l’homme de BLM Bloodstock. Mais ils ont tout autant apprécié leur séjour à La Teste. Chris Hearst est par ailleurs aussi parfois vendeur en France de yearlings.

Traou Land Franco est un produit de Dawaes (Marchand de Sable), lauréate de cinq sorties en quarante-quatre courses en France. Les trois produits de cette jument vus en piste ont gagné, le meilleur étant bien sûr Damila (Milanais), notamment lauréate du Prix de Ris-Orangis (Gr3). Sous la quatrième mère, on retrouve Vallabelle (Valanour), placée dans le Prix de Meautry (Gr3), sur 1.200m.